Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)
Israël (boycott d')

Primo réagit au boycott d’Israël par le SNES et cite le désaccord d’un cinéaste algérien
21/03/2009

20/03/09

Le SNES appelle au boycott d’Israël
Réaction d’un cinéaste algérien

Le Syndicat des Enseignants du Secondaire (SNES) de Nice
appelle au boycott d’Israël

Texte de la motion du SNES, avant le congrès national :

Le congrès académique du SNES (syndicat des enseignants du secondaire) de Nice, réuni à La Londe-les-Maures les 12-13 mars 2009, a repris à son compte l’appel initié par Europalestine et demande au congrès national du SNES de le co-signer, afin d’appeler à l’organisation du boycott d’Israël.

« Pour venir en aide au peuple palestinien, le SNES doit s’engager dans le boycott d’Israël »

Du 27 décembre au 20 janvier, l’Etat d’Israël s’est livré à un massacre sans précédent depuis 1967. Dès lors, pas un jour ne s’est écoulé sans une incursion, un raid, une menace contre Gaza ou la Cisjordanie. Le blocus qui affame un million et demi d’êtres humains, parqués dans un ghetto grand comme l’Andorre, perdure.

Qui viendra au secours des palestiniens ? Pas Sarkozy, qui a dépêché une frégate pour renforcer le blocus. Pas Obama, ni aucun des Etats de l’Union Européenne qui constituent, aux dires mêmes d’Olmert, un « front uni (...) sans compromis en ce qui concerne la sécurité d’Israël » (discours du 18/1 à Jerusalem). A ce front uni des exploiteurs et des oppresseurs, le mouvement ouvrier doit opposer celui des exploités et des opprimés.

Le 17 janvier, à Paris, 20 000 manifestants ont répondu à l’appel d’associations stipulant : « Il faut que notre principal mot d’ordre soit le boycott de toutes les relations et collaborations avec Israël. Il faut que les partis et syndicats organisent le gel de toutes les importations et exportations concernant Israël et notamment les ventes et achats d’armes ».

Un appel signé par les mêmes associations, adressé aux « syndicats, partis et organisations du mouvement ouvrier, associations et élus locaux », leur demande de s’associer à une campagne pour « organiser le boycott effectif d’Israël dans les transports, la distribution et le commerce, les universités, les laboratoires... et contre toute initiative de soutien et de propagande en faveur d’Israël ». Le congrès du SNES doit répondre favorablement à cet appel.

Il est possible d’infliger des coups sévères à Israël : 34% de ses exportations s’écoulent en Europe, une part considérable transite par Marseille. La France est le premier fournisseur d’armes européen de l’armée israélienne. Des firmes comme Alstom, Veolia, Thales sont aux premières loges des chantiers coloniaux.

Et l’éducation ? Darcos a signé le 14 décembre dernier un accord de coopération éducative avec Israël (prévoyant notamment la mise en place d’un bac franco-israélien, ou encore un contrat sur la biométrie entre l’université de Lille et la ville de Haïfa).

Or, le système israélien promeut tout ce à quoi s’oppose le syndicalisme enseignant : endoctrinement, militarisation, révisionnisme, obscurantisme. C’est l’antichambre de l’armée israélienne.

Réaction de Jean-Pierre Lledo, cinéaste algérien

Cher(e)s ami(e)s ,

Je viens de recevoir le document du SNES

Il m’a scandalisé.

Je sors de la lecture du récit autobiographique : "Une histoire d’amour et de ténébres", qui nous plonge notamment dans les années précédant et succédant à la création d’Israel. Son auteur, Amos Oz est connu pour avoir fait partie et même, je crois, avoir été à la tête du mouvement contestataire "La Paix maintenant".

Et je me dis : Comment le système éducatif juif du Yishouv (avant 1948), puis d’Israel, s’il avait été ce qu’on en dit ("endoctrinement, militarisation, révisionnisme, obscurantisme"), aurait pu engendrer de tels auteurs, une telle intelligentsia, de tels artistes, de tels cinéastes, comment un aussi petit peuple aurait pu dans le cadre d’une aussi grande adversité environnante, et en quelques décennies, faire de ce pays, un pays incontestablement inscrit dans ce que l’on appelle "la modernité", et le développement?

Moi qui suis algérien, et qui connais assez la réalité du monde musulman dans l’ensemble, et notamment de l’enseignement, je souhaiterais vraiment à ces enfants un système éducatif aussi "endoctriné et obscurantiste. " !

Car "endoctrinement, militarisation, révisionnisme, obscurantisme" sont bien les principales caractéristiques de l’enseignement de la plupart des pays du monde arabe et musulman, où Hitler est encore un héros. Et cela ne concerne pas quelques millions d’enfants, mais des centaines de millions !

Si le SNES voulait vraiment faire oeuvre humanitaire, si le SNES voulait vraiment "porter secours" comme il l’écrit, il y aurait plus qu’urgence à ce que le SNES fasse une véritable enquête comparative, entre les enseignements prodigués en Israel et dans les pays du monde arabe et musulman.

On peut s’opposer à la politique de certains gouvernants israéliens, et on ne s’en prive pas en Israel même, que je sache, (la contestation est passible de prison ou de mort, dans le monde arabe et musulman), mais de là à s’abaisser à un tel niveau de manichéisme, d’esprit partisan, projetant sur l’autre ses propres infirmités !

On peut et on doit rester vigilant et critique par rapport à la politique des gouvernants d’Israel, mais pourquoi sombrer dans une telle démesure, et de la condamnation d’une politique s’en prendre à l’ensemble d’un pays qui doit précisément son dynamisme et sa modernité, à la qualité de son enseignement, et à la vitalité de sa démocratie ?

La lecture donc de ce tract, où la diabolisation d’Israel, est d’autant plus forte qu’elle contraste avec le silence à l’endroit des réalités du monde musulman, d’où provient depuis ces deux dernières décennies au moins, l’essentiel des actes quotidiens de violence, sans parler des appels publics et quasi-quotidiens des dirigeants de l’Iran à extirper de la terre musulmane pure et saine, "la tumeur cancéreuse" que serait Israël, m’amène à me demander de quelle "armée" le SNES de Nice, se veut "l’antichambre ".

Toujours est-il que si j’avais des enfants dans un lycée de Nice, je ferais en sorte que les "enseignants" qui ont rédigé une telle rédaction, ne les approchent jamais.

Jean-Pierre Lledo
cinéaste algérien

PS : Vous pourrez lire dans le blog du courageux journaliste algérien Mohamed Sifaoui l’éditorial intitulé « Al-Qaradhaoui pire que Williamson », où il signale que ce théologien de l’Islam, considéré aujourd’hui, y compris en Europe, comme une référence et une sommité, membre du « conseil européen de la fatwa », a émis le souhait que « les Juifs déjà punis en raison de leur comportement une première fois par les Babyloniens, une seconde fois par les Romains et enfin par Hitler (le soient, cette fois) des mains des Musulmans ».

Le journaliste algérien rappelait aux autorités officielles européennes qu’elles avaient « le devoir de réagir ». On pourrait y ajouter : le SNES de Nice aussi !

© Primo

 


[Texte aimablement signalé par J. Nataf.]

 

Mis en ligne le 20 mars 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org