Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Droits humains, racisme, antisémitisme, etc.
Négationnisme

Juifs et musulmans s’unissent contre le négationnisme, Emilie Cailleau
31/03/2009

Voici un projet digne d’être recommandé. On se reportera au site qui le diffuse [*], lequel porte le nom symbolique de « Projet Aladin ». J’ai déjà répercuté la présentation du projet par la Fondation pour la mémoire de la Shoah [**]. (Menahem Macina).

 [*] Sous-titré, en anglais : « Holocaust. A Call to Conscience », et en français : « Shoah. Un appel à la conscience ». [**] Voir : "Le Projet Aladin, pour un dialogue fondé sur le rejet du négationnisme".

 

31/03/09

 

Texte repris du site de L’Express, du 27/03/09

 

Un soutien multiculturel

Le projet Aladin est soutenu par plus de 200 intellectuels, historiens, universitaires et politiques, dont beaucoup sont issus du monde arabo-musulman. Un Comité de Conscience a été créé. Y figurent notamment David de Rothschild (président de la Fondation pour la mémoire de la Shoah), Jacques Chirac, Simone Weil, Prince El Hassan ben Talal de Jordanie, Gerhard Schröder, l’ancien chef d’Etat de Mauritanie, l’ancien président de la République d’indonésie)...

 

La Fondation pour la mémoire de la Shoah a lancé, ce vendredi à l’Unesco, le "projet Aladin" pour favoriser le dialogue entre juifs et le monde arabo-musulman. Parmi les initiatives, un site multilingue sur la Shoah. Anne-Marie Revcolevschi, directrice générale de la Fondation, explique à LEXPRESS.fr l’enjeu de ce programme, soutenu par une trentaine de pays.

 

Comment est né le projet Aladin?

 

On constate une véritable opération de négationnisme qui dépasse le cadre du conflit israélo-palestinien et s’étend dans le monde arabo-musulman. Dans les marchés et librairies de ses grandes villes, les livres anti-juifs comme Mein Kampf prolifèrent. Et sur Internet, rechercher le mot "juif" et "musulman" dans les langues farsi, arabe, persan et turc donne accès à un nombre important de sites et blogs négationnistes.

Les jeunes générations ne connaissent pas l’histoire des relations entre juifs et musulmans, et pensent que les relations ont toujours été haineuses, ce qui est faux. Il fallait combler cette ignorance...

Quelles initiatives concrètes avez-vous mises en place?

On a décidé de proposer des informations historiquement fiables sur la Shoah sur un site multilingue, projetaladin.org. Il revient sur l’histoire des juifs, celle des relations judéo-musulmanes au cours des siècles.

On a aussi conçu une bibliothèque numérique où sont traduits, pour la première fois en arabe et en persan notamment, des ouvrages fondamentaux sur l’Holocauste comme "Si c’est un homme" de Primo Levi et "Le journal d’Anne Franck". Les écrits, téléchargeables gratuitement, comporteront aussi des ouvrages de référence traduits de l’arabe et du persan.

Par ailleurs, des universités d’été destinées aux étudiants à bac+ 5 du pourtour méditerranéen, verront le jour en 2010. Elles réfléchiront sur les manières de résoudre les conflits sur des questions géopolitiques: gestion de l’eau, l’énergie, les rapports Nord-Sud...

Rien n’est prévu pour lutter contre l’influence des réseaux antisémites en France?

Le projet Aladin est moins destiné à la France qu’au monde arabo-musulman. Car le négationnisme n’est pas un problème majeur en France; les jeunes vont à l’école et suivent le programme.

S’agissant du regain d’antisémitisme constaté en France récemment, nous agissons indirectement en finançant des projets d’associations travaillant sur le terrain. Des voyages à Auschwitz organisés pour les lycéens du 93 changent radicalement leur vision sur l’Histoire.  

Il est clair qu’on ne peut pas éradiquer l’antisémitisme. Mais on peut tenter de l’endiguer en éduquant. Car l’ignorance est le meilleur terreau pour amplifier le phénomène.

 

Emilie Cailleau

 

© L’Express

 

Mis en ligne le 31 mars 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org