Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Chrétiens pour)

Des Chrétiens européens se souviennent d’Evian 1938
30/04/2009

«Un très beau message réconfortant des Chrétiens de la "Coalition Européenne pour Israël", qui se sont réunis à Evian, après avoir été présents, pour beaucoup, à la Conférence de "Durban II, à Genève, afin de soutenir leurs "frères juifs".» (D.E.G.).

29/04/09

Original anglais : "European Christians remember Evian 1938". 


Traduction française : D.E. Guez

 

Communiqué de presse de Europe Coalition for Israel

Engagement pour la sécurité et la sûreté du peuple juif à Évian en 2009

 

Évian-Les-Bains, le 24 avril 2009

Des chrétiens de plusieurs nations européennes et de plusieurs pays aussi éloignés que l’Australie, les États-Unis et Israël, ont traversé le lac de Genève mardi, depuis le bâtiment des Nations unies à Genève jusqu’à Évian, pour commémorer la conférence ratée d’Évian, en 1938. À Genève, lundi, le Président iranien Ahmadinejad a été autorisé à prendre la parole lors la Conférence Mondiale contre le Racisme, et  a traité Israël d’"État raciste". À Évian, on a rappelé aux délégués une conférence similaire, qui eut lieu en 1938, et au cours de laquelle les dirigeants de 33 nations étaient venus pour traiter des conséquences de l’annexion de l’Autriche et du nombre croissant de réfugiés juifs en Allemagne et en Autriche.

Marc Francina, maire d’Évian et député français, qui accueillait les invités étrangers à cette commémoration, a déclaré :

« Hitler voulait mettre les nations à l’épreuve pour savoir si elles étaient prêtes à accepter les Juifs et il envoya un Juif à la conférence avec la consigne de vendre chaque juif pour la somme de 250 $ par personne, sinon les 40 000 premiers seraient envoyés directement dans les camps de concentration. L’homme fut ridiculisé et chassé de la conférence, et aucune nation n’a ouvert ses frontières. »,

Parmi eux se trouvaient un député européen finlandais, Hannu Takkula, et un député suédois, Mikael Oscarsson. D’autres députés de la Chambre des Communes de Londres et du Parlement des Pays-Bas avaient envoyé des messages personnels à l’occasion de cette commémoration.

Pour sa part, en tant que député élu de la Finlande, M. Takoula a demandé pardon au nom de son pays, en rappelant :

« Bien que la Finlande n’ait pas participé à cette conférence, son gouvernement avait adopté la même position négative que celle de la Conférence, a dit le député finlandais, Hannu Takkula. Quand un bateau, ayant à son bord 53 réfugiés juifs, voulut les débarquer à Helsinki, le 17 août 1938, les passagers ne furent pas autorisés à descendre, bien que tous eussent leurs papiers en règle. Parmi eux se trouvait une mère qui venait juste de donner naissance à un bébé, mais le navire dut retourner à Hambourg et ses passagers furent envoyés dans les camps de concentration et tombèrent aux mains des nazis. »

De grâce, souvenez-vous que ces hommes et ces femmes n’étaient pas différents de nous », a dit l’ancienne ministre du Gouvernement français, Georgina Dufoix, en se référant aux délégués qui se réunirent à Évian en 1938 et repoussèrent les réfugiés juifs. Ahmadinejad non plus n’est pas fou, c’est un homme intelligent mais il est influencé par la forme de racisme la plus vicieuse qui soit : l’antisémitisme.

« Ce n’est pas seulement une forme de racisme parmi d’autres, mais quelque chose de bien pire. Il suffit de regarder tous les grands désastres survenus en Europe au cours du siècle écoulé pour comprendre la vraie nature de ce fléau. », a-t-elle dit.

« La question n’est pas de savoir si l’esprit de l’antisémitisme va revenir en Europe : il est déjà là et nous devons faire quelque chose maintenant pendant qu’il est encore temps »,

a dit Eliyahou Ben-Haïm, de Jérusalem.

« La question de 1938 est la même que celle que nous nous posons aujourd’hui. Quelqu’un voudrait-il stopper Hitler si c’était encore possible ? En 1938, à Évian, la réponse fut "non". Alors, des Chrétiens d’Europe interpelleront-ils leurs gouvernements pour stopper Ahmadinejad maintenant, pendant qu’il en est temps encore ? Telle est la question que nous devons nous poser, aujourd’hui à Évian, en 2009. »

Cette assemblée a publié un appel ferme à l’adresse des gouvernements européens, afin qu’ils comprennent la gravité de la montée de l’antisémitisme en Europe et de la menace existentielle sur Israël, et pour qu’ils tirent la leçon des erreurs de la conférence d’Évian de 1938.

Dans un message privé, le Ministre italien des Affaires Etrangères, Franco Frattini, a écrit :

« Nous ne pouvons pas sous-estimer le défi de l’antisémitisme, comme l’a fait le monde occidental en 1938, à la conférence d’Évian. Nous ne pouvons pas nous permettre d’hésiter à réagir fermement devant le fait que l’antisémitisme est en train de gagner du terrain. L’histoire nous a clairement montré que toute hésitation peut ouvrir la voie à d’horribles tragédies ».

Et de conclure :

« Notre voix doit être forte et sans ambiguïté pour condamner les nouvelles formes d’antisémitisme qui prennent l’apparence d’une opposition au sionisme et à l’existence de l’État d’Israël ».

Quant à l’organisateur de la rencontre, Tomas Sandell, de la "Coalition Européenne pour Israël", il a déclaré :

« Puisse une autre voix sortir de cette réunion d’Évian 2009, la voix de la détermination et de l’engagement envers le Peuple juif et l’État d’Israël. Déclarons une fois pour toutes qu’Évian ne doit pas seulement être le souvenir de la Conférence de 1938 mais qu’Evian doit être associée à cet événement de 2009. »

Et Tomas Sandell d’ajouter :

« Que l’esprit d’Évian 2009 symbolise notre engagement à retenir les leçons de l’histoire et à soutenir le Peuple juif dans cette période critique. Qu’Évian ne soit pas seulement connue comme la ville qui a ouvert la voie à  l’holocauste mais comme un endroit connu pour apporter la paix et la justice au monde. »


© Europe Coalition for Israel

 

[Texte anglais aimablement signalé par Suzanne Fauvel.]

Mis en ligne le 28 avril 2009, par
M. Macina, sur le site upjf.org