Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Non attribué

Les dix citations de la semaine (5) - choisies par le Blog Philosémitisme
20/04/2009

Je trouve excellente l’idée de la responsable du site Philosémitisme de nous gratifier, chaque semaine, de citations particulièrement significatives. D’autant qu’elles sont bien choisies. (Menahem Macina)

20/04/09

Source : Blog Philosémitisme (19 avril 2009)


"Moi qui ai subi l’expérience des horreurs de la Shoah, j’affirme que Durban a été la manifestation la plus haineuse et la plus discriminatoire contre les Juifs depuis la période nazie." (Tom Lantos (1928-2008), Président démocrate de la Commission des Affaires étrangères de la Chambre des représentants et seul survivant de la Shoah élu au Congrès américain. Membre de la délégation américaine à la conférence.)

------------------------------------

"Il faut avant tout cesser d’être culpabilisés par l’holocauste. L’immense majorité de la population européenne n’était pas née pendant la guerre et elle n’a pas à se sentir éternellement coupable pour des crimes qu’elle n’a pas commis. C’est également vrai pour les Allemands ou pour l’Eglise catholique qui continuent à être particulièrement culpabilisés." (Jean Bricmont, professeur à l’Université Catholique de Louvain.)

------------------------------------

"L’antijudaïsme moderne est devenu la forme naturelle de l’indifférence; la persécution, la forme naturelle du désoeuvrement; le déni de l’antijudaïsme et de la persécution, la forme naturelle de l’opinion raisonnable." (Jean-Claude Milner, Les Penchants criminels de l’Europe démocratique, Verdier, 2003.)

------------------------------------

"[Dé]nier à l’Etat d’Israël le droit de vivre, d’exister, est devenu une tendance à la mode. C’est la forme moderne de l’antisémitisme. Le Parlement européen devrait ainsi clarifier de façon très précise sa position sur cette question." (Silvana Koch-Mehrin, Eurodéputé allemande.)

------------------------------------

"La pompe de ces Salomons parvenus heurte notre goût (contemporain) pour la sobriété. Ils parlent toujours à haute voix, comme s’ils étaient en pays vaincu. Et que ce soit dans un restaurant à Londres ou à Berlin, il n’y a rien de plus intolérable que le caquetage sémitique. Ils sont couverts de bijoux, les garnitures de leurs calèches sont en or, et ils aiment le luxe grossier. Tout cela irrite." (Eça de Queirós (1845–1900), diplomate et écrivain portugais, 1880.)

------------------------------------

"Il [Moses Hess] disait aux Juifs allemands des choses qu’ils n’aimaient pas entendre. Par exemple: «Pourquoi les Allemands ne vous aiment-ils pas? Ce n’est pas parce qu’ils n’apprécient pas votre religion, ou vos écrits ou votre conduite économique. Ce qu’ils n’aiment pas, ce sont vos nez, vos cheveux frisés, parce qu’ils considèrent qu’ils ne sont pas allemands, ce que vous prétendez être. Et cela, vous ne pouvez le changer.»" (Sir Isaiah Berlin, philosophe et historien, En toutes libertés, entretiens avec Ramin Jahanbegloo, Le Félin.)
------------------------------------

"Je suis né à l’âge de La Libre Parole de Drumont et de La France Juive : l’hitlérisme a réveillé mon inconscient d’enfant. Entre Vienne 1900 et Paris, il y eut, alors, un antisémitisme européen." (Paul Morand, 18.8.1974, Journal Inutile, t. II, 1973-1976.)

------------------------------------

"[...] on ne construira pas le bien vivre ensemble en Europe sur la délégitimation de la noble idée du Sionisme et l’exigence faite aux Juifs de renier leur droit imprescriptible à disposer, eux aussi, d’un Etat. Mais on aura certainement contribué à construire le bien vivre ensemble quand, partout, de l’est à l’ouest et du nord au sud de notre espace européen, les synagogues et les écoles juives n’auront enfin plus besoin de cette protection policière qui, depuis que j’ai ouvert les yeux sur le monde, défigure leurs abords et marginalisent ceux qui y prient ou y étudient." (Joël Rubinfeld, Président du CCOJB.)

------------------------------------

"Pas plus que n’importe qui, les juifs n’ont à expliciter l’antisémitisme, l’anti-judaïsme, ou encore l’anti-sionisme. C’est aux auteurs de tels propos, de tels actes écrits, à en dire leurs raisons, ce qui implique qu’ils disent les avoir dits, et d’où ils proviennent. C’est là une nécessité éthique minimale [pour] tout débat possible sur de tels enjeux, c’est l’exigence que tout débat se supporte [?] d’un tel pacte de fond au départ. Car l’antisémitisme quel qu’il soit, avoué ou non, su ou non, peut être le prélude à bien plus grave, chacun le sait aujourd’hui." (Jean-Jacques Moscovitz, psychanalyste.)

------------------------------------

"Nier l’identité juive est une vieille marotte, aujourd’hui parasite obstiné de la pensée contemporaine. D’où vient ce vertige du négatif ? On l’aura compris en lisant le livre de Shlomo Sand : d’un désir obscur de faire des juifs de purs fantômes, de simples spectres, des morts-vivants, figures absolues et archétypales de l’errance, figures des imposteurs usurpant éternellement une identité manquante. Eternelle obsession qui, loin de s’éteindre, ne cesse de renaître avec, désormais, un nouvel alibi mythologique : les Palestiniens." (Eric Marty, écrivain et critique, professeur de littérature à l’université Paris-Diderot.)
 

 

Propos recueillis par Philosémitisme

 

Mis en ligne le 20 avril 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org