Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Christianisme
Benoît XVI

La visite du pape et la bonne parole, Freddy Eytan
15/05/2009

Cet article m’avait échappé. Merci à G. Hod (Israël), de me l’avoir signalé. Son optimisme mesuré et son réalisme contrastent avantageusement avec certaines réactions (dont les miennes!) plus écorchées vives. F. Eytan a raison de souligner que les visites du pape "à Yad Vashem, au Mur des Lamentations et à la résidence du chef de l’Etat hébreu, à Jérusalem, la capitale du peuple juif contestée par les chancelleries, sont plus que symboliques [et] marquent la reconnaissance de facto de l’Etat juif, et la renaissance des fils et des filles de la Shoah sur la terre des enfants d’Israël" (Menahem Macina).

15/05/09

Source : CAPE

JcpaLogo
Skip Navigation Links 
La visite du pape et la bonne parole
13/05/2009

Freddy Eytan  |  Général

Le pape Benoit XVI a été reçu en grande pompe, avec un grand respect et avec tous les égards. Les Israéliens savent parfaitement accueillir leurs invités de marque. Les autorités israéliennes ont bouleversé l’ordre du jour et ont mobilisé plus de 80 000 policiers et agents de sécurité pour pouvoir assurer la visite et éviter des incidents, des dérapages et des embouteillages monstres durant une semaine. Cette visite a coûté aux contribuables plus de 10 millions d’euros au moment où le gouvernement Netanyahou s’efforce de freiner les coupes budgétaires.

En dépit de la controverse, des déceptions et de l’attente de discours plus chaleureux et plus émotionnels, cette visite a été une réussite et un encouragement pour l’avenir, et elle marquera longtemps l’avenir des relations judéo-chrétiennes dans le contexte d’un islam intégriste haineux et grandissant.

Le passé du pape et sa jeunesse dans les rangs de la barbarie sont bien connus et ne seront jamais oubliés; mais nous devrions aussi être compréhensifs pour ses efforts de réconciliation et de dialogue et sa volonté sincère de combattre contre le négationnisme et l’antisémitisme. Nous ne pouvons pas non plus dicter les discours du pape ni faire la comparaison avec son prédécesseur. Jean Paul II a vécu en Pologne et a aidé des familles juives à fuir les nazis. Son caractère était différent et il se distinguait de la froideur et de la retenue d’un pape qui a été élevé et éduqué sous l’étendard germanique de l’époque.
 
Benoit XVI manque de chaleur humaine, mais il n’est ni antisémite ni anti-israélien. Il représente plus d’un milliard de croyants. Chacune de ses démarches, chacun de ses pas, chacun de ses gestes et discours, ont été minutieusement réfléchis et calculés. Sa bonne parole s’est surtout adressée à ses fidèles et aux chrétiens d’Orient qui quittent la Terre sainte et s’égarent pour des raisons politiques. Il est conscient que le harcèlement de ses fidèles est aussi le fait d’intégristes musulmans. Benoît XVI est un chef spirituel et pas un homme d’Etat politicien. 

Ses visites à Yad Vashem, au Mur des Lamentations et à la résidence du chef de l’Etat hébreu, à Jérusalem, la capitale du peuple juif contestée par les chancelleries, sont plus que symboliques, elles marquent la reconnaissance de facto de l’Etat juif, et la renaissance des fils et des  filles de la Shoah sur la terre des enfants d’Israël.

Enfin, face aux menaces qui pèsent sur Israël et devant son isolement sur l’arène internationale, la présence du pape à Jérusalem est réconfortante et encourageante. Elle augure d’une meilleure compréhension judéo-chrétienne et elle renforce notre légitimité sur la Terre promise.   

Freddy Eytan

© CAPE

 

Mis en ligne le 15 mai 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org