Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Christianisme

L’ombre du discours de Ratisbonne plane sur la visite du pape en Terre sainte
30/04/2009

30/04/09


Source : Le Nouvel Observateur (29 avril)

 

Benoît XVI se rend en Terre sainte du 8 au 15 mai pour un voyage placé notamment sous le signe du dialogue avec l’islam. Reste que de nombreux musulmans de la région sont encore en colère contre son discours de 2006, dans lequel il associait foi musulmane et violence, et certains de leurs voisins chrétiens espèrent qu’il n’y aura, cette fois, aucun dérapage.

Une banderole a été déployée à l’intention du pape sur la place principale de Nazareth. Elle cite un verset du Coran: "Ceux qui nuisent à Dieu et à Son Messager, Dieu les maudit dans ce monde et dans l’au-delà et leur a préparé un châtiment humiliant".

Le message a été installé par des fidèles de l’imam radical Nazem Abou Salim, à côté de la basilique de l’Annonciation, où, selon la tradition, l’ange Gabriel a annoncé à Marie qu’elle mettrait Jésus au monde. La banderole est là pour le pape, précise l’imam Abou Salim, qui est à la tête d’une petite mosquée voisinant avec la basilique. "Il n’est pas le bienvenu ici".

La banderole est clairement visible depuis la basilique que le pape doit visiter, et Souheil Diab, un responsable de la municipalité, n’a pas précisé si elle serait retirée avant l’arrivée, le 14 mai, du souverain pontife dans la ville.

Le voyage du pape, notamment son déplacement à Nazareth, s’annonce délicat. De nombreux musulmans lui en veulent toujours pour son discours de Ratisbonne en 2006, où il avait cité un texte médiéval décrivant le prophète Mahomet comme violent. De leur côté, certains chrétiens de la région redoutent un nouveau dérapage qui pourrait, craignent-ils, déclencher de vives réactions chez les musulmans.

Le pape "doit savoir que chaque mot qu’il prononcera aura un impact sur les Palestiniens chrétiens et les relations religieuses", souligne Naim Ateek, un prêtre anglican, directeur de Sabeel, une organisation chrétienne palestinienne oecuménique.

Benoît XVI rencontrera des dignitaires musulmans durant son périple en Jordanie et en Cisjordanie, à Jérusalem et à Nazareth - une des plus grandes villes arabes d’Israël. Les dirigeants musulmans sont toutefois partagés sur cette visite.

Une des principales organisations musulmanes d’Israël, le Mouvement Islamique du Nord, appelle à boycotter Benoît XVI tant qu’il ne s’excusera pas pour son discours de 2006, explique son porte-parole, Zahi Noujeidat. Le groupe, qui n’a pas été convié à rencontrer le pape, n’a pas encore décidé s’il organisera des manifestations contre sa venue.

Certains religieux musulmans ont annoncé qu’ils rencontreraient Benoît XVI, mais qu’ils lui demanderaient des excuses. C’est notamment le cas du cheikh Taysir Tamimi, un important dignitaire religieux de l’Autorité palestinienne.

Les musulmans sont majoritaires à Nazareth, où ils représentent 70% de la population, même si la ville est dirigée par un maire communiste issu de la minorité chrétienne. Il y a une dizaine d’années, des affrontements avaient éclaté à cause d’un projet, qui ne s’est finalement jamais concrétisé, de construction de mosquée à côté de la basilique de l’Annonciation.

Nazareth est l’une des principales villes de la minorité arabe d’Israël, qui représente 20% de la population du pays ([sur] sept millions d’habitants). On compte 120.000 chrétiens dans cette communauté, dont la moitié est catholique, et l’autre, orthodoxe.

Le discours de Ratisbonne, dans lequel Benoît XVI citait un texte ancien décrivant les enseignements de Mahomet comme "mauvais et inhumains", avait déclenché des manifestations en Cisjordanie et à Gaza. Des églises palestiniennes avaient été la cible de coups de feu et de jets de cocktails Molotov. Benoît XVI a, plus tard, expliqué que ce texte ne reflétait pas ses opinions, mais de nombreux musulmans estiment qu’il ne s’est pas excusé de manière claire.

A Nazareth, il animera une discussion interreligieuse, rencontrera le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, et célébrera une messe. Durant son voyage en Terre sainte, il s’efforcera d’améliorer les relations interreligieuses, souligne Wadi Abunassar, porte-parole de la visite papale.

La municipalité de Nazareth espère des retombées touristiques pour la ville, mais la venue du pape soulève peu d’enthousiasme parmi les habitants. Beaucoup restent amers après l’offensive militaire israélienne de décembre-janvier dans la bande de Gaza qui a tué plus de 1.000 Palestiniens. "Les gens, ici, sont fatigués de cette situation", explique Amin Ali, 72 ans, un brocanteur qui se décrit comme musulman laïc. "Et personne n’aime ce pape, de toute façon."

 

© Le Nouvel Observateur avec AP

 

Mis en ligne le 30 avril 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org