Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Christianisme
Benoît XVI

Quittant Israël, le pape prône encore une solution à deux Etats
20/05/2009

Comme l’indique indirectement son titre, la dépêche de Reuters donne une vision beaucoup plus nuancée – et surtout politique - que celle que suggérait le "rattrapage", évoquée par le correspondant de "La Croix" [*].

[*] Voir « Benoît XVI : La Shoah, chapitre « épouvantable de l’histoire ne doit être ni oubliée, ni niée ».

19/05/09

 

REUTERS, 15.05.2009

 

Source : site du Nouvel Observateur, 15 mai


AEROPORT BEN-GOURION, Israël (Reuters) – En quittant Israël au terme d’une tournée de huit jours au Proche-Orient, le pape Benoît XVI a réaffirmé son attachement à la création d’un Etat palestinien.

« Permettez-moi de lancer un appel à tous les peuples de ces territoires : plus d’effusion de sang ; plus de combats ; plus de terrorisme ; plus de guerre. Au lieu de cela, brisons le cercle vicieux de la violence », a-t-il déclaré sur le tarmac de l’aéroport Ben-Gourion de Tel Aviv.

Après avoir rappelé qu’Israël devait pouvoir vivre en paix et dans la sécurité, le pape a déclaré que le « mur » de sécurité construit par l’Etat juif pour se prémunir des attentats avait été « une des visions les plus tristes » qu’il retenait de son séjour.

« Les Palestiniens ont le droit à une patrie souveraine et indépendante, à vivre dignement et à se déplacer librement », a-t-il dit. « Faisons en sorte que la solution à deux Etats devienne une réalité et ne reste pas qu’un rêve. »

Le pape a été salué à son départ par Benjamin Netanyahu, qui s’est gardé de se prononcer clairement pour l’établissement d’un Etat palestinien indépendant, contrairement au président américain Barack Obama, que le nouveau Premier ministre israélien rencontrera lundi à Washington.

Benoît XVI a par ailleurs réaffirmé que l’Holocauste ne devait « jamais être nié » et a présenté sa visite au mémorial de Yad Vashem comme l’un des « moments les plus solennels » de sa visite en Israël ».

L’octogénaire pape allemand a « déçu » une partie des responsables israéliens par la froideur supposée de son discours au mémorial, où il n’a fait aucune allusion à la responsabilité de son pays d’origine et du régime nazi dans l’extermination des Juifs durant la Seconde Guerre mondiale.

A son départ d’Israël, le souverain pontife a déclaré que, à Yad Vashem, il avait fait des « rencontres profondément émouvantes » qui lui avaient rappelé sa visite au camp d’Auschwitz, trois ans plus tôt, où « tant de Juifs ont été brutalement exterminés sous un régime impie qui propageait une idéologie d’antisémitisme et de haine ».

« Ce chapitre infect de l’Histoire ne doit jamais être oublié ni nié », a ajouté le pape, auquel Israël reproche d’avoir réintégré cette année dans l’Eglise quatre évêques intégristes, dont un prélat britannique négationniste, Mgr Richard Williamson.

Philip Pullella, version française Marc Delteil


© Nouvel Observateur, avec Reuters

 


Mis en ligne le 19 mai 2009, par
M. Macina, sur le site upjf.org