Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Éditorialistes
Menahem Macina

Durban II : la Libye et l’Iran, deux petits saints, vous dis-je ! Menahem Macina
20/04/2009

20/04/09

 
Caricature de Nik Ahnag, dessinateur et blogueur iranien, qui dénonce l’exploitation de l’opération de Gaza par le régime des mollahs pour bâillonner la presse libre - ici, le journal réformiste Kargozaran.


En quête d’une caricature pour illustrer l’imposture que promet d’être Durban II - quand on sait que, dans le fameux Conseil des droits de l’homme de l’ONU, siègent des pays connus pour être les plus grands violateurs de ces droits (1) -, j’ai jeté mon filet dans la mer de Google. Heureuse pêche : non seulement j’ai trouvé le dessin dont j’avais besoin pour illustrer mon propos, mais, surcroît de chance, il portait l’inscription inespérée : « Gaza ».

Mauvais comme je suis, je me suis permis de détourner le message de ce cartoon (2) pour illustrer le propos du présent billet d’humeur.

Ceci pour dire que même si ont été expurgés de la déclaration liminaire tous (ou presque) les sujets qui avaient fâché lors de Durban I, il n’existe aucune garantie que les choses ne déraperont pas, au cours des conférences et des débats qui se succéderont la semaine prochaine.

En particulier, il est probable que des participants brandiront Gaza pour stigmatiser Israël, comme Madame Najat al-Hajjaji, présidente libyenne du Comité préparatoire de la deuxième Conférence de l’ONU sur le Racisme, a brandi son marteau pour réduire au silence le « médecin palestinien arrêté, emprisonné et torturé [dans son] pays, en compagnie des cinq infirmières bulgares, dans l’affaire des enfants infectés par le VIH à l’hôpital de Benghazi », qui avait osé l’interpeller publiquement au cours de cette session (3).

La haine d’Israël est, comme l’antisémitisme, une passion aussi compulsive qu’irrationnelle et, pour ceux qui en sont atteints, toute occasion d’assouvir leur vice est la bienvenue.

Sans état d’âme, le Conseil des droits de l’homme de l’ONU donne tribune à des fanatiques comme Ahmadinedjad, et à des participants animés d’une haine viscérale de l’Etat juif, dont il sait qu’ils focaliseront l’essentiel de leurs condamnations sur "l’occupation de la Palestine", "l’usage disproportionné de la force" par les Israéliens, ou le "mur de l’apartheid".

Au point où en est cette institution totalement discréditée, pourquoi n’organise-t-elle pas une Conférence pour la défense du droit d’expression des négationnistes, au cours de laquelle leurs thèses seraient débattues sans exclusive, comme n’importe quelle théorie historique ?

On ne dîne pas avec le diable même avec une longue cuillère.

Menahem Macina

 

© UPJF

 

-----------------------------


(1) J’ai illustré, sur ce site, cette situation surréaliste par un pastiche de dérision : "Version DURBAN II de la fable de Jean de La Fontaine : «Les animaux malades de la peste»".

(2) Bien entendu, le propos du caricaturiste iranien était différent du mien. Pour en comprendre le contexte, on aura avantage à se reporter à l’article de Hamid Tehrani, mis en ligne en traduction française, sur le site Global Voices, sous le titre "Iran : Le pouvoir utilise les attaques israéliennes comme prétexte pour la censure".

(3) Comme le rappelle J.-P. de Belmont (Primo) ; voir : "La torture en Libye n’entre pas dans le cadre des débats préparatoires à Durban II".

 

-----------------------------


Mis en ligne le 20 avril 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org