Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Droits humains, racisme, antisémitisme, etc.
Antisémitisme

Les juifs et l’Europe, vus par un nouveau site de France 24
25/03/2009

J’avoue que ce site me laisse perplexe. Il y a une dissonance notable entre le texte, qui exonère l’Europe de l’antisémitisme, et les illustrations qui l’accompagnent. Il semble qu’on veuille nous persuader, de manière subliminale, que les critiques européennes ne sont motivées que par une politique israélienne inadéquate... Mais peut-être me trompé-je. La réponse se trouve peut-être dans la présentation que fait de son initiative ce site créé et géré sous l’égide de France 24 [*]. Remarquons, au passage, que le concept est très "porteur", voire "tendance". Introduire des Internautes dans le monde des journalistes et les associer au processus informationnel, ce pourrait être une idée de génie, au moins pour FR 24. Reste à voir comment les responsables de la chaîne géreront les réactions des Internautes et comment ils endigueront et canaliseront les éruptions de type volcanique que sont susceptibles de causer des sujets aussi explosifs que l’Etat d’Israël et tout ce qui s’y rattache, plus ou moins mollement, ou s’y oppose plus ou moins violemment. "Just wait and see", comme disent nos amis anglosaxons... (Menahem Macina).

Voir : "Les Observateurs" [site de France 24], c’est quoi ?".


Les Observateurs

Vos yeux aux quatre coins du monde

Source : Site "Les Observateurs".

Les Observateurs est un site participatif de France 24. Il couvre l’actualité internationale au travers des témoignages directs d’"Observateurs", c’est-à-dire de ceux qui sont au cœur des événements. Vidéos, textes, photos : tous les contenus publiés sur ce site viennent d’"amateurs", mais ils sont sélectionnés, vérifiés, traduits et expliqués par des journalistes de France 24.

Ce site est également un espace de dialogue entre des internautes passionnés par l’info internationale - les « amis » et les "Observateurs" - et les journalistes de France 24. Sur ce site, nous faisons collaborer journalistes professionnels et "amateurs" pour produire une information à la fois originale et de qualité.

Qu’est-ce qu’un "ami" de France 24 ?

Tout le monde peut s’inscrire sur le site et devenir un "ami" de France 24. Il suffit de créer sa fiche profil pour intégrer notre communauté.

En tant qu’ami, vous pouvez :

- Recevoir des messages de nos Observateurs ou des autres amis de France 24

- Faire apparaître votre photo à côté des commentaires que vous postez.

- Contacter la rédaction du site pour l’alerter sur des contenus amateurs ou des informations intéressantes.

Qu’est-ce qu’un "observateur" de France 24?

Une fois inscrit sur le site en tant qu’ami, vous pourrez être contacté par la rédaction pour devenir un Observateur de France 24, c’est-à-dire l’un de nos contacts privilégiés dans une zone géographique (ex : l’un de nos Observateur à La Havane) ou sur une thématique particulière (ex : l’un de nos Observateurs pour le cinéma).

Nos Observateurs peuvent être jeunes, vieux, médecins ou mineurs, chinois ou brésiliens. Ce sont vos yeux aux quatre coins du monde.

Comment participer ?

Pour nous contacter et contribuer aux Observateurs, vous devez d’abord vous inscrire sur la site. Ensuite, vous pourrez nous envoyer vos idées de sujets, des textes ou des images. Une fois votre fiche profil créée sur le site (pensez à laisser votre numéro de téléphone), nos journalistes pourront ainsi vous contacter afin de vous demander de contribuer à un billet sur lequel ils travaillent. Bien entendu, rien ne vous oblige à accepter. 

Comment sont recueillis les témoignages des Observateurs ?

Certains témoignages publiés sur ce site sont rédigés par nos Observateurs eux-mêmes. D’autres sont des retranscriptions de conversations téléphoniques avec nos journalistes.

