Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Europe et Israël

Durban II : l’Europe complice de l’islamisme, Guy Millière
25/03/2009

25/03/09

Source : Les 4 Vérités Hebdo.


L’une des expressions les plus frelatées du vocabulaire ambiant est celle de « communauté internationale ». Elle renvoie, en général, à l’Organisation des Nations Unies et à l’idée que cette institution dit le droit, ce qui est totalement inexact.

L’ONU a été créée à l’origine pour régler pacifiquement les différends entre pays membres. Elle s’est chargée ensuite de diverses missions d’assistance. Formée au départ de démocraties censées endiguer une menace totalitaire, celle incarnée par l’Union soviétique, elle s’est, au fil des ans et de l’admission d’États nés de la décolonisation, changée en un cénacle de dictatures plus ou moins corrompues parmi lesquelles les démocraties sont devenues la minorité.

Les membres permanents du Conseil de sécurité ont toujours inclus au moins une tyrannie à même de s’opposer aux décisions des puissances occidentales, ce qui a assuré sa paralysie dans la plupart des cas, et explique pourquoi l’Onu envoie souvent des « observateurs » qui constatent les exactions, y contribuent quelquefois, mais y mettent rarement fin.

Comme toute bureaucratie incontrôlée, l’Onu a donné naissance à des monstruosités dont l’une des pires est l’UNRWA, chargée des « réfugiés palestiniens », qui est devenue une véritable officine d’assistance au terrorisme au Proche-Orient, tout en créant des phénomènes uniques dans les annales : la multiplication par dix du nombre de réfugiés en soixante ans sans qu’une personne supplémentaire ait quitté le territoire qu’elle est censée avoir quitté, la transmission du statut de « réfugié » de père en fils sur plusieurs générations, l’extension du statut de « réfugié » à la famille par alliance…

L’Onu porte une lourde responsabilité dans la dissémination planétaire d’idées ineptes et infondées, telle celle de « réchauffement climatique global créé par l’homme ».

Elle dispose de commissions aussi onéreuses qu’ubuesques, dont la plus répugnante est chargée des « droits de l’homme ». Voici bientôt huit ans, celle-ci avait organisé à Durban, en Afrique du Sud, un sommet censé être consacré à la lutte contre le racisme, et qui s’est transformé en une sinistre bacchanale porteuse d’un antisémitisme émétique.

Depuis, la commission a été refondue, sans qu’il s’agisse, en réalité, d’autre chose qu’un vague ravalement de façade. Appelée non plus « Commission des Nations Unies sur les droits de l’homme », mais « Conseil des droits de l’homme des Nations Unies », elle va organiser au mois d’avril prochain à Genève un sommet communément qualifié de Durban II.

Ce sommet promet d’être aussi obscène que Durban I. On peut s’attendre à autant d’antisémitisme qu’en 2001. On peut s’attendre aussi à des manœuvres de l’islam le plus radical pour obtenir que toute forme de critique de l’islam soit assimilée à une forme de racisme.

Israël sera, bien sûr, traité en juif des États. Les réunions préparatoires ont permis d’avoir un avant-goût de ce qui se dira. Les documents officiels publiés ne laissent pas de place au doute. La simple liste des pays qui se sont chargés de tout cela ces derniers mois pourrait faire rire si ce n’était sinistre.

La présidence a été confiée à la Libye, la vice-présidence à l’Iran, la position de rapporteur à Cuba. Imaginez la déclaration finale lue par Mouammar Kadhafi et Mahmoud Ahmadinejad, avec l’assistance de Raoul Castro : trois humanistes réunis pour parler d’une même voix, ce serait seyant !

De trop rares pays ont déclaré à l’avance que le sommet se ferait sans eux. Barack Hussein Obama qui, comme il l’a dit sur Al Arabiya, a « une famille musulmane », après avoir tergiversé, n’enverra personne, mais ne dénoncera pas l’imposture. On peut craindre que la plupart des pays européens, eux, soient présents. Le simple fait de participer, dans ces circonstances, serait une forme de complicité.

En parlant avec Hitler, il y a sept décennies, les pays d’Europe ont permis l’avancement des projets criminels du nazisme. Jusqu’en 1940, l’Amérique de Roosevelt n’a guère été plus brillante. La question qui se pose aujourd’hui est simple : les pays d’Europe et les États-Unis d’Obama vont-ils continuer à contribuer lâchement à la propagation de l’islamisme et des discours génocidaires qui l’accompagnent ?

Nous aurons très vite la réponse.

 

Guy Millière

 

© Les 4 Vérités

 

Mis en ligne le 25 mars 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org