Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Droits humains, racisme, antisémitisme, etc.
Antisémitisme

Il n’y a pas d’antisémites dans notre France : Décryptage d’une vidéo qui le prouve, Menahem Macina
29/04/2009

Titre de la vidéo, en ligne sur le site du journal catholique et bien-pensant "La Libre Belgique" : « Zemmour – Dray chez Ruquier – non dits ». Fume, c’est du Belge !

28/04/09

 

Source du clip Site de La Libre Belgique, 17 avril

 


Œuvre d’art, s’il en fut, cette vidéo est constituée de 3 séquences. Laissant la troisième pour la fin – vous comprendrez vite pourquoi -, je décris d’abord, ci-après, les deux premières.

La séquence 1 montre l’attaque verbale fort incisive d’Eric Zemmour contre Ségolène Royal, émise au cours d’un face à face musclé entre le journaliste du Figaro et l’élu socialiste Julien Dray. Rien que d’habituel dans cette péripétie : les "vacheries" coutumières et les passes d’armes verbales venimeuses entre les protagonistes, dont l’un est payé pour générer des tempêtes dans un verre d’eau, tandis que l’autre ne l’est pas, puisqu’il est invité pour prendre et donner des coups, mais c’est tout bénéfice, en termes d’image : "passer à la télé" c’est exister, parce qu’on parle de vous.

La séquence 2 nous montre une journaliste de télévision, de l’équipe de l’émission ’’Arrêt sur Images’’, de Daniel Schneidermann, qui semble s’amuser beaucoup, avec ses invités. Pour l’heure, elle fait les gorges chaudes de la légende erronée d’une photo, publiée dans Le Figaro, à une date non précisée, pour illustrer le titre d’un article en une, intitulé "Menaces islamistes contre les avions en Europe". On y voit, lance-missile sur l’épaule, un homme, donné pour être un terroriste islamiste, visant - le méchant ! - un innocent aéronef européen, invisible à l’écran. Honte à ces faussaires ! laisse entendre la présentatrice, qui nous explique en jubilant qu’il s’agit, en fait, d’un soldat vénézuélien, photographié en 2004. Et la damoiselle de préciser, rigolarde et index sentencieux levé :

« Il n’est pas du tout en train de viser un avion, mais, au contraire, il est en train de procéder à la destruction de ces missiles (lesquels ? c’est probablement sans importance…), à la demande des Etats-Unis, pour éviter précisément qu’ils ne tombent entre des mains mal intentionnées [1]. »

Bref, on a compris qu’à l’époque, le pigiste du Figaro, avait pioché sans trop de soin dans des archives photographiques, et basta. Ce sont des choses qui arrivent plus souvent qu’il n’est décent. Pas de quoi faire une vidéo, en tout cas.

Tel n’est pas l’avis des réalisateurs de ce chef-d’oeuvre. Après nous avoir lavé le cerveau avec un message subliminal politiquement correct, dans le style "y’en a marre de l’obsession du terrorisme; tout ça, c’est dans la tête des gens…" (même après l’écrasement de deux avions sur les Tours jumelles de Manhattan ?... Ah, c’est vrai, j’oubliais : il s’agissait d’une intox de la CIA…), c’est à un tout autre exercice – beaucoup plus dangereux, on va le voir - qu’ils se livrent.

Parvenu à la fin des deux extraits commentés ci-dessus, je me disais qu’il n’y avait pas de quoi fouetter un chat ni un vidéaste, et j’aurais mis fin à ce mauvais scénario si je n’avais été dûment prévenu par la correspondante qui m’a refilé le tuyau : « Attendez la fin insonore de la vidéo pour comprendre ma colère », m’avait-elle écrit. Mais pourquoi est-elle en colère me demandais-je encore en arrivant à la dernière partie, qualifiée d’"insonore" parce qu’écrite.

Soudain, l’incroyable était là, devant mes yeux, noir sur blanc (en fait, en lettres blanches sur fond noir). Cela ne s’invente pas…

Après l’affichage relativement long d’une photo de Serge Dassault tenant en mains (Dieu sait pourquoi ?) l’hebdomadaire L’Express, défile le texte suivant (je reproduis la disposition du texte à l’identique ; seules les mises en gras et en rouge sont de moi) :

 

Le journal « Le Figaro », cité par Julien Dray, est propriété du fabriquant d’armes pro-israélien Serge Dassault, fils de Marcel Dassault (né Marcel Bloch, juif converti au catholicisme en déportation, décédé le 17 avril 1986 à Neuilly-sur-Seine).

D’après Raphaëlle Bacqué et Ariane Chemin, auteurs du livre « La femme fatale », sorti le 11 mai 2007, Julien Dray (lui-même d’origine juive comme Eric Zemmour) aurait lancé cette « boutade », à plusieurs reprises lors de la « primaire » du PS : « Si Ségolène est candidate, je m’exile en Israël ».

 

Vous avez compris le message ? A la télé, il y a de nombreux Juifs. Beaucoup trop ! Trois sur ce coup-là, ça n’est pas rien !

D’ailleurs, l’arnaque à la photo, vous croyez que c’est un hasard qu’elle soit le fait du Figaro ? Certainement pas. Pour mémoire, il s’agit d’un journal dont le patron, si converti au catholicisme qu’il soit, est tout de même un Juif ! Et pas n’importe quel Juif, attendez ! Un "fabriquant d’armes pro-israélien"… Israélien ! Beurk ! Vous vous rendez compte ? Quant à Zemmour, c’est un Juif lui aussi. On vous le rappelle, au cas où vous l’auriez oublié, ou pire, au cas où vous vous y seriez habitué et auriez fini par ne plus voir en lui que le journaliste et l’homme. C’est bien un Juif. La preuve : il a menacé de "s’exiler en Israël", si Ségolène était candidate. Le salaud ! Un bourge maniéré, un réac, un homophobe, et un macho, par-dessus le marché, puisqu’il s’en prend à une femme (qui, elle, n’est pas Juive, mais catholique et française bon teint). Il n’y a qu’un Juif pour cumuler toutes ces tares…

Pour Julien Dray, on se demande pourquoi la vidéo rappelle son "origine juive". D’autant qu’il est socialiste, ce qui fait de lui un Juif tolérable pour "la France de gauche"…

Ainsi s’achève ce petit "Protocole des Sages du Figaro" [2].

Mais nous n’en ferons pas un drame, puisqu’on nous dit et nous chante, à longueur d’année [3] :

Il n’y a pas d’antisémites dans notre Fran-an-ce…

 

Menahem Macina

 

© upjf.org

 

-----------------------------

Notes de Menahem Macina


[1] Des "mains malintentionnées" : fabuleuse formule ! Digne de la "tintinade" célèbre : « Là où la main de l’homme n’a jamais mis les pieds » !

[2] Pas tout à fait d’ailleurs, puisque les réalisateurs, soucieux de notre culture affichent juste en-dessous du texte reproduit plus haut 3 liens : l’un à Marcel Dassaut, le second à Serge Dassaut, et le troisième à Socpresse.

[3] Sur l’air de la chanson coquine de Brassens : "Le Mauvais sujet repenti".


-----------------------------

 

 

 

 

[Vidéo aimablement signalée par R. Lewin.]

 

Mis en ligne le 29 avril 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org