© Les Observateurs

Nous contacter :

observers@france24.com


Mis en ligne le 24 mars 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org

 

24/03/09

Source : Blogue "Les Observateurs"

090323 Joel T2.jpg
 
Ce texte nous a été envoyé par Joel Schalit, l’un de nos Observateurs pour Israël. Il a également été publié sur Jewcy.com

" Dire que les juifs ont une relation complexe avec l’Europe serait un grand euphémisme. Ce qu’ont vécu les juifs d’Europe a modelé le rapport du sionisme à ce continent, perçu comme une zone écœurante et étrangère, synonyme de racisme et de génocide. Pourtant, l’Europe est aussi idéalisée. Elle incarne le modèle de ce que pourrait être une nation juive, et beaucoup d’Israéliens ont rêvé de faire partie de l’identité européenne.

Toutefois, dans les années 1960, à la fin de la décolonisation, au moment où la France et le Royaume-Uni se sont séparés de la plupart de leurs colonies, le sentiment européen envers Israël a subi une évolution. Après avoir été considéré, après la Seconde Guerre mondiale, comme une zone libérée, à la croisée entre l’Occident et le Moyen-Orient, Israël est devenu, après la Guerre des Six-Jours de 1967, et au fur et à mesure que le conflit palestinien se développait, l’incarnation de tout ce dont l’Europe d’après-guerre essayait de se détacher.

Ce changement de position vis-à-vis de l’Etat d’Israël a été perçu par de nombreux juifs comme du racisme, mais aussi comme une hypocrisie de la pire espèce. Comment les Européens pouvaient-ils condamner Israël, alors qu’ils avaient inventé le colonialisme moderne et perpétré d’innombrables génocides, non seulement contre les juifs, mais contre les populations indigènes qui étaient sous leur tutelle ? Pour nous, ni l’expérience du nazisme, ni la montée du libéralisme en Europe de l’Ouest, ne suffisent à expliquer ce revirement.

Et la vague d’immigration venue du Maghreb, que connaît l’Europe depuis les années 1960, n’a pas permis d’atténuer ces critiques. Si les Européens n’étaient pas des antisémites hypocrites qui essayent de se débarrasser de leur culpabilité post-coloniale en nous la mettant sur le dos, ils étaient de toute évidence sous l’influence de cette nouvelle population musulmane, radicalisée au fil des années par leur religiosité toujours plus forte. Cette communauté, qui est l’équivalent européen de la communauté juive des Etats-Unis, influence forcément l’opinion publique européenne. Et si l’on regarde les relations qu’entretient l’Union européenne avec les riches pays arabes, tout devient parfaitement clair. Voilà, en tout cas, comment les Israéliens perçoivent l’Europe.

Ces inquiétudes sont compréhensibles, mais la situation a toujours été bien plus complexe que cela. L’antisémitisme existe, mais il ne peut certainement pas être la seule explication de la politique européenne. Que l’Europe doive être le théâtre d’un grand débat sur la politique étrangère d’Israël, malgré les conflits qui l’ont traversée et malgré son histoire, est indubitable. La politique européenne n’est pas antisémite et ne l’a jamais été depuis le Seconde Guerre mondiale. Les juifs sont plus libres que jamais dans la société européenne. Il suffit de regarder la composition des gouvernements britanniques et français, ou le développement de la population juive en Allemagne. Il faut aussi reconnaître que tous ces Etats européens soutiennent Israël, malgré son conflit avec les Palestiniens, et malgré le fait que l’opinion publique de ces pays soit extrêmement critique envers la politique israélienne."

 
Brixton Market, Londres.

 
Des posters d’Israël affichés sur un kiosque près de Dei Transité, à Milan.

 
[Légende : "Sécurité pour Israël. Indépendance pour la Palestine. Deux Peuples. Deux Etats. Maintenant." (Poster de Azione Giovani)]

Azione Giovani est un mouvement de jeunes lié au parti d’extrême droite, Alliance nationale.
Comme beaucoup de partis conservateurs européens, ce groupe dit soutenir Israël tout en plaidant pour une solution à "deux Etats" dans le conflit israélo-palestinien. (Photo prise sur Corso Vittorio Emanuele à Milan).

 
Brick Lane, Londres.
[Légende: Pour [ses] crimes contre l’humanité, boycottez Israël!]
 


© Les Observateurs

Mis en ligne le 24 mars 2009, par
M. Macina, sur le site upjf.org