Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Éditorialistes
Menahem Macina

Si Hitler avait eu le feu nucléaire dont l’Iran est sur le point de se doter… Menahem Macina
22/04/2009

Alleluia ! l’ONU a rectifié une phrase du discours du président iranien Mahmoud Ahmadinejad portant sur la question de l’Holocauste. Et la ’digne’ organisation de préciser qu’il n’a pas émis, lundi, la phrase: « la question ambiguë et douteuse de l’Holocauste », comme cela avait été rapporté. Après réécoute du discours avec un interprète en farsi, la porte-parole de l’ONU a affirmé que M. Ahmadinejad a ’seulement’ dit : « sous [le] prétexte des souffrances des juifs et de l’ABUS de la question de l’Holocauste » (1). Ouf ! Non seulement Ahmadinejad n’est pas un négationniste, mais c’est un courageux défenseur des Palestiniens, massacrés et terrorisés par « le régime raciste le plus cruel et le plus répressif » du monde : Israël… En quelle langue faut-il vous le dire ?… (Menahem Macina).

22/04/09


Nombreux sont les dirigeants mondiaux qui considèrent les propos incendiaires éructés par le Président iranien lors de la Conférence sur le racisme, à Genève, comme des rodomontades, ou de l’emphase rhétorique orientale. Ils sont dans la droite ligne de leurs lointains prédécesseurs qui n’avaient pas cru devoir prendre au sérieux la menace d’anéantissement de la race juive, proférée par Hitler du haut de la tribune du Reichstag, le 30 janvier 1939 (2). Grâce à Dieu (et aux troupes alliées), le tyran nazi a partiellement échoué dans sa funeste et titanesque tentative, non sans avoir causé la mort d’un tiers des Juifs de la planète, dont nous commémorons précisément le sort tragique.

Or, il se trouve, que depuis deux ans, un avatar iranien du prophète d’un « Reich de mille ans », profère, au vu et au su de l’humanité entière, des menaces identiques contre la population juive d’un Etat membre de l’Onu. Et que fait cette organisation, censée réguler pacifiquement les rapports mutuels de toutes les nations du globe ? Elle reçoit, avec tous les honneurs, le chef d’Etat qui a juré d’effacer Israël de la carte, et lui donne une tribune internationale inespérée

Cette incroyable affaire se passe, sous les projecteurs du monde entier, devant la Conférence de suivi de Durban, contre le racisme, organisée par le Conseil des Droits de l’homme de l’ONU, à Genève. Outre le discrédit dont il est frappé, en raison de la composition de ses commissions, entièrement dominées par des ennemis d’Israël et des partisans inconditionnels de l’islamisme radical, cet organisme, censé lutter contre la discrimination raciale et les atteintes aux droits de l’homme, a sombré, dès les deux premiers jours de ces assises, dans l’ignominie et le ridicule les plus complets.

Il y aurait beaucoup à dire sur cette mascarade qui dépasse l’imagination. Je ne m’attarderai ici, brièvement, que sur deux péripéties lamentables, même si elles ne sont peut-être pas les dernières du genre.


La première – à tout seigneur, tout honneur – est l’histoire d’un désastre annoncé. Le désormais trop fameux Ahmadinejad, qui s’est invité, avec la complicité des pontes de l’Onu et celle du Président de la fédération suisse, a déversé sur l’assistance une diatribe antisémite et anti-occidentale d’une rare violence.

  • On a dit que ces propos provocateurs avaient pour but de focaliser l’attention sur le candidat à sa propre réélection, dont l’échéance approche.
  • On a dit également qu’il ne fallait pas prendre au pied de la lettre les élucubrations apocalyptiques d’un croyant chiite fervent.
  • On a dit… Que n’a-t-on pas dit pour masquer – ou atténuer – cet événement qui discrédite, une fois de plus, l’Organisation dite des "nations unies" ?

Il est vrai qu’il arrive qu’une grande partie de ces "nations" soient "unies", en effet, comme un seul homme. Mais hélas, ce n’est pas pour construire, mais pour détruire… une seule de ces nations : Israël.

Aussi ne faut-il pas s’étonner de ce que, à l’exception d’une douzaine de représentants des nations européennes, qui sont sortis de l’enceinte, en témoignage de protestation, la quasi-totalité des délégués des nations du monde aient écouté la rhétorique haineuse de Mahmoud Ahmadinejad sans broncher, pour les uns, avec des cris d’enthousiasme, pour les autres. Je me limiterai aux quelques phrases suivantes qui résument le fond de la pensée de ce haïsseur d’Israël et des Juifs (3)

« A la fin de la Seconde Guerre mondiale, [les Etats vainqueurs] ont choisi de réduire tout un peuple à l’état de sans-abri, sous le prétexte de la souffrance juive. Ils ont envoyé des émigrants d’Europe, des États-Unis et d’autres parties du monde afin d’établir un gouvernement totalement raciste en Palestine occupée. Pour compenser les terribles conséquences du racisme en Europe, ils ont contribué à mettre au pouvoir en Palestine le régime raciste le plus cruel et le plus répressif. »


La seconde péripétie
est tout aussi ubuesque. Mardi 21 avril, vers 16h, tombe la nouvelle incroyable : la déclaration finale de la Conférence de suivi de Durban a été votée par acclamations.

Wait a minute… Déclaration finale, mais on n’en était qu’au DEUXIEME jour de cette Conférence, qui doit se clore en fin de semaine.

Certes, tout le monde a compris : le Conseil des Droits de l’ONU a voulu sauver la face… et les meubles. C’est que, après la prestation ’exemplaire’ de Mahmoud, beaucoup de délégués risquaient de ficher le camp. Cela aurait fait désordre.

