Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)
Israël (boycott d')

Chine-Gaza : morts et morts [A propos de l’action de la "Pasionaria des grandes surfaces"] (Primo)
26/03/2009

Dans un éditorial cinglant mis en ligne aujourd’hui sur son blog [*], P.I. Lurçat, relève avec délectation cette expression – qui pourrait bien faire carrière – par laquelle l’éditorial de Primo, repris par nous ci-après, désigne ironiquement « la dirigeante de l’association pro-palestinienne radicale CAPJPO, Olivia Zemor […] suite à l’action de boycott des produits israéliens, menée dans plusieurs magasins Carrefour de banlieue parisienne. » Et Lurçat d’enfoncer le clou : « Je suis fier d’avoir été le premier à dénoncer, sur ce blog [*], l’action commando menée chez Carrefour par les hordes de sauvages conduites par Mme Zemor (qui habite dans les beaux quartiers de la rive gauche, mais dont les troupes font partie du "Lumpen Proletariat" [***] RMIste musulman). Suite à mes différents articles, ces actions (ou ces "razzias", comme les qualifie justement mon ami Emmanuel) font l’objet de plaintes du Bureau National de Vigilance contre l’Antisémitisme, soutenu par le Centre Simon Wiesenthal. J’ai appris que Mme Zemor, qui ne supporte pas que ses actions soient comparées au boycott nazi des magasins juifs, de triste mémoire, avait récemment menacé le site qui héberge mon blog de poursuites en diffamation. Que Mme Zémor sache que ses menaces ne me font ni chaud ni froid. Plusieurs avocats connus m’ont déjà offert leurs services, au cas où elle voudrait aller devant les tribunaux. (P.I. Lurçat).

[*] Blog «Vu de Jérusalem» : "Boycott d’Israël : Olivia Zemor, la pasionaria des grandes surfaces". [**] Voir "Boycott d’Israël : du nazisme au nouvel antisémitisme" (12 mars 2009). [***] Définition de Wikipedia : "«Lumpenproletariat» (prolétariat en haillons, de « Lumpen » = loque, chiffon, haillon et « Proletariat »), cette population a été considérée par de nombreux marxistes comme sans conscience politique. Les théoriciens de la révolution recommandaient de s’en méfier, car cette classe était susceptible de servir de force d’appoint à la bourgeoisie."

 


En Espagne, la vraie, la grande Pasionaria, risquait sa vie pour faire barrage au fascisme de Franco

En France, Olivia Zémor, la « Pasionaria des grandes surfaces », ne risque rien en crachant sur l’Etat le plus diffamé au monde.


 

25/03/09


Source : Site de Primo Europe (24/03/09)


C
omme celui des manifestants dans les défilés parisiens, le nombre des victimes du conflit israélo-hamassien fait l’objet de revendications qui vont du simple au double.

Ainsi l’opération du mois de janvier à Gaza a-t-elle fait 1300 morts, selon l’organisateur (le parti islamiste au pouvoir), et entre 600 et 800, selon les recoupements des ONG et des enquêteurs sur place.

Parmi ces victimes, le nombre des enfants est élevé, ce qui montre la réussite de la stratégie marketing du Hamas : plus il y a d’enfants tués, plus son image s’améliore dans les médias, et plus celle d’Israël chute.

Ce n’est pas le moindre des paradoxes, en effet, que même les soutiens d’Israël dans sa lutte éternelle contre ceux qui veulent sa disparition ressentent pour ces enfants morts une empathie absente des calculs sordides de leurs dirigeants.

Il est clair que cette proportion serait infiniment moindre (et donc médiatiquement infiniment moins utile) sans l’utilisation, par le Hamas, de boucliers civils.

Sur ce point, les enquêtes internationales ne sont pas exigées avec beaucoup de célérité par les « défenseurs des droits de l’Homme ». Il est vrai que quand on se proclame fièrement membre du « parti antisémite » (euh, ils en sont encore au vocable « antisioniste », ou bien ils sont déjà à l’étape suivante ?).

Quand, disait-on, on se définit par sa haine du Juif sur sa terre, on se doit de relativiser les morts : il y a « le bon juif (qui) est un juif mort » (ah non, ça c’était [le slogan du] parti antisémite de 1942, là on parle du parti antisioniste de 2009).

Et puis, il y a les « victimes innocentes de la barbarie sioniste », et peu importe qu’elles aient servi de bouclier humain : c’est toujours ça de martyrs en plus à la droite d’Allah !


