Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Islam
Expansion/exigences islamistes

Deux écrivains musulmans libéraux : des groupes musulmans d’Europe exploitent l’ouverture européenne
15/04/2009

Il s’agit du sheikh Dhiya al Moussawi, de Bahrein, dans le quotidien Awan, Koweit, du 02/12/08, et du journaliste koweitien Khalil Ali Haydar, dans le quotidien al Ittih’ad, E.A.U., du 05/10/08. Le résumé qui suit est utile. Toutefois, ceux et celles qui le peuvent auront avantage à consulter la version anglaise intégrale de MEMRI, que j’ai mise en ligne sur le présent site [*]. (Menahem Macina).

[*] Voir : "Liberal Gulf Writers: Muslim Groups in Europe Are Exploiting Europeans’ Openness".


MEMRI N° 2309 (10/04/09)


Résumé et conclusions en français par
www.nuitdorient.com

 

L’idée générale qui se dégage est que des groupes musulmans installés en Europe, profitent des bienfaits de la liberté et de la démocratie dans leur pays d’accueil, tout en complotant contre ce pays, et font la promotion de l’islam extrémiste. De plus, du fait de leur radicalisme, ils sont parvenus à contrôler la vie de tous les musulmans vivant en Europe. Au lieu de promouvoir la modération, ces groupes ont creusé le fossé qui sépare les communautés et ont introduit sciemment l’isolement, l’aliénation et en fin de compte, la terreur du "djihad".

 

Ils crachent dans la soupe qui leur est servie

Des musulmans expatriés ainsi que leurs familles, chassés de leur pays, reçoivent l’asile dans un pays européen, un travail, un toit, une assurance maladie et… la citoyenneté du pays d’accueil. Ils sont pourtant les premiers à s’engager dans des groupes extrémistes et hostiles à leur pays, prêts à se faire exploser pour causer un maximum de victimes et gagner le "paradis des vierges". En fait, ils ont fait l’objet d’une propagande effrénée de leurs chefs religieux qui, dans leurs sermons du vendredi, n’hésitent pas à vilipender et maudire l’Occident, demandant à leurs ouailles de détruire ceux qui les hébergent. Cela se passe dans des mosquées construites par les pays d’Europe et gardées par la police de ces pays.

En fait, l’éducation, la culture, les activités sociales et politiques des musulmans d’Occident sont tombées entre les mains d’extrémistes financés soit par l’Arabie saoudite, soit par l’Iran, à travers des officines d’apparence innocente. Ces extrémistes sont là depuis la création des fraternités de Frères musulmans et l’émancipation de l’Arabie, devenue saoudite et wahhabite, c’est-à-dire depuis plus de quatre générations (deux générations pour l’Iran). Les familles des premières générations ont été contrôlées, dès le départ, et des restrictions ont été instituées limitant leur liberté de pensée et d’expression. Les générations suivantes ont subi un lavage de cerveau systématique, qui les a amenés à accepter progressivement l’idée de la lutte sainte ou "djihad" contre l’Occident. Tout syndicat ou organisation, libres des contraintes des extrémistes, ont été boycottés, menacés, voire attaqués. Tout cela au nez et à la barbe des autorités européennes, et depuis fort longtemps.

Ces groupes extrémistes utilisent des arguments de base parfois vrais, affirmant que la société occidentale est matérialiste, qu’elle ne défend plus les vraies valeurs morales, qu’elle exploite l’immigré, etc., tout en faisant miroiter l’illusion d’un islam tolérant, libérateur, moral et juste.

 

Les groupes extrémistes ont introduit dans l’islam occidental l’aliénation et la terreur

Le texte donne l’exemple des groupes idéologiques des Frères musulmans, ou inspirés par eux, tel le parti de la libération, ou "H’izb al Tah’rir", qui ont introduit dans l’islam d’Europe l’obscurité et la confusion, avec leurs livres, leurs films et vidéos, leurs idées extrêmes… et les attaques incessantes contre la civilisation qui les héberge et les nourrit.

Ces groupes ont réussi à rendre difficile, voire impossible, toute intégration des musulmans dans leur société d’accueil. Comme ils ont pratiquement le monopole socioculturel, politique et religieux, et qu’ils n’ont pas inculqué l’esprit d’ouverture, les idées d’avenir et d’innovation, ni n’ont incité à l’étude de la littérature et de l’art occidental, ni à l’insertion dans une certaine modernité, leurs adeptes sont restés cloîtrés dans des communautés arriérées, agressives et hostiles.

Ces groupes ont pourtant excellé dans l’utilisation des moyens modernes d’information pour diffuser leurs idées rétrogrades (Internet, informatique, médias, diffusion de masse, etc.). Ils ont excellé dans la collecte de fonds pour financer la diffusion de ces idées. Ils ont excellé dans la création de nombreuses écoles et d’organisations caritatives, qui leur ont permis d’attirer le plus grand nombre.

Ils ont contribué à élargir le fossé entre leurs ouailles et la société ambiante qui les accueille.

 

Ces groupes ont abusé de la tolérance de l’Occident jusqu’au terrorisme

La tolérance occidentale à l’égard des conversions à l’islam n’est pas réciproque. Ce qui crée des tensions importantes dans les sociétés européennes, voire donne lieu à des crimes d’honneur ou à des meurtres pour cause d’apostasie. La tolérance européenne est ’récompensée’ par l’arrogance et l’hostilité musclée. Le laxisme occidental est perçu comme une faiblesse, et, de ce fait, les groupes extrémistes deviennent de plus en plus populaires auprès des jeunes et recrutent de plus en plus d’adeptes.

Les idées de ces groupes extrémistes ne sont pas excentriques, puisqu’elles sont puisées dans l’islam dit "normal", ou "modéré" :

  • les lois sont divines et ne proviennent pas de l’action de l’homme ;
  • il faut donc instaurer la "sharia’h" ;
  • il faut éliminer les idolâtres ;
  • la civilisation occidentale est ignorante et idolâtre ;
  • il faut se sacrifier pour faire la volonté d’Allah ;
  • l’islam doit gouverner le monde, etc.

………………………………


© Memri
, pour la version anglaise, et Nuit d’Orient, pour le résumé en français

 

[Texte aimablement communiqué par Matsada - Infos.]

 

Mis en ligne le 15 avril 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org