Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Politique
Politique moyen-orientale

L’ultimatum du Roi Abdullah de Jordanie : la paix maintenant, ou la guerre dans un an
15/05/2009

J’ai déjà traité de ce sujet de manière personnelle [*]. (Menahem Macina).

[*] Voir: M. Macina, "Chant des sirènes arabes: Plus de solution à deux Etats, place à la « solution à 57 Etats » ".

14/05/09

[Source : "King Abdullah, ’This is not a two-state solution, it is a 57-state solution’".]


Traduction française : MG pour ISM, 11 mai


Le Roi Abdullah II bin al-Hussein de Jordanie

 

L’Amérique est en train d’apporter la touche finale à un plan de paix très ambitieux pour le Moyen-Orient, qui a pour objectif de mettre fin à plus de 60 ans de conflit entre Israël et les Arabes, selon le roi Abdallah de Jordanie, qui contribue au rapprochement entre les parties.

L’administration Obama fait pression pour obtenir un accord de paix global, qui comprendrait le règlement du conflit d’Israël avec les Palestiniens et ses différends territoriaux avec la Syrie et le Liban, a déclaré le Roi Abdullah II au Times.

Le fait de ne pas parvenir à un accord à ce stade critique pourrait entraîner le monde dans une nouvelle guerre au Moyen-Orient l’an prochain.

« Si nous retardons nos négociations de paix, alors il y aura un conflit entre les Arabes ou les musulmans et Israël dans les 12 à 18 prochains mois »,

a déclaré le roi.

Les détails du plan devraient être discutés dans une série d’initiatives diplomatiques ce mois-ci. La principale d’entre elles sera la rencontre du président Obama avec Benjamin Netanyahou, le Premier ministre israélien d’extrême-droite, à Washington, dans une semaine. Cette initiative pourrait constituer la pièce maîtresse de l’allocution très attendue de M. Obama qui s’adressera au monde musulman au Caire, le 4 Juin.

Une conférence de paix pourrait alors avoir lieu réunissant toutes les parties dès juillet ou août. Un projet aussi ambitieux n’a pas été tenté depuis 1991, quand l’administration de George Bush père avait rassemblé toutes les parties dans une conférence de paix à Madrid.

« Ce dont nous parlons, ce n’est pas de réunir autour d’une table les Israéliens et les Palestiniens, mais de réunir les Israéliens et les Palestiniens, de réunir les Israéliens et les Syriens, de réunir les Israéliens et les Libanais »,

a déclaré le roi, qui a élaboré le plan avec M. Obama, à Washington le mois dernier. Il a ajouté que si M. Obama ne tient pas sa parole de paix, alors sa crédibilité disparaîtra du jour au lendemain.

Le Gouvernement israélien a, jusqu’à présent, rejeté toute initiative qui conduirait à une solution à deux États, la création d’un Etat palestinien vivant côte à côte avec Israël, mais le Roi a souligné que ce qui était proposé était une "solution à 57 Etats", dans laquelle l’ensemble du monde arabe et du monde musulman reconnaîtrait l’État juif.

« Nous offrons à un tiers de la population mondiale de l’accueillir à bras ouverts »,

a déclaré le Roi.

"L’avenir n’est pas le fleuve du Jourdain ou les hauteurs du Golan ou le Sinaï, l