Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)
Israël (histoire moderne d')

Histoire des partis politiques, Ha-Poel Ha-Tsair, Cécile Pilverdier
20/02/2009

jeudi 19 février 2009

Texte repris du site Un écho d’Israël

 

Ha-Poel Ha-Tsair (Le Jeune ouvrier) fut le parti des ouvriers juifs en Terre d’Israël lors de la fin de l’empire ottoman et sous le mandat britannique. Influencé par la pensée d’Aaron David Gordon, il fut créé en 1905 et fut réuni en 1930 à Ahdout ha-Avoda (l’Union du travail) pour former le parti Mapaï, qui dirigea Israël dans les vingt premières années de son existence.

Pour A. D. Gordon, la rédemption du Juif s’opérera seulement par son lien naturel à la terre et par son travail physique. Il faut sortir de la mentalité de l’Exil, et c’est pourquoi il estime que le travail de la terre est une œuvre sacrée, non seulement pour l’individu, mais aussi pour l’ensemble du peuple juif. L’agriculture unit le peuple à sa terre et lui permet de justifier son existence. Pour lui, « la terre d’Israël n’est pas acquise par le feu ni par le sang, mais par le travail ». Le retour à la terre doit transformer le peuple juif et permettre sa régénération. Ces idées seront le fondement idéologique du parti.

Ha-Poel Ha-Tsair et le parti Poalei Tsion (les Ouvriers de Sion) furent les deux partis ouvriers qui agirent en Israël lors de la seconde immigration et qui formèrent la base historique du mouvement de travail des ouvriers juifs, qui dirigea le « Yishouv » les années suivantes. Les ouvriers de la seconde vague d’immigration avaient un sens social, national et pionnier bien affirmé, et le désir de créer, chez les Juifs du pays, un statut de l’ouvrier qui dirigerait la société juive. Nombreux furent déçus de leur statut d’ouvriers salariés chez les fermiers des villages qui avaient été fondés lors de la première immigration, car ces derniers ne les encourageaient guère. Leur travail salarié fut parfois vraiment exploité économiquement, mais ces ouvriers ne purent se passer de ce travail dans ces villages car il était la source de leur revenu.

Le besoin d’organisation professionnelle et politique est né de la détresse économique quotidienne des ouvriers agricoles, dont le travail n’était régi par aucune norme ni loi. La réalité les obligea à créer des groupes professionnels qui eurent pour but d’organiser le travail, des cantines, d’assurer une aide médicale. Ces groupes professionnels eurent pour dessein de leur permettre de s’organiser socialement et politiquement afin de gagner des emplois face aux ouvriers arabes expérimentés.

Ha-Poel Ha-Tsair fut le premier parti en Israël qui établit l’importance de la place des ouvriers et la nécessité de fixer un budget public en leur faveur. Son but principal fut de développer et d’élargir le statut des ouvriers juifs en Israël.

Ha-Poel Ha-Tsair se caractérisa par son idéologie modérée et ses positions sionistes nationalistes. Ses membres repoussèrent la position révolutionnaire qui soutenait la lutte des classes. Ils soutinrent les institutions sionistes qui étaient en faveur de « l’occupation et l’implantation, » et de « la conquête de la terre par le travail », avec pour but de remplacer les ouvriers arabes par les ouvriers juifs. Ils fondèrent la base d’une installation communautaire, et créèrent un premier groupe, « Degania », au bord du lac de Tibériade, qui deviendra le premier kibboutz du pays. Ha-Poel Ha-Tsair devint l’une des forces politiques centrales de la Histadrout Ha-Ovedim (le syndicat ouvrier).

Le parti créa en 1907 un journal intitulé Ha-Poel Hatsaïr. Dans les années 20, Haïm Arlozorov devint l’un des dirigeants influents du parti, et c’est lui qui fit le rapprochement de Ha-Poel Ha-Tsair et de Poalei Tsion.

 

Cécile Pilverdier

 

© Un écho d’Israël

 

Mis en ligne le 19 février 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org