Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Etats du monde
Europe

Durban II ou le syndrome du Noctilien
20/04/2009

Ce billet a, bien sûr, été rédigé avant le discours de l’ayatollah laïc, Ahmadinejad. Attendons le commentaire de cette dernière éructation de haine anti-israélienne, que ne manquera pas de faire notre chroniqueur préféré. (Menahem Macina).

20/04/09

Source : Blog d’Ivan Rioufol sur le site du Figaro.

Appelons cela le syndrome du Noctilien (en référence à ce bus de nuit parisien dans lequel un jeune passager a été roué de coups, dernièrement) : il consiste à nier la gravité de certaines évidences, en détournant l’attention, si possible, sur la source [prétendue] du désordre. En l’espèce, pour cet étudiant qui n’a pas voulu voir une agression raciste dans ce qui lui est arrivé, les coupables sont celui qui a diffusé la vidéo de son passage à tabac et ceux qui l’ont commentée. Le politiquement correct raisonne de cette manière. Ce lundi matin sur RTL, Christian Estrosi a exclu, par exemple, de faire un lien ("je m’y refuse") entre la carte de France de l’insécurité et celle de l’immigration. Pourquoi la Seine-Saint-Denis est-elle en tête de ce palmarès ? La réponse sera laissée, une fois de plus, au seul Front national et à ses outrances. Marine Le Pen en est à appeler à s’en prendre aux députés plutôt qu’aux patrons séquestrés.

C’est ce syndrome du Noctilien qui vient de pousser la France à participer, à partir d’aujourd’hui à Genève, à la Conférence (dite de Durban II) des Nations Unies sur le racisme. "Ce qui est en jeu n’est pas une opposition entre civilisations, religions ou cultures", expliquait l’autre jour Bernard Kouchner, ministre des Affaires étrangères. Le Monde, dans son édition du week-end, expliquait, pour sa part, que "les points de discordes entre pays occidentaux et musulmans", avaient été gommés in extremis grâce au travail du médiateur russe, Youri Boychenko. S’il y avait discorde, c’est donc qu’il y avait opposition. En l’occurrence, les frictions demeurent, puisque Durban II sera boycotté par l’Australie, le Canada, l’Italie, Israël, l’Allemagne, la Hollande, la Suède, la Pologne, la Nouvelle-Zélande et, cerise sur le gâteau, par le gentil Barack Obama lui-même.

Tous ces pays, à commencer par les Etats-Unis, pourtant convertis au soft-power et à la culture du compromis, ont décidé de refuser de cautionner les lourdes ambiguïtés de Durban II, qui se réclame des textes, et donc de la continuité, de Durban I, de son racisme anti-juif, de son anti-occidentalisme et de son prosélytisme islamique. La France angélique, qui ne veut pas entendre parler de choc des cultures, sera à Genève aux côtés du président iranien,  Mahmoud Ahmadinejad, et d’une flopée de tyrans, despotes, illuminés ayant en commun un mépris pour les démocraties, la liberté d’expression, la laïcité, l’égalité entre l’homme et la femme, etc. La France, qui aura tout cela sous le nez, verra-t-elle enfin où elle a mis les pieds ?

 

Ivan Rioufol

 

© I. Rioufol et le Figaro


[Texte aimablement signalé par M. Taub (Israël).]

 

Mis en ligne le 20 avril 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org