Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Antisionisme chrétien

L’extrême droite radicale se donne un nouveau visage, Gaël Euzenat
06/03/2009

Ils portent les pseudonymes de Goldofaf et Fasc. Nouveaux venus dans la vidéosphère [1], ils ont fait une entrée fracassante dans le monde du rap politique, avec des textes à contenus violemment contestataires et même subversifs, véhiculant une thématique de haine d’Israël, qui flirte dangereusement avec l’antisémitisme. Le plus étonnant, c’est que ces jeunes gens ne sont ni Palestiniens, ni gauchistes, mais des catholiques qui se revendiquent ou font partie de la mouvance du "Renouveau Français", aux tendances catholiques intégristes [2]. Le bref article ci-après résume les grandes lignes du phénomène. Mais il y aurait beaucoup plus à en dire, ce que je ferai peut-être, si j’en trouve le temps. (Menahem Macina).

06/03/09


Texte (posté le 15/08/08) repris du Blogue Le Post.com


De quoi est-il question ?

Depuis quelques mois, on peut s’apercevoir que, faute de succès, l’extrême droite radicale cherche à changer de visage.

Désormais, elle s’investit en effet dans le rap, style de musique issu de la culture de ghetto afro-américaine, généralement connu pour s’élever contre le racisme et en faveur du métissage.

On aurait donc pu croire que le rap serait peu sujet à ce genre de récupération.

On avait déjà entendu parlé de Goldofaf, le chanteur proche du groupuscule extrémiste Renouveau Français, qui avait pastiché la célèbre chanson de Sniper « Gravé dans la Roche », mais c’est maintenant au tour de celui qui se fait appeler « Fasc »  de produire un clip haineux à l‘égard d‘Israël [3].


Qu’y voit-on ?

Des images des bavures de Tsahal, l’armée israélienne, et une assimilation entre beaucoup de thèmes différents : sionisme, conservatisme américain, politique française ainsi que des images de guerre, parfois violentes.

Manifestement, le chanteur est catholique et aime le faire savoir par la présence ostensible d’un crucifix.

Les paroles de la chanson sont d’un antisionisme très virulent et sont diffusées sur l’air de la Hatikvah, l’hymne [national] israélien, décrit comme « évoquant le sang ».

Selon le chanteur, le sionisme serait responsable de la plupart des maux de la planète.

Il évoque également les vieilles chimères de l’extrême droite, que sont l’immigration, l’homosexualité, etc…

 

Où ?

Ce clip est visible sur la plateforme de vidéos Youtube manifestement très tolérante à l’égard de ce genre de musique à l’ URL suivante:

http://www.youtube.com/watch?v=HYEadBk0RSU

 

------------------------------------


Notes de Menahem Macina

 

[1] J’ai forgé le terme de vidéosphère, sur le modèle de "blogosphère", pour connoter ce mode d’expression spécialisé, dans lequel l’usage du clip à des fins de reproduction-diffusion d’œuvres artistiques, par clip, est largement supplanté par son utilisation militante comme vecteur de contenus majoritairement idéologiques.

[2] Qu’on me comprenne bien, il ne s’agit pas de fidèles de la mouvance de la Fraternité St Pie X, mais de nostalgiques d’une France ultra-catholique, voire chouanne, façon idéologie lepéniste des décennies passées.

[3] Il s’agit de Hatikva, que j’ai transcrit ici. Voir aussi la transcription de "Liberté d’expression".

 

------------------------------------


Gaël Euzenat


© Le Post.com

 

 

[Article aimablement signalé par Ajax.]

 


Mis en ligne le 6 mars 2009, par
M. Macina, sur le site upjf.org