Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Hamas

De quoi parler avec le Hamas, Shlomo Avineri
07/04/2009

06/04/09

Haaretz

Texte original anglais : "What to speak with Hamas about"

Traduction française : Menahem Macina

 

Ces derniers temps, on entend de plus en plus affirmer que le seul moyen de parvenir à un accord entre Israël et les Palestiniens est de parler avec le Hamas. Ceux qui s’expriment ainsi ne sont pas seulement des Européens, mais aussi des Américains. Le chroniqueur au New York Times, Roger Cohen, par exemple, et Brent Sowcroft, qui fut conseiller à la sécurité nationale du premier Président Bush, ont affirmé que, sans dialogue avec le Hamas, il n’y aurait pas de paix entre Israël et les Palestiniens. Et si Israël s’y refuse, les Européens et les Américains devraient ouvrir un dialogue avec le Hamas.

Des déclarations similaires peuvent s’entendre aux marges de la politique israélienne.

Je pense que ces gens ont raison, mais pas pour les motifs qu’ils allèguent. La question est de savoir de quoi parler avec le Hamas. Il est clair que nous devons parler avec eux – et d’ailleurs Israël le fait déjà, de manière indirecte – de la libération du soldat Guilad Shalit, et d’un apaisement de la situation.

Je crois que nous devons parler d’autres choses également avec le Hamas ; comme, par exemple, de ce qui est écrit dans leur Charte fondatrice. La plupart des Israéliens, ainsi que les Européens et les Américains, savent que le Hamas prône la destruction d’Israël. Ce que la majeure partie d’entre eux ignorent, c’est que le document fondateur du Hamas, fait preuve d’une attitude plus globale, non seulement à l’égard d’Israël, mais à l’égard des Juifs.

L’introduction de la charte affirme que le but du Hamas est de faire la guerre non seulement contre Israël et contre le sionisme, mais contre le peuple juif dans sa globalité, du fait que les Juifs, et pas uniquement Israël et le sionisme, sont les ennemis de l’islam.

Et voici de quoi lever tous les doutes : l’entièreté du chapitre 22 est consacrée à énumérer les iniquités des Juifs.

Selon le Hamas, les Juifs sont responsables de tous les maux de la société moderne – la Révolution française, la révolution communiste, la création d’associations secrètes (Francs Maçons, Rotary et Lions clubs, Bnay B’rith) ont été conçues pour les aider à prendre le contrôle du monde par des moyens secrets. Ils contrôlent l’économie, la presse et la télévision ; ils sont responsables du déclenchement de la Première Guerre mondiale, qu’ils ont lancée en vue de détruire les califats musulmans (l’empire ottoman), pour obtenir la Déclaration Balfour et créer la Ligue des Nations dans le but de fonder leur Etat. C’est eux également qui furent à l’origine de la Seconde Guerre mondiale, dans le but de faire fortune en vendant du matériel de guerre ; ils ont pour agents et le capitalisme et le communisme.

N’avons-nous pas là des consonances familières ? Une partie de ce qui précède est tirée directement des "Protocoles des Sages de Sion", l’autre – particulièrement ce qui a trait aux guerres mondiales - est originale.

Et ne me dites pas que ce ne sont que des mots et que le Hamas ne doit pas être jugé seulement sur la base de sa charte. Quelqu’un oserait-il dire cela si un mouvement similaire voyait le jour en Europe ou en Amérique, et si, en plus d’affirmations de cette nature, il se mettait à tuer des Juifs ?

Comparés à ce qui figure dans la charte du Hamas, l’Autrichien Joerg Haider et le Français Jean-Marie Le Pen sont des modérés.

Il est clair que, si un mouvement comme celui-ci, venait à émerger en Europe, personne n’imaginerait même de proposer qu’on entre en négociation avec lui, on qu’on lui propose d’entrer dans un gouvernement. Une abomination de cette nature n’a pas sa place dans quelque discours politique que ce soit.

Mais peut-être vaut-il néanmoins la peine de parler au Hamas – non de sa contribution à la paix, mais plutôt de ce qui est affirmé dans sa charte. Peut-être ceux qui soutiennent l’opinion que nous devons parler avec le Hamas, parleront-ils d’abord avec lui de ces sujets. Qui sait ? Peut-être changera-t-il ses principes. Je ne m’attends pas à ce que les choses se passent exactement ainsi, mais je suis vraiment curieux de savoir ce que diront de tout cela ceux qui pensent que le Hamas est la clé de la paix au Moyen-Orient.

Et peut-être ont-ils effectivement raison ; peut-être le Hamas est-il la clé. Si c’est le cas, il est difficile de s’attendre à ce que la paix s’instaure dans notre région.

 

Shlomo Avineri

 

© Haaretz

 

Mis en ligne le 6 avril 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org