Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Non attribué

Siné débouté de sa plainte en diffamation contre Claude Askolovitch, Lynda Zerouk
04/03/2009

L’ex [collaborateur] de Charlie Hebdo poursuivait le journaliste Claude Askolovitch, qui l’avait taxé d’antisémitisme. ("Libération").

04/03/09


Texte repris du site de Libération.

 

Claude Askolovitch, journaliste au Nouvel Observateur.

Mardi [3 mars 20009], le tribunal correctionnel de Paris a débouté Siné de sa plainte en diffamation contre le rédacteur en chef du Journal du Dimanche Claude Askolovitch. Ce dernier l’avait taxé «d’antisémite» à la suite d’une chronique publiée dans Charlie Hebdo, qui ironisait sur l’éventuelle conversion au judaïsme de Jean Sarkozy avant son mariage avec la fille du fondateur des magasins Darty.

Le juge qui a rendu le délibéré en l’absence des deux intéressés, a estimé que les propos poursuivis n’étaient pas diffamatoires et « participaient au [lire : ’du’] débat d’idées, consubstantiel à toute société démocratique ».

« La décision d’aujourd’hui est un naufrage pour des gens comme Siné qui se sont battus depuis trente ans contre l’antisémitisme », a regretté l’avocat de l’ancienne figure de Charlie Hebdo, Dominique Tricaud. Dire d’une personne qu’elle est antisémite sans être condamné, « c’est considérer que c’est une opinion comme une autre », a-t-il déploré. Et c’est « une banalisation du terme qui, pour moi, est un problème de société », a-t-il pousuivi.

Pour l’avocat de la défense, Patrick Klugman, « c’est une vraie victoire de la liberté d’expression ». Et « Claude Askolovitch a eu raison de dénoncer ces propos », a-t-il ajouté.

La réaction de Claude Askolovitch avait créé une forte polémique autour de l’article publié le 2 juillet 2008 par Charlie Hebdo. Un retentissement qui a valu à Siné d’être poursuivi par la Licra pour « incitation à la haine raciale ». Mais il a été relaxé par le tribunal correctionnel de Lyon, qui a considéré que Siné « s’est autorisé à railler sur le mode satirique l’opportunisme et l’arrivisme d’un homme jeune, engagé sur la scène politique et médiatique».

Cette affaire a aussi coûté à Siné son poste de dessinateur à Charlie Hebdo. Après avoir été licencié par Philippe Val, le directeur de la publication, Maurice Sinet, a aussitôt fondé son propre journal satirique, Siné Hebdo.

 

Lynda Zerouk


© Libération

 

Mis en ligne le 4 mars 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org