Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Droits humains, racisme, antisémitisme, etc.
Négationnisme

Equivalence de la Shoah [Israël = Nazis] comme une forme de négationnisme
10/03/2009

10 mars 2009

Texte repris du Blogue Philosémitisme

L’historienne américaine Deborah Lipstadt* se déclare extrêmement préoccupée par ce qu’elle appelle les nouvelles formes soft ("soft-core") de négation de la Shoah qui se manifestent particulièrement en Europe.
"Traiter les Israéliens de nazis, comparer les actions d’Israël à un génocide, et faire d’autres déclarations de ce type c’est faire preuve d’ignorance aussi bien de l’histoire contemporaine que de celle de la Seconde Guerre mondiale. Quoi qu’on pense de la politique israélienne vis-à-vis des Palestiniens, la comparer à la Shoah équivaut à déformer ce qui se passe aujourd’hui ainsi que ce qui s’est passé pendant la Seconde Guerre mondiale."
L’inscription qui figure sur le calicot qu’arborent ces jeunes manifestants - mais qui a sans doute été confectionné par des adultes -, à Malmö, troisième ville de Suède, illustre cette dérive inquiétante :

1941 Zyklon B
1945 Bombe nucléaire
1965 Napalm
1983 Gaz moutarde [guerre d’Iran/Irak ?]
2009 Phosphore blanc

Source: le blog de Deborah Lipstadt *

* "Deborah Esther Lipstadt (née le 18 mars 1947 à New York) est une historienne américaine. Elle est professeur d’études juives (Modern Jewish and Holocaust Studies) à l’Emory University. Deborah Lipstadt a obtenu sa licence au City College de New York, et ses maîtrise et doctorat à l’Université de Brandeis. Elle est l’auteur de travaux célèbres sur le négationnisme, dont un ouvrage intitulé Denying the Holocaust [La négation de l’Holocauste] (1993), pour lequel elle fut poursuivie en justice en même temps que son éditeur Penguin Books, par l’auteur britannique, David Irving, qu’elle désignait comme un négateur de la Shoah. Le procès eut lieu à Londres et débuta le 11 janvier 2000 pour se terminer, le 11 avril 2000, sur un verdict favorable à Lipstadt et à son éditeur. Le juge Charles Gray en charge de l’affaire trouva Irving coupable d’avoir délibérément manipulé des faits historiques à des fins idéologiques personnelles: "for his own ideological reasons [David Irving] persistently and deliberately misrepresented and manipulated historical evidence".
Le juge Gray a statué que les propos tenus par Irving dans ses ouvrages étaient négationnistes, antisémites, racistes et présentaient Hitler sous un jour favorable sur la question du génocide. Il a également rappelé la proximité de l’essayiste avec des milieux de l’extrême droite néo-nazie: "active Holocaust denier ; that he is anti-semite and racist, and that he associates with right-wing extremists who promote neo-Nazism"." (Wikipedia)

© Philosémitisme

 

Mis en ligne le 10 mars 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org