Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Non attribué

La torture en Libye n’entre pas dans le cadre des débats préparatoires à Durban II
20/04/2009

Très pertinent et... symptomatique de la mascarade de Durban II. (Menahem Macina).

19/04/09


Cliché ajouté par upjf.org

Par Jean-Paul de BelmontPrimo Europe (18/04/09)


L
a grande mascarade genevoise va pouvoir démarrer lundi 20 avril.

Vendredi soir, le comité préparatoire de la conférence d’examen de Durban a adopté par consensus un projet de déclaration. La réunion s’ouvrira donc bien lundi à Genève.

Najat al-Hajjaji est une belle femme plantureuse. C’est elle la présidente libyenne du comité préparatoire. Elle offre un visage rassurant et souriant à qui s’inquiéterait de la tournure que vont prendre ces assises.

Il faut dire que la première édition de 2001 s’était caractérisée par son obsession anti-israélienne.

Toute à son bonheur et à sa fierté, Najat n’hésite pas à jouer de son marteau de présidente pour ponctuer toutes ses interventions. L’utilisation de l’objet semble lui plaire et l’amuser et ce genre de hochet a toujours comblé l’ego des vaniteux à qui l’on confie une fonction honorifique.

 

La fin de la réunion préparatoire lui a été sans doute beaucoup plus pénible. Un malotru s’est permis de prendre la parole en déclarant :

« Me reconnaissez-vous, Madame la présidente ? ».

Silence gêné de l’intéressée…

« Je suis le médecin palestinien arrêté, emprisonné et torturé par votre pays, en compagnie des cinq infirmières bulgares dans l’affaire des enfants infectés par le VIH à l’hôpital de Benghazi… »

Malaise… La belle présidente, jusque-là droite comme un i, est affalée dans son fauteuil à la manière d’un Shérif texan.

Toc, toc, toc, toc, toc, fait-elle avec un marteau qui ne l’amuse manifestement plus, et afin de couvrir la voix du butor, avant de conclure que les propos tenus dépassent le cadre de la réunion.

Tiens donc: on arrête arbitrairement, on emprisonne sans preuves, on torture impunément? Et cela dépasserait le cadre d’une réunion sur les Droits de l’Homme?

Ce qui est sûr, c’est que les présidence libyenne et vice-présidence iranienne d’une telle assemblée dépassent elles, l’entendement…

 

Jean-Paul de Belmont

 

© Primo, 18 avril 2009

 

Mis en ligne le 19 avril 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org