Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Ahmadinejad

L’ONU confirme la venue du président Ahmadinejad à Genève
15/04/2009

15/04/09

Source : Le Matin.Ch (14 avril 2009)


Des sources diplomatiques avaient indiqué la semaine dernière que le président iranien avait l’intention de venir à Genève. "Jusqu’ici, quatre chefs d’Etat ont annoncé leur présence: Timor-Leste, le Togo, l’Iran et le Monténégro", a affirmé la porte-parole de l’ONU Marie Heuzé.

L’Egypte, le Nigéria, la Norvège, l’Afrique du Sud ont confirmé la venue de leur ministre des Affaires étrangères, l’Irak celle de son vice-président, le Lesotho celui de son premier ministre, a ajouté la porte-parole. Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon ouvrira la réunion.

"La conférence de Genève est conçue par l’ONU comme une occasion de combattre le racisme, la xénophobie et l’intolérance. Mais le président Ahmadinejad a nié l’Holocauste et cherche ouvertement la destruction de l’Etat d’Israël", a réagi l’ONG pro-israélienne "Eye on the UN". Les négociations se poursuivent sur un projet de document final.

Pas encore de décision suisse

Du côté suisse, le niveau de participation n’est pas encore décidé, a précisé un porte-parole du Département fédéral des Affaires étrangères (DFAE). "Il faudra attendre la fin de la semaine. Tout est suspendu au contenu du texte final", a-t-il indiqué.

L’Union européenne doit également encore décider d’une position commune. Israël a confirmé son boycott de la réunion.

"La conférence de Genève est conçue par l’ONU comme une occasion de combattre le racisme, la xénophobie et l’intolérance. Mais le président Ahmadinejad a nié l’Holocauste et cherche ouvertement la destruction de l’Etat d’Israël", a réagi l’ONG pro-israélienne "Eye on the UN" à l’annonce de la présence du président iranien.

Les négociations se poursuivent cette semaine sur un projet de document final. Seulement 60 % des paragraphes du texte ont été approuvés la semaine dernière sous la houlette du Russe Youri Boychenko, qui a transmis son rapport à l’ambassadeur de Libye Najat Al-Hajjaji, présidente du comité préparatoire.

"Les Etats vont discuter jusqu’à la fin de la semaine et les tractations peuvent encore se poursuivre jusqu’à la fin de la conférence", a précisé Marie Heuzé.

Le document élimine les mentions de la diffamation des religions et du conflit israélo-palestinien, rejetées par les Occidentaux. Toutefois, des divergences demeurent sur plusieurs points, comme l’incitation à la haine raciale, la liberté d’expression, la création d’un Observatoire du racisme et les mécanismes de suivi.

Pas viable pour les Etats-Unis

Dans un communiqué, le porte-parole du Département d’Etat américain Robert Wood a affirmé mardi que si des progrès ont été réalisés, "des problèmes demeurent". "Des éléments du projet de document continuent de susciter l’inquiétude", a-t-il indiqué.

Pour être viable, le texte doit encore être raccourci, selon les Américains, et il ne doit pas réaffirmer dans son ensemble la Déclaration et la Programme d’action de la conférence de Durban (septembre 2001).

"Nous ne pouvons pas soutenir des restrictions à la liberté d’expression qui pourraient résulter de certaines formulations liées à l’incitation à la haine religieuse", a ajouté le porte-parole américain.

Il a précisé que les Etats-Unis se "réengageront" dans le processus de Durban seulement si ces problèmes sont surmontés. Le secrétaire général de l’Organisation de la conférence islamique (OCI), le Turc Ekmeleddin Ihsanoglu, a pour sa part confirmé sa venue à Genève.

 

© Le Matin.Ch

 

Mis en ligne le 15 avril 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org