Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Christianisme

Le voyage le plus difficile de Benoît XVI, Andrea Tornielli
20/02/2009

18/02/09

Texte repris du site E.S.M.

Le voyage de Benoît XVI le plus difficile

 

Le 17 février 2009  - (E.S.M.) - Le président Shimon Peres accompagnera le pape Benoît XVI pendant tout son séjour en Israël, qui sera organisé par les bureaux du premier ministre lui-même.

Le pape Benoît XVI et président Shimon Peres

Le voyage de Benoît XVI le plus difficile

Le 17 février 2009  - Eucharistie Sacrement de la Miséricorde - Le premier ministre israélien Ehud Olmert a confirmé hier officiellement le voyage du Pape en Israël à la mi-mai: « Ce sera une visite importante - a t’il dit - que celle de Benoît XVI. Le président Shimon Peres l’accompagnera pendant tout son séjour, qui sera organisé par les bureaux du premier ministre ».
Les étapes de la visite, qui commencera le 8 mai à Amman, en Jordanie, et se conclura avec le départ d’Israël le 15 mai, ont été anticipées par Il Giornale, il y a une semaine .

La seconde visite du Pontife à une mosquée, après celle d’Istanbul est confirmée: Benoît XVI, après avoir visité le musée de la famille royale hashemite, entrera dans la New King Hussein Mosque. Alors que dans l’après-midi du 11 mai, à peine arrivé en Israël, le Pape Ratzinger se rendra au Yad Vashem, le mémorial de la Shoah. Le 12 mai, la rencontre avec le Grand Mufti de Jérusalem, la visite au Mur des Lamentations et au Cénacle, la rencontre avec le Grand Rabbin, la messe en plein air dans la Vallée de Josafat, sous le Jardin des Oliviers, seront des moments saillants du voyage. Le 13 mai sera dédié à Bethléem, et donc à la rencontre avec la population palestinienne : le Pape célébrera la messe sur la Place de la "Mangeoire", priera dans la grotte de la Nativité et dans l’après-midi il visitera un camp de réfugiés.

Le matin du 14 mai, il est prévu la messe au Mont du Précipice, à deux kilométres de Nazareth, à laquelle devraient participer 50.000 fidèles. Il semble que le gouvernement israélien demande au Saint siège de célébrer la messe non pas à Nazareth, mais plutôt au Mont Carmel de Haifa, limitant la présence du Pontife dans la ville où Jésus vécut la plus grande partie de sa vie à la seule visite à la basilique de l’Annonciation, prévue à 16h30, et à la bénédiction de la première pierre du centre pour la famille. Le matin du 15 mai, dernier jour du voyage, après la rencontre œcuménique au patriarcat, il y aura la visite au Saint Sépulcre. Ensuite, en début d’après-midi, le départ pour Rome.

En ce moment, parmi les chrétiens de Terre Sainte, une certaine inquiétude commence à s’insinuer sur la gestion de la visite du Pontife. En effet, en raison des récentes polémiques sur la révocation de l’excommunication à l’évêque lefebvriste négationniste Richard Williamson, et des dures prises de position des rabbins et de quelques représentants politiques israéliens, on redoute que le voyage de Ratzinger ne soit construit pour récupérer pleinement le rapport avec le monde juif.
Les chrétiens de Gaza ont invité le Pape à leur rendre visite: le programme ne le prévoit pas,
et donc ils demandent la possibilité de pouvoir participer à un des rendez-vous de la visite, qui pose le problème des passages et de la possibilité de déplacements dans un moment où la trêve apparaît très fragile.

Andrea Tornielli

© E.S.M.

 

Mis en ligne le 18 février 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org