Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Humour

Sus aux enseignes en forme de croix des pharmacies: Sûrement un "poisson d’avril"!
08/04/2009

J’avais éventé le canular, mais je n’ai pas été aussi perspicace (ou aussi bien informé) que l’internaute (vivisrael) qui vient de me mettre au parfum. Il me signale, en effet, que le nom, "Ilda Vrospinos", est l’anagramme de "Poisson d’avril". Merci à lui (pas au poisson! A vivisrael !). Mon amour propre se console en constatant que je ne suis pas le seul à ne pas avoir décodé l’anagramme. A quelque chose malheur est bon: en retraçant les contrôles que j’ai faits et auxquels les webmestres qui ont relayé le "canard" sans soupçonner que c’était un "poisson", auraient pu facilement procéder, j’ai montré quelles étaient les vérifications élémentaires à faire pour ne pas prendre des vessies pour des lanternes. Donc : "ILDA VROSPINOS !", pour le 1er avril passé... Rions. (Menahem Macina).

08/04/09

Plus c’est gros, plus ça passe. L’adage populaire ne se dément pas. Jugez-en.

Depuis quelques jours, plusieurs sites communautaires relaient l’information diffusée par l’agence Novopress, selon laquelle les enseignes en forme de croix des pharmacies devront bientôt disparaître, pour ne pas heurter les sensibilités des non-chrétiens - et mieux vaut ne rien dire des sensibilités musulmanes.

L’un ou l’autre webmestre de ces blogs/sites
s’en scandalisent bruyammment. L’un d’entre eux m’a même interpellé à ce sujet... Il y aurait donc péril en la demeure - non pour les vénérables enseignes traditionnelles qui font partie de notre paysage depuis des temps quasi immémoriaux, mais pour notre sens du ridicule ! D’où mon tir de barrage ci-dessous.

M’est avis que cette affaire sent son "poisson d’avril" (avarié, de surcroit), à des lieues... Je me base pour l’affirmer sur trois indices au moins :

  • la date (1er avril);
  • le fait qu’on ne trouve trace, sur le Net, de la prétendue "association maghrébine parisienne, Paris-Beurs-Cités" que sur les sites et blogs qui ont relayé l’info (ou l’intox);
  • le fait qu’il n’y a pas, à la Mairie de Paris, de conseillère technique en charge des cultes, du nom de Ilda Vrospinos, ni d’ailleurs (sauf erreur) de département consacré à cette activité.

Si je me suis trompé, c’est volontiers que je ferai amende honorable et que je joindrai ma grande g.... au choeur des protestataires effarouchés.

Menahem Macina

 

Susceptibilité antichrétienne : les pharmacies parisiennes bientôt obligées de décrocher leur enseigne cruciforme ?

 [Image retouchée par mes soins (M. Macina)]

01/04/2009 – 08h00

PARIS (NOVOpress) – Une association maghrébine parisienne, Paris-Beurs-Cités, a adressé il y a une dizaine de jours une lettre à la mairie de Paris afin de demander que soient « progressivement supprimées des devantures des pharmacies les enseignes en forme de croix ». La conseillère technique du Cabinet de Bertrand Delanoë en charge des cultes, Ilda Vrospinos, lui a officiellement répondu que sa demande allait être « examinée avec la plus extrême attention ».

L’association, qui se présente pourtant comme « non confessionnelle » et entend « regrouper les jeunes Français issus de l’immigration maghrébine afin de les aider à trouver leur place dans une société encore largement discriminatoire » explique sa démarche par le fait que « ce symbole religieux ostentatoire, vestige d’une époque révolue où la religion catholique était omniprésente dans notre pays » est susceptible de « heurter la susceptibilité des croyants non chrétiens mais aussi des personnes non ou antireligieuses » et « contrevient gravement au principe républicain de laïcité ». « Alors que la crise économique accroît les risques d’affrontements intercommunautaires, ces enseignes à forte connotation religieuse pourraient être ressenties par certains comme une forme de discrimination, voire comme une provocation », poursuit Paris-Beurs-Cités.

La demande pourrait bien aboutir si l’on en croit la réponse officielle de Mme Vrospinos, qui affirme dans la lettre qu’elle a adressée à l’association « comprendre pleinement [ses] préoccupations ». La conseillère technique indique qu’elle va « soumettre [la] demande à Bertrand Delanoë qui, n’en doutez pas, va l’examiner avec la plus extrême attention ». Elle précise également que le maire de Paris « qui a fait du “vivre ensemble” l’un des fondements de son engagement », « est très attentif à la bonne entente entre communautés » et qu’il est « pleinement conscient du caractère néfaste de certains anachronismes ». Une dernière phrase lourde de menaces…


[cc] Novopress.info, 2009, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine
[http://fr.novopress.info]


© Novopress, pour l’"information"

upjf.org, pour les commentaires

 


Mis en ligne le 8 avril 2009, par
M. Macina, sur le site upjf.org