Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Post-sionisme

Lettre au jury du Prix Aujourd’hui, attribué à Sh. Sand pour «Comment le peuple juif fut inventé»
20/04/2009

20/04/09


Texte repris du site Israël Infos


Mesdames et Messieurs les membres du Prix Aujourd’hui.


C’est aux membres du jury du Prix aujourd’hui que je me permets d’adresser ces lignes, quelques semaines après son attribution, le 10 mars dernier, à Shlomo Sand, pour
son livre, "Comment le peuple juif fut inventé".

 

Vous n’êtes pas sans savoir que, suite à la publication de ce pamphlet, nombreux sont ceux qui ont voulu s’approprier [la thèse de] cet ouvrage pour mieux véhiculer une nouvelle théorie de la substitution : en bref, les héritiers de l’antique peuple juif sont les Palestiniens, les juifs de 2009 ne sont que des imposteurs, convertis au fil des exils. Ces derniers n’auraient, à ce titre, aucun droit sur "Eretz israel".

Ces idées sont largement véhiculées dans les forums et dans une certaine presse, et en écoutant ou lisant les différentes interventions de Sand, il ne m’a pas semblé qu’il les reniait. Dans un article du Monde il déclarait (*) :

« Cette thèse a été, ensuite, formulée à plusieurs reprises par d’autres qui ont observé que la population juive en Palestine fut convertie à l’islam au VIIe siècle…. ».

Et plus loin :

« La Bible n’a pas créé un peuple juif ».

Ou encore :

« Le récit national juif sur le passé relève davantage d’un empilement de mythes mobilisateurs successifs ».

Roger Garaudy n’aurait pas dit mieux!

La théorie de la substitution est une vieille antienne antijuive (pour ne pas dire antisémite) : du Verus Israel [le véritable Israël] des chrétiens, jusqu’au sacrifice d’Ismaël, en lieu et place d’Isaac, des musulmans, les monothéismes ont toujours cherché à mettre le vieux judaïsme talmudique "au rancart".

Si l’on veut nous apprendre que le peuple juif s’est "construit" au fil des exils, quelle nouvelle ! Il s’est construit en même temps que sa pensée et sa littérature rabbinique à la richesse inouïe, sur laquelle je serais curieux de connaître l’opinion de Mr Sand.

Alors, pourquoi ce titre racoleur ? Pourquoi ce discours idéologique autour de l’identité juive, dont les fondements sont bien plus subtils et complexes que ne semble, ou ne veut le croire Mr Sand ?

J’ai été très gêné de lire, sous sa plume, dans Le Monde, que le peuple juif avait été exilé dès la chute du Temple en 70, alors que tout enfant juif qui étudie la révolte de Bar-Kochba, en 135 après J.C., sous Hadrien, apprend qu’elle a été menée par des juifs restés en nombre en Judée. Mr Sand affirme, amalgame, et ses objectifs semblent bien éloignés d’une démarche de pur historien.

L’identité juive ne saurait être réduite à de méprisables critères raciaux ou génétiques, comme cette démarche l’insinue. Elle se fonde sur ses codes, sa langue et surtout une éthique qu’il ne m’appartient pas de développer ici.

L’un de vos collègues du prix Aujourd’hui, dont je tairai le nom, me répond :

« On ne peut tenir Sand pour responsable des mauvais usages effectués de son livre… »

Propos d’une lâcheté absolue lorsque on sait le parcours et les idées politiques du personnage ! Mr Sand est, bien entendu, responsable des manipulations auxquelles a donné lieu son ouvrage, et les membres du prix Aujourd’hui ne pouvaient l’ignorer.

Ils participent, de ce fait, à une entreprise de déconstruction historique inouïe, dont malheureusement le siècle précédent a été coutumier à l’encontre des juifs, avec les conséquences que l’on sait.


© Serge Mazouz

 

(*) Le Monde du 04/04/2009.

 

[Texte aimablement signalé par Pabarisain.]

 

Mis en ligne le 20 avril 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org