Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Non attribué

Echec sur la nomination d’un nouveau secrétaire général de l’Otan
04/04/2009

NOUVELOBS.COM | 04.04.2009 | 14:58

La Turquie s’oppose à la nomination du favori, le Danois Anders Fogh Rasmussen, notamment pour son soutien aux caricatures de Mahommet. Un blocage qui pourrait compromettre son intégration à l’UE.

Le Premier ministre danois Anders Fogh Rasmussen, favori  (Reuters)

Le Premier ministre danois Anders Fogh Rasmussen, favori  (Reuters)

Les travaux officiels du sommet de l’Otan ont repris avec une heure et demi de retard, samedi 4 avril. Les 28 dirigeants ont au préalable dû discuter du problème posé par l’opposition turque à la nomination du Danois Anders Fogh Rasmussen au poste de secrétaire général.
Le ministre allemand de la Défense Franz Josef Jung n’a pas exclu que l’Otan échoue à choisir son prochain secrétaire général. Le ministre allemand de la défense a cependant indiqué aux journalistes qu’Anders Fogh Rasmussen restait le favori. Le Danois, un atlantiste convaincu, est soutenu par Berlin, Londres, Paris et Washington.

Opposition de la Turquie


La Turquie, pays musulman, exprime ses réserves sur le choix du Premier ministre danois Anders Fogh Rasmussen, qui a défendu le droit d’un journal danois à publier des caricatures de Mahomet ayant enragé le monde musulman en 2005.
Le commissaire européen à l’Elargissement, Olli Rehn, a prévenu que l’opposition de la Turquie à la nomination du Danois ne va pas favoriser l’intégration future d’Ankara à l’Union européenne (UE)
"Je dois dire que la Turquie fait une erreur en ne soutenant pas le Premier ministre danois Anders Fogh Rasmussen, très apprécié, comme nouveau secrétaire général de l’Otan", a déclaré Olli Rehn dans un entretien à la chaîne de télévision finlandaise publique YLE. "Cela n’augure rien de bon d’un point de vue européen, car la liberté d’expression est une valeur tellement fondamentale, au moment où la Turquie aspire à devenir membre de l’UE", a-t-il souligné. "Cela va sans doute soulever des questions au sein des Etats membres et des citoyens sur la manière dont la Turquie a intégré des valeurs européennes telles que la liberté d’expression", a encore insisté le commissaire européen à l’Elargissement. Olli Rehn avait récemment appelé la Turquie à se concentrer à nouveau sur les réformes considérées comme nécessaires à son entrée dans l’UE. Entamées en 2005, les négociations en ce sens ont depuis été assez laborieuses.

Trouver une solution


"Je doute de ses capacités à contribuer à la paix mondiale", avait déclaré vendredi le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan pour justifier son opposition à la nomination d’Anders Fogh Rasmussen.
Outre l’affaire des caricatures, le Premier ministre turc reproche au Premier ministre danois de n’avoir pas interdit une chaîne de télévision kurde basée au Danemark et considérée comme une vitrine des rebelles séparatistes kurdes.
"Nous continuons nos efforts pour trouver une solution encore aujourd’hui ou, le cas échéant, dans les prochains jours", a-t-il déclaré. Le porte-parole de l’Otan, James Appathurai, a ajouté qu’il n’"y avait aucune obligation de prendre une décision maintenant" pour trouver un successeur au Néerlandais Jaap de Hoop Scheffer, qui quitte en principe son poste le 31 juillet.
 


© Nouvel Observateur

 

Mis en ligne le 4 avril 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org