Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)
Terrorisme palestinien

Plus de détails sur l’attentat au bulldozer à Jérusalem (05.03.09)
06/03/2009

06/03/09

Texte repris du site de L’Express.


Un Palestinien aux commandes d’un bulldozer a embouti un véhicule de police pour l’utiliser comme bélier contre un autobus rempli de passagers, jeudi, sur une des principales artères de Jérusalem, avant d’être abattu. (Reuters/Darren Whiteside).

Les passagers paniqués ont exigé de leur chauffeur qu’il s’arrête pour descendre de l’autobus, si bien qu’aucun d’entre eux n’a été blessé, alors que les deux occupants du véhicule de police l’ont été légèrement.

C’est à ce moment-là qu’un policier et un chauffeur de taxi se sont approchés du bulldozer et ont tiré sur son conducteur, un ouvrier du bâtiment, du nom de Mareï Radaïdeh, âgé d’environ 25 ans et qui, selon des Palestiniens, vivait chez sa famille à Beït Hanina, un quartier de Jérusalem-Est.

La police dit avoir trouvé, après coup, un exemplaire du Coran ouvert dans la cabine de l’engin. "Il semble s’agir d’un attentat terroriste d’après les éléments dont nous disposons actuellement", a déclaré son porte-parole, Micky Rosenfeld,

Le ministre de l’Information de l’Autorité palestinienne, Ryad al Malki, a évoqué, pour sa part, un simple "accident de la circulation", tandis que le Hamas a parlé de "réponse naturelle" aux destructions de maisons arabes à Jérusalem-Est.

Sur la bande d’une caméra-vidéo surveillant la circulation automobile, on voit le bulldozer abaissant sa pelle avant de heurter la voiture de police en stationnement. Le bulldozer pousse alors le véhicule à travers le carrefour, le renversant et l’acculant contre l’autobus.

Il s’agit du troisième incident de ce type en huit mois. Les deux précédents impliquaient aussi des habitants de la partie arabe de Jérusalem, annexée par Israël en 1967 et revendiquée par les Palestiniens comme la capitale de leur futur Etat.

AU LENDEMAIN DE LA VENUE DE CLINTON

Le 2 juillet 2008, un ouvrier palestinien au [volant] d’un bulldozer avait tué trois Israéliens, lors d’une équipée sanglante sur une des principales artères de Jérusalem, avant d’être abattu.

Trois semaines plus tard, un autre Palestinien aux commandes d’un engin de travaux publics avait blessé une quinzaine de personnes avant d’être tué, et ce, à quelques heures de la venue à Jérusalem du candidat démocrate à la Maison Blanche, Barack Obama.

L’attentat de jeudi intervient, quant à lui, au lendemain de la première visite à Jérusalem de Hillary Clinton, en tant que secrétaire d’Etat d’Obama, qui a pris ses fonctions de président des Etats-Unis il y a moins de deux mois.

Micky Rosenberg a annoncé que les mesures de sécurité [dans] Jérusalem avaient été renforcées à la suite de l’attentat de jeudi. Le maire, Nir Barkat, a réclamé que la rigueur de la loi s’applique à ceux qui sont derrière cette action.

Dans le passé, Israël a détruit ou menacé de détruire les maisons familiales d’auteurs d’attentats.

L’Etat juif a annoncé la semaine dernière la prochaine destruction de plus de 80 habitations arabes construites sans permis dans la partie orientale de la ville - une initiative critiquée par Hillary Clinton.

"C’est une question que nous avons l’intention de soulever auprès du gouvernement d’Israël et de la municipalité de Jérusalem", a-t-elle dit mercredi, à l’issue d’une rencontre avec le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas.

Version française Marc Delteil et Eric Faye


© L’Express

 


Mis en ligne le 6 mars 2009, par
M. Macina, sur le site upjf.org