Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Christianisme

Mise au point de Mgr Marcaillet, suite à notre réaction à ses propos dans une interview récente*
15/03/2009

 * Voir : "Holocauste = génocides soviétiques = avortements: Amalgames insupportables d’un évêque catholique".

 

-----Message d’origine-----
De : [Mgr] Marcaillet
Envoyé : dimanche 8 mars 2009 23:45
À : m.macina@skynet.be
Objet : [RE] Pas_de_sujet


Monsieur,


J’ai lu dans le site
UPJF votre réaction à certains propos que j’ai pu tenir dans une interview donnée à "La Nef" sur la levée des excommunications. Vous m’accusez d’"attaque déloyale envers l’Etat d’Israël", mais je trouve votre interprétation hâtive car je n’ai ni nommé l’Etat d’Israël, ni voulu établir aucune relation de cause à effet entre la publication des propos négationnistes de Mgr Williamson, que j’ai d’ailleurs condamnés sans appel, et le détournement de la désapprobation de l’opinion internationale par rapport à ce qui se passait à Gaza. Mais je reconnais que j’ai parlé avec légèreté, ne connaissant pas suffisamment la complexité du conflit israélo-palestinien sur lequel je me garderai bien de poser un jugement définitif, et je vous demande bien pardon pour la part de mon propos qui aura pu être mal interprétée.

Pour le reste, je n’ai pas voulu faire un "amalgame insupportable", comme vous dites en m’accusant hâtivement de "complaisance" envers l’intégrisme. Mon propos n’était pas de minimiser l’holocauste, dont je sais avec toute l’Eglise catholique qu’il est plus qu’un crime contre l’humanité, un crime contre Dieu et l’élection divine du peuple d’Israël, et, à ce titre, a une signification plus que singulière et emblématique. Mais je voulais plutôt souligner le silence qui entoure souvent, chez nous, d’autres génocides qui relèvent de la même "idéologie du mal". Je ne faisais en cela que reprendre, dans un raccourci peut-être maladroit, une page du dernier livre autobiographique de Jean Paul II, Mémoire et identité, aux éd. Flammarion, 2005, p. 23-24, dont je peux vous citer un passage :

"Si l’homme peut décider par lui-même, sans Dieu, de ce qui est bon et de ce qui est mauvais, il peut aussi disposer qu’un groupe d’hommes soit anéanti. Des décisions de ce genre furent prises par exemple sous le troisième Reich, par des personnes qui, étant arrivées au pouvoir par des voies démocratiques, s’en servirent pour mettre en oeuvre les programmes pervers de l’idéologie national-socialiste qui s’inspirait de présupposés racistes. Des décisions analogues furent prises par le parti communiste de l’Union soviétique et des pays soumis à l’idéologie marxiste. C’est dans ce contexte qu’a été perpétrée l’extermination des juifs, de même que celle d’autres groupes, comme par exemple l’ethnie rom, les paysans d’Ukraine, le clergé orthodoxe et catholique en Russie, en Biélorussie et au-delà de l’Oural [...] Parvenus à ce point, on ne peut omettre d’aborder une question plus que jamais actuelle et douloureuse. Après la chute des régimes édifiés sur les ’idéologies du mal’, dans les pays concernés, les formes d’extermination évoquées ci-dessus ont en fait cessé. Demeure toutefois l’extermination légale des êtres humains conçus et non encore nés. Il s’agit, encore une fois, d’une extermination décidée par des parlements élus démocratiquement, dans lesquels on en appelle au progrès civil des sociétés et de l’humanité entière" (Jean Paul II).

Pardonnez-moi cette longue citation qui constitue ma source essentielle.

Pour le reste, je considère les juifs comme mes "frères aînés dans la foi", et j’ai choisi "Ecoute, Israël" comme devise épiscopale, précisément pour manifester ma conviction de l’unité du peuple de Dieu à travers l’histoire, entre ce que nous appelons la première et la seconde alliance.

En vous priant encore d’excuser mon propos, pour ce qui aura pu donner lieu à une mauvaise interprétation, je vous prie de croire, Monsieur, en mes salutations distinguées.


+ Marc Aillet

évêque de Bayonne

 


Mis en ligne le 15 mars 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org