Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
A-Dura / France-2 (développements récents)

La direction de l’American Jewish Committee devrait changer, Philippe Karsenty
01/04/2009

30 mars 2009

The Jerusalem Post

Texte original anglais : "The American Jewish Committee deserves better leadership"

Si une affaire aurait justifié l’intervention d’une organisation juive de stature mondiale, c’est bien l’Affaire al-Dura. Ce célèbre faux antisémite accusait des soldats israéliens d’avoir tué un jeune Palestinien à Gaza, le 30 septembre 2000. Bien que ce ne fut en fait qu’une mise en scène, ce reportage a été diffusé par France 2, la télévision publique française. Mohammed al-Dura est devenu un symbole pour les enfants musulmans. Cette image a déclenché des émeutes, du terrorisme et des violences dans tout le monde musulman. Elle a attisé la seconde Intifada. Elle a servi de prétexte à la décapitation de Daniel Pearl et a été exploitée par Oussama Ben Laden dans ses clips de recrutement, juste avant le 11 septembre 2001.

Cela fait sept ans que je me bats pour que la vérité soit reconnue, et j’ai été poursuivi en justice par France 2 pour cela.

L’American Jewish Committee est une des organisations juives les plus dynamiques.

Il aurait été parfaitement cohérent pour cette organisation de lutter à mes côtés contre cette mascarade qui déshonore les juifs du monde entier.

Mais, avec David Harris à sa tête, cette organisation ne s’est illustrée que par son silence et son obstruction.

David Harris est connu pour ses compétences diplomatiques, la relation chaleureuse qu’il entretient avec Nicolas Sarkozy, et pour ses contacts au plus haut niveau avec d’autres dirigeants européens. Certains se sont plaints auprès de David Harris de l’attitude de sa représentante en France, Valérie Hoffenberg, qui n’a jamais rien fait pour combattre la mise en scène de France 2. En fait, elle s’est activée en coulisses afin de couvrir le mensonge al-Dura et a bloqué certains de mes contacts avec des officiels français. Elle a aussi cherché à influencer certains dirigeants communautaires contre moi et a prétendu que le faux reportage de France 2 était authentique.

David Harris était à chaque fois poli et rassurant : « Je vais regarder cela ».

En fait, rien n’a jamais changé, car Valérie Hoffenberg n’agissait pas de façon indépendante : elle appliquait fidèlement la politique de l’AJC. En raison des actions de Valérie Hoffenberg, la représentation de l’AJC en France est devenue mon adversaire le plus nuisible.

Néanmoins, j’ai gagné mon procès contre France 2 en mai dernier.

Le refus de David Harris de lutter contre la mystification al-Dura est logique quand on le rapproche des recommandations données à l’administration Obama (ainsi qu’à d’autres gouvernements étrangers) de participer à la "foire antisémite" de Durban II ; s’opposant ainsi même aux souhaits du gouvernement israélien. Le voilà maintenant qui s’attaque à trois des plus ardentes avocates d’Israël - Caroline Glick, Melanie Phillips et Anne Bayefsky – qui plaident pour un boycott pur et simple de cette manifestation.

Les allégations de David Harris quant à sa responsabilité dans le retrait des Etats-Unis de Durban II, ou des améliorations de sa résolution préparatoire – après avoir sapé les efforts de ceux qui préconisaient un boycott – sont une nouvelle illustration de son comportement dans l’Affaire al-Dura : le double langage de l’American Jewish Committee.
 
Quand la Cour d’appel française m’a relaxé, l’AJC a immédiatement émis un communiqué pour se féliciter de cette décision de justice. Mais cette déclaration n’était destinée qu’à un public américain. Quand il fut demandé à sa représentante en France de réagir en français, elle a refusé, de peur que ses propos puissent être interprétés comme des critiques du gouvernement français, qui détient et contrôle la chaîne de télévision publique française responsable du bidonnage.
 
En décembre 2006, l’AJC a publié un excellent rapport d’Alvin Rosenfeld : « Les juifs progressistes et le nouvel antisémitisme ». Certains ont alors demandé à l’AJC l’autorisation de traduire ce rapport en allemand.
 
David Harris a alors écrit à la responsable de son bureau berlinois, Deidre Berger : « Je crois que cela provoquerait une petite tempête en Allemagne si ce rapport était publié, et cela causerait plus de tort à notre image et à notre réputation dans un pays-clé. »
En d’autres termes, l’Allemagne est un « pays-clé » dans lequel M. Harris a d’importantes relations à protéger.
 
Je ne suis pas le seul à exprimer des inquiétudes au sujet des agissements de David Harris en Europe.
 
Je vous invite à lire, ci-dessous, une note que j’ai reçue, en novembre 2008, d’une personnalité influente de la communauté juive allemande, et qui confirme ma perception de l’attitude néfaste de David Harris :
 
« Tandis que vous avez eu des problèmes avec la représentation de l’AJC à Paris, l’AJC de Berlin pose aussi des problèmes. Cela n’est pas dû au hasard, car la politique de l’AJC est appuyée par David Harris. L’AJC veut être la première des organisations juives pour ce qui concerne les contacts avec les gouvernements européens. C’est pour cela qu’ils essayent de bien s’entendre avec les establishments des différents pays…
 
Ils travaillent ainsi contre, voire sabotent les autres organisations juives ou non, qui luttent activement contre l’antisémitisme et l’antisionisme. En somme, l’AJC pratique l’apaisement vis-à-vis des gouvernements et des élites européennes qui apprécient grandement la certification "cashère" ainsi donnée par l’AJC qui, de fait, travaille contre les intérêts des communautés juives européennes. »
 
L’antisémitisme explose dans le monde entier et les ennemis de l’Etat d’Israël n’ont jamais été aussi puissants. La conférence de Durban II est une manifestation destinée à offrir une légitimité à cette haine, notamment alimentée par la fausse mort de Mohammed al-Dura qui est devenue l’icône exemplaire des "atrocités" israéliennes. Sans surprise, l’horrible image de la fausse mort de Mohammed al-Dura était déjà partout à Durban I.
 
L’AJC attire ses donateurs en prétendant défendre les communautés juives, alors qu’en fait, avec David Harris à sa tête, cette organisation les met en danger.
 

©
Philippe Karsenty

Mis en ligne le 1er avril 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org