Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)
Antisionisme

M. Attali trouve "étrange" qu’on lui pose certaines questions... par Katon
12/03/2009

Ce critique réagit à l’interview de M. Attali, dont j’ai publié la teneur sur ce site, hier, précédée d’un chapeau où j’exhalais vigoureusement (et insolemment, je l’avoue) ma mauvaise humeur [*]. (Menahem Macina).

[*] Voir "Jacques Attali: «Israël n’est pas le peuple juif»".

 

M. Attali trouve "étrange" qu’on lui pose certaines questions. Je trouve plus étrange encore que le journaliste du Matin (Lausanne) ait apparemment accepté sans sourciller des réponses aussi arrogantes, péremptoires et, pour le moins, contestables.

Que "l’antisémitisme précède l’existence de l’État d’Israël", voilà qui est, hélas, tragiquement vrai ; mais se limiter à cela, c’est feindre d’ignorer que l’antisionisme d’aujourd’hui constitue "les habits neufs d’une vieille haine" (P.A. Taguieff) [1]. Il n’a pas fallu attendre qu’Ahmadinedjad mette l’État d’Israël et les juifs dans le même sac pour que ce fait soit reconnu par des personnalités presque aussi éminentes que M. Attali (Martin Luther King, « Lettre à un ami antisioniste » (1967) [2] ; Jean Amery, "L’antisémitisme honorable", dans Die Zeit (1969) [3]; et même, bien avant : Vladimir Jankélévitch 1957, cité par Léon Poliakov, dans Histoire de l’antisémitisme 1945-1993 (4); voire, plus récemment, par Philippe Val [5].

Quant à prétendre que "le peuple juif a une histoire planétaire et millénaire qui n’a rien à voir avec l’État d’Israël, (lequel) n’a rien à voir avec l’identité juive", c’est une opinion, certes, mais, à ce compte, autant aller jusqu’au bout et prétendre, avec Shlomo Sand (Comment le peuple juif fut inventé), que les juifs d’aujourd’hui descendent de Khazars ou de Berbères convertis, et que les descendants légitimes des juifs de jadis sont… les Palestiniens d’aujourd’hui.

Enfin, dire que "la France n’a jamais été un pays antisémite" est plus contestable encore. Il est vrai qu’elle ne l’est sans doute pas plus aujourd’hui que du temps de l’Affaire Dreyfus ou de Vichy ; l’antisémitisme a changé de camp et de visage avec les "habits neufs" de l’antisionisme, voilà tout.


Katon

-----------------------------


Notes d’upjf.org

[1] C’est aussi le titre d’une interview de Taguieff dans le Nouvel Observateur, n° 1942 (semaine du 24 janvier 2002).

[2] Attention, il circule depuis des années un peu partout sur le Web une lettre qui porte ce titre, et qui est attribuée à Martin Luther King ; mais en fait, il s’agit d’un texte apocryphe – voir "La prétendue "Lettre à un ami antisioniste" de Martin Luther King est un faux". Par contre, la phrase de lui, souvent citée, avec de nombreuses variantes, est authentique : "When people criticize Zionists, they mean Jews, You are talking anti-Semitism". King l’a émise lors d’une allocution à Harvard, en 1968, en réponse à la critique agressive d’un étudiant à propos de la présence sioniste en Palestine (voir : Seymour Martin Lipset, "The Socialism of Fools: The Left, the Jews and Israel", Encounter magazine, décembre 1969, p. 24) ; voir aussi, John Lewis, "Martin Luther King Jr.’s special bond with Israel".   

[3] Original allemand, traduction française sur le site de Primo, reproduite sur notre site.

[4] « L’antisionisme est une incroyable aubaine, car il nous donne la permission - et même le droit, et même le devoir - d’être antisémite au nom de la démocratie ! L’antisionisme est l’antisémitisme justifié, mis enfin à la portée de tous. Il est la permission d’être démocratiquement antisémite. Et si les juifs étaient eux-mêmes des nazis ? Ce serait merveilleux. » (Cité in Léon Poliakov, Histoire de l’antisémitisme 1945-1993, Seuil, 1994, page 405).

[5] Allusion au livre de l’auteur : Reviens, Voltaire, ils sont devenus fous (Grasset, 2008). Bernard-Henri Lévy, en citait un bref condensé, dans son bloc-notes, intitulé "Douze thèses de Philippe Val", dans Le Point du 17 novembre 2008 : [Thèse 10] « Que l’antisionisme, par parenthèse, est toujours, par définition, un antisémitisme (quel autre moyen de continuer, en toute bonne conscience, de haïr les juifs ?) doublé d’une aberration géopolitique (de quelle autre nation ose-t-on dire que les fautes de son gouvernement la condamnent dans son essence ?) ».

 

-----------------------------


Mis en ligne le 12 mars 2009, par
M. Macina, sur le site upjf.org