Morts et boycott

Europalestine et autres associations, affiliées par la Pasionaria des grandes surfaces [*], Olivia Zémor, n’ont de cesse de dénoncer toute collusion commerciale avec l’entité sioniste suite à "ses crimes à Gaza".

Une chaîne de grands magasins a été la victime « d’actions-commando » dans ses rayons pour y dénoncer la présence de produits israéliens. Il est évidemment moins risqué d’appeler au boycott des produits juifs dans une démocratie que de servir de boucliers humains contre les islamikazes à Tel-Aviv !

Gageons que, parmi les frappés qui se sont livrés à ces exactions « militantes », se trouvaient plusieurs personnes qui achètent régulièrement des produits chinois.

Ils prendront peut-être connaissance avec intérêt de la nouvelle qui suit : Il y a eu 2.400 exécutions capitales dans le monde en 2008, les 3/4 ont eu lieu en Chine, selon Amnesty.

La Chine, l’Iran, l’Arabie Saoudite et le Pakistan sont responsables de 90% des exécutions.

En ce qui les concerne, les Etats-Unis ont procédé à 37 exécutions (18 pour le seul Etat du Texas). Ce chiffre, le plus faible depuis 1995, révèle qu’"il est de plus en plus clair que même les États-Unis se détournent progressivement de la peine capitale", note Amnesty.

Un peu tard, tout de même ! Et on ne peut même pas attribuer les chiffres à l’arrivée d’Obama car ce sont ceux de 2008…

A elle seule, la Chine a procédé à au moins 1.718 exécutions, soit 72% du total mondial. Amnesty considère cependant que ce chiffre est sous-estimé, en raison du secret qui les entoure.

L’Iran, qui a exécuté au moins 346 condamnés, s’est mis en infraction à la loi internationale, selon Amnesty, en exécutant huit mineurs, dont une fillette dont le seul tort fut d’être violée.

Le rapport d’Amnesty ne contient pas à ce stade d’informations particulières sur les raisons de ces condamnations à mort. Mais, de plus en plus, comme on l’a vu récemment au Yémen et en Afghanistan, est considéré comme passible de la peine de mort le fait de penser ou de vivre différemment.

Homosexuels, apostats, athées, critiques du régime et revendicateurs d’une plus grande liberté de parole sont mis au ban des sociétés et légalement assassinés.

Dans ces chiffres ne sont pas comptabilisées les exécutions sommaires, fruits d’une justice expéditive.

Le Hamas, pour ne citer que lui, a assassiné plusieurs centaines de membres du Fatah depuis 2 ans. Et des femmes soupçonnées d’avoir une « conduite indécente » ou un « regard lubrique ». Ou qui auraient pu en avoir l’idée…

Encore plus fort, des commandos islamistes venaient exécuter des Palestiniens blessés dans les hôpitaux de Gaza durant le conflit de ce mois de janvier. Inclure ces morts dans le décompte final du conflit relève du double bénéfice, comme il y a des doubles peines.

Mais, à part un correspondant de presse italien, personne n’a rien vu.

Pendant ce temps, les excités qui prônent le boycott d’Israël achètent leurs lecteurs DVD, leurs autocuiseurs et leurs chaussettes « Made in China ».


La Chine, c’est loin. Les journalistes y sont cornaqués et 1718 morts, ça ne se voit pas beaucoup, surtout quand il n’y a pas de photos.

 

© Primo

 

--------------------------------

 

Note d’upjf.org

 

[*] Tout en appréciant la dérision ironique de l’expression, je regrette que soit accolé au nom de l’agitatrice anti-israélienne patentée, qu’est Mme Zémor, ce qualificatif glorieux qui était celui de Dolores Ibárruri. Je cite la notice que consacre Le Petit Robert 2 à cette militante de la cause antifasciste espagnole : "Ibárruri (Dolorès, dite La Pasionaria) Militante espagnole (née en 1895). Député[e] aux Cortes, membre du parti communiste et partisan[e] de la lutte à outrance, elle fut un[e] remarquable orat[rice]. Elle galvanisa par ses mots d’ordre la résistance républicaine. Elle se réfugia à Moscou après la chute de la République espagnole". Voir l’article que lui consacre Wikipedia. En vérifiant sur notre site, je m’aperçois que j’ai moi-même, à tort, désigné Mme Zémor par ce titre (avec une faute d’ailleurs, puisque j’ai orthographié ce terme espagnol « passionaria ») ;  voir : "Paris: Une association israélophobe profane les portraits des 3 otages israéliens" (30.10.07).

 

--------------------------------

 

 

[Article aimablement signalé par P.I. Lurçat.]

 

Mis en ligne le 25 mars 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org