Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Christianisme

Jean Paul II à Ahmed Korei, en 2004 : « Des ponts et non des murs !», en Terre Sainte
21/05/2009

Comme d’autres textes plus anciens, celui-ci est mis en ligne dans le cadre de l’analyse de l’attitude du pape actuel et de son prédécesseur, à l’égard d’Israël. (Menahem Macina).

 

Allocution de Jean Paul II à  M. Ahmed Qorei, Premier ministre de l’Autorité Nationale Palestinienne

Jeudi, 12 févier 2004 

 

Original anglais : « Address of John Paul II to Mr Ahmad Qurei, Premier ministre de l’Autorité Palestinienne, Thursday 12 February 2004 ».

http://www.vatican.va/holy_father/john_paul_ii/speeches/2004/february/documents/hf_jp-ii_spe_20040212_palestine-prime-minister_en.html

 

Mr Prime Minister,

I am pleased to welcome you to the Vatican. Your presence brings back vivid memories of my pilgrimage to the Holy Land, during which I prayed fervently for peace and justice in the region. While signs of hope have not been altogether absent, unfortunately the sad situation in the Holy Land is a cause of suffering for all.

No one must yield to the temptation of discouragement, let alone to hatred or retaliation. It is reconciliation that the Holy Land needs: forgiveness not revenge, bridges not walls. This demands that all leaders of the region follow, with the help of the international community, the path of dialogue and negotiation which leads to lasting peace.

Upon you and your people I cordially invoke an abundance of divine blessings.

---------------------


[Traduction française : Menahem Macina.]


Monsieur le Premier Ministre,

Je suis heureux de vous accueillir au Vatican. Votre présence me remet en mémoire les souvenirs vivaces de mon pèlerinage en Terre Sainte, au cours duquel j’ai prié avec ferveur pour la paix et la justice dans cette région. Bien que des signes d’espoir n’aient pas été totalement absents, la situation en Terre Sainte est malheureusement cause de souffrance pour tous.

Nul ne doit céder à la tentation du découragement, et encore moins à la haine et à la vengeance. C’est de réconciliation que la Terre Sainte a besoin : de pardon, et non de vengeance, de ponts, et non de murs. Cela exige que tous les dirigeants de la région prennent, avec l’aide de la communauté internationale, le chemin du dialogue et de la négociation, qui mène à une paix durable.

J’invoque cordialement sur vous et sur votre peuple l’abondance des bénédictions divines.

 

© Site du Vatican

 

Mis en ligne le 21 mai 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org