Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)
Israël (diabolisation d')

Le bras d’Israël est-il si long? Pourquoi attribuer au Lobby juif la lucidité américaine? M. Macina
20/03/2009

20/03/09

 

Voici en quels termes Gilles Paris – dont l’anti-américanisme n’a d’égal que son pro-palestinisme – déplore, dans son post du 11 mars, sur son Blogue « Guerre ou Paix », que Charles Freeman, ait renoncé au poste sensible de responsable des services de renseignements américains, pour lequel Obama l’avait pressenti :

« "Chas" Freeman, ancien ambassadeur en Arabie saoudite connu pour ses critiques sans fard de la politique israélienne, a décidé mardi 10 mars de renoncer. Ses explications et sa dénonciation des pratiques prêtées au « lobby israélien » valent le détour, en voici un extrait :

« Les tactiques du Lobby pro-israélien atteignent les bas-fonds du déshonneur et de l’indécence et se caractérisent par la ruine de la réputation [de leurs adversaires], des citations sélectives, la déformation volontaire des faits, la création de falsifications, et un mépris total de la vérité. Le but de ce Lobby est le contrôle du processus politique par l’opposition d’un veto à la nomination de gens qui contestent la sagesse de cette politique, la substitution du politiquement correct à l’analyse, et l’exclusion de toutes les options, quelles qu’elles soient, prises par les Américains et notre gouvernement, du seul fait qu’elles sont différentes de celles qui ont la faveur de ce Lobby. » ».

[Traduction française : Menahem Macina.]

Il revient sur le sujet, le 13 mars, en ces termes :

« Le New York Times est revenu hier sur « l’affaire » Freeman, pressenti pour diriger les agences de renseignement américaines et qui a renoncé sous le feu des critiques mettant en cause son impartialité sur [lire : ‘concernant’] Israël, ses liens avec le royaume d’Arabie saoudite où il avait servi comme ambassadeur des Etats-Unis et une attitude jugée trop accommodante vis-à-vis de la Chine sur la question des droits de l’homme. L’article du quotidien américain en dresse une chronologie très détaillée.

Nous avions privilégié (ici et ) la polémique avec Israël, considérant qu’elle était au cœur de la controverse, comme semble l’indiquer le titre choisi par le New York Times pour son article : « Israel stance was undoing of nominee for intelligence post » (l’édition du Herald Tribune reprend cet article avec le titre suivant : « Blunt talk on Israel derailed nominee »). Des lecteurs ont critiqué l’omission par ce blog [celui Gilles Paris] de certaines des critiques adressées à Charles [alias] « Chas » Freeman (la question chinoise), ou une prise de distance jugée tendancieuse de la question du financement par des fonds saoudiens du think-tank dirigé par M. Freeman. Nous leur en donnons bien volontiers acte, l’ambition de ce blog, sans doute déraisonnable, étant d’alimenter les débats plutôt que de creuser les tranchées. »


M’est avis qu’il faut déduire des interprétations malveillantes de ce journaliste que les théories du complot – voire celle de "la domination juive mondiale" – tiennent le haut du pavé. Elles dispensent d’analyses géopolitiques dignes de ce nom et surtout, elles font peu de cas de la capacité qu’ont les élus américains de faire la différence entre une critique légitime d’Israël et une diffamation systématique de cet Etat pour des motifs idéologiques, dans le meilleur des cas, ou pour ne pas déplaire aux puissants et aux riches de ce temps (lobby pétrolier arabe, hégémonie chinoise aux dépens d’un Tibet martyrisé, etc.), dans le pire.

Quoi qu’en pensent et en écrivent Gilles Paris et consorts, ce Monsieur Freeman est violemment israélophobe comme ses sponsors arabes. Pour l’affirmer, point n’est besoin de le déduire d’une enquête approfondie comme celle de plusieurs médias, dont le New York Times, il suffit de lire les propos de haine de l’intéressé.

 

Menahem Macina


© upjf.org


Mis en ligne le 20 mars 2009, par
M. Macina, sur le site upjf.org