Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (cause juste)

Le député écolo brésilien, Talmir Rodrigues, s’élève contre la visite d’Ahmadinejad
30/04/2009

Cette intervention a été prononcée en séance plénière de la Chambre des députés du Brésil. Le député proteste contre la visite officielle d’Ahmadinejad au Brésil, qui doit avoir lieu en mai prochain. (C. Detienne).

30/04/09


Texte portugais original: Deputado Talmir Rodrigues manifesta-se contra visita de Ahmadinejad

Traduction française : Claude Detienne pour upjf.org

 

28 avril 2009


Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Députés. Je veux profiter de cette occasion pour féliciter l’État d’Israël, à l’occasion de ses 61 ans, et livrer une réflexion sur la position de l’Iran par rapport à Israël. Indignés par les déclarations enflammées de Mahmoud Ahmadinejad, Président de l’Iran, à la Conférence des Nations Unies sur le racisme, à Genève, en avril de cette année, nous manifestons notre position sur sa visite au Brésil [N. d. tr. : le 6 mai prochain].

Depuis son élection en novembre 2005, le Président Ahmadinejad n’a cessé de permettre la violation des droits de l’homme dans ce pays. En mars 2006, la police a accusé, battu et dispersé des hommes et des femmes réunis dans un parc de Téhéran pour fêter la Journée internationale de la femme. Un haut membre du clergé iranien, le hodjatoleslam Gholam Reza Hassani, a affirmé que les femmes surprises sans voile devraient mourir. En 2008, huit femmes ont été condamnées à mort par lapidation - mort douloureuse et lente -, après avoir été jugées coupables d’adultère.

Les minorités religieuses subissent des persécutions de la part des autorités iraniennes. Par exemple, les Baha’is sont considérés par le gouvernement comme des « infidèles sans protection ». Ils sont souvent emprisonnés, exécutés, voient leurs propriétés confisquées, ils n’ont pas accès à l’éducation, à l’emploi, aux droits et libertés civils. Depuis le début de 2008, sept dirigeants de la communauté baha’i sont enfermés à la prison Evin, sans droit à l’assistance d’avocats. Jusqu’à maintenant, ils n’ont reçu que la visite de membres de leurs familles.

Selon Amnesty International, l’Iran est, en 2008, le seul pays au monde à exécuter des mineurs délinquants – il en a mis huit à mort cette année -, bien qu’elle soit signataire de la Convention des droits de l’enfant. Depuis 2005, 26 enfants de moins de 18 ans ont été exécutés en Iran, et il y en a 134 en prison, qui attendent leur exécution.

En 2002, l’Iran a annoncé qu’il enrichissait de l’uranium en laboratoire. Ce type de combustible peut être utilisé pour obtenir de l’énergie, mais aussi pour préparer la fabrication de bombes atomiques. L’Iran a utilisé le développement de sa technologie nucléaire à des fins militaires, ce qui constitue une menace immédiate pour les pays voisins de cette région et pour le monde entier. Depuis lors, divers pays de l’Onu ont condamné le programme nucléaire de ce pays, et le Conseil de sécurité de l’Onu a approuvé unanimement cinq résolutions - avec l’approbation du Brésil -, en 2007, trois d’entre elles étant accompagnées de sanctions, vu le refus du pays d’interrompre le programme. Malgré tout, l’Iran continue son programme nucléaire caché, en dépit des sanctions et sollicitations.

Le Président de l’Iran a déclaré ouvertement, à d’innombrables reprises, qu’Israël devrait être « balayé de la carte », et il a nié l’Holocauste, allant jusqu’à organiser, en décembre 2007, une conférence sur la négation de l’Holocauste. Actuellement, l’attention internationale dont est objet l’Iran concerne son objectif d’obtenir des armes nucléaires, son soutien à des groupes terroristes mondiaux et ses appels constants à la destruction de l’État d’Israël. Mahmoud Ahmadinejad s’oppose ouvertement au processus de paix au Proche-Orient, et il a affirmé et déclaré publiquement sa volonté de détruire l’État d’Israël. Il soutient aussi des organisations terroristes, tels le Hamas, dans la bande de Gaza, qui s’oppose à l’Autorité palestinienne et n’accepte pas le droit à l’existence d’Israël, et le Hezbollah au Liban, utilisé pour déstabiliser le gouvernement libanais légitime.

Depuis la création de l’État d’Israël, le Brésil entretient d’excellentes relations bilatérales au bénéfice des deux peuples. Nous rappelons avec fierté le rôle important joué par notre diplomate, Osvaldo Aranha, dans la création de l’État juif [N. d. tr.: il présidait la 2e Assemblée générale de l’Onu de novembre 1948], et nous soulignons l’importance de nous rapprocher de l’État d’Israël et de profiter de ses avancées technologiques dans les domaines de la santé, de l’industrie, de l’administration des ressources hydrauliques, de l’agriculture et de l’élevage, etc.

Nous respectons beaucoup le peuple iranien et sa culture millénaire. Cependant, une invitation de M. Ahmadinejad en ce moment est inadéquate et nuit à l’image et à la position du Brésil en tant que défenseur des droits de l’homme et de la recherche de la paix.

 

Dr Talmir Rodrigues *

 

* Le Dr Rodriguez est député fédéral PV/SP (N. d. tr.: Parti Vert de l’État de São Paulo), et Président du groupe parlementaire Brésil-Israël, Brasilia.

 

Mis en ligne le 30 avril 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org