Alors, vite, une "déclaration" dûment expurgée de ses "ahmamadinejades", cela ne mange pas de pain, et permet de juguler la débandade, tout en désamorçant le fiasco qui se profilait à l’horizon tout proche.

Convenons que, grâce aux interventions de chirurgie esthétique qu’elle a subies in extremis, la "déclaration finale", promulguée par anticipation, a meilleure allure. Mais, si l’on y regarde de près, les cicatrices de l’opération de ravalement de façade, suturées à la va-vite, risquent d’éclater à la première bouffée de chaleur antisioniste…

Wait and see.

 

Mais ce qui devrait hanter l’esprit de quiconque raisonne encore sainement et n’a pas capitulé par avance devant la Bête qui vient, est le fait que les deux péripéties évoquées ne sont rien au regard de la véritable nature de celui par qui le scandale vient d’arriver. En effet, Ahmadinejad n’est pas un simple provocateur, ni un arriviste politique. C’est un croyant chiite fervent, dramatiquement tendu vers l’attente d’un événement apocalyptique qu’il fait tout pour hâter.

Pour mieux comprendre de quoi il retourne (4), rappelons que la tradition religieuse chiite attend la manifestation glorieuse de son messie, le Mahdi, 12ème et dernier des imams du Chiisme, entré en "grande occultation" en 941 de notre ère. Selon cette croyance, le Mahdi est le véritable Souverain du monde. Il demeure dans un lieu secret, jusqu’à son retour qui coïncidera avec une bataille apocalyptique entre les forces du mal et celles du bien, laquelle se terminera par la déroute du mal. Toujours selon cette tradition, l’Imam caché choisit, dans chaque génération 36 hommes, dont la présence empêche l’univers de s’effondrer. Ahmadinejad est considéré – et se considère lui-même – comme l’un d’eux. Ce délire l’a amené à affirmer qu’en septembre 2005, alors qu’il s’adressait à l’Assemblée Générale des Nations Unies, à New York, « l’Imam caché avait baigné ce lieu dans une douce lumière ».

Ahmadinejad se vante de ce que l’Imam caché lui a donné la présidence dans le seul but de provoquer un "choc de civilisations", au cours duquel le monde musulman, dirigé par l’Iran, s’en prendra à l’Occident "infidèle" dirigé par les Etats-Unis, et le vaincra dans un combat lent et prolongé. Selon lui, la "superpuissance" islamique montante a des avantages décisifs par rapport aux infidèles. L’islam a quatre fois plus de jeunes hommes en état de combattre que l’Occident, dont les populations vieillissent. Des centaines de millions de musulmans "ghazis" (attaquants sacrés) sont impatients de devenir martyrs, alors que les jeunes infidèles occidentaux, qui aiment la vie et craignent la mort, détestent combattre. De plus, l’islam a les quatre cinquièmes des réserves mondiales de pétrole, et contrôle donc l’élément vital des infidèles. Plus important encore, les Etats-Unis, la seule puissance infidèle encore capable de combattre, est haïe par la plupart des nations. La stratégie de l’Iran était d’attendre le départ de Bush. Et ce délai, par « une divine coïncidence », correspondait au temps dont l’Iran a besoin pour développer son arsenal nucléaire et concurrencer le seul avantage dont bénéficient les infidèles.

On aurait tort de sous-estimer le pouvoir de nuisance d’un tel personnage, à la fois fanatique et froid calculateur.

Je sais que toutes les comparaisons sont hasardeuses et le plus souvent inadéquates. Mais il est des analogies difficiles à nier. Personne ne doute aujourd’hui que, si Hitler avait eu le feu nucléaire, il l’aurait utilisé contre tout pays qui se serait opposé à ses plans de conquête et à sa volonté démentielle d’extermination des Juifs dans le monde entier.

Or, le fanatique iranien est sur le point de doter son pays de ce feu nucléaire, et il ne fait pas de doute qu’il l’emploiera contre Israël, si le monde n’accepte pas sa prédication messianique délirante, et que l’apocalypse qu’il attend et dont il se considère comme le héraut, ne vient pas aussi vite qu’il le voudrait.

 

Menahem Macina

 

------------------------------


(1) ATS et Romandie News (21 avril), in "Conférence contre le racisme: Micheline Calmy-Rey à la tribune".

(2) « Aujourd’hui, je serai encore un prophète : si la finance juive internationale en Europe et hors d’Europe devait parvenir encore une fois à précipiter les peuples dans une guerre mondiale, alors le résultat ne serait pas la Bolchevisation du monde, donc la victoire de la juiverie, au contraire, ce serait l’anéantissement de la race juive en Europe. » Cité d’après « La volonté d’extermination exprimée dans les discours et les documents nazis », de l’incomparable site : PHDN (Pratique de l’histoire et dévoiements négationnistes).


(3) On peut en lire davantage dans "ONU : Extraits du délire conspirationniste et antisémite d’Ahmadinejad, héraut des droits de l’homme".


(4) Je résume ici l’article d’Amir Taheri, paru dans le Daily Telegraph du 16 avril 2001, qu’il faut lire en entier : "Pourquoi l’Iran veut la bombe: l’effrayante vérité".

 

------------------------------
 

Annexe : Quelques clichés pour illustrer ce qui précède et pour mémoire.

 


Hitler à la tribune du Reichstag 


Ahmadinejad à Genève, lundi 21 avril 2009


"L’Holocauste n’a pas eu lieu... pour l’instant"...

 

© upjf.org

 

Mis en ligne le 22 avril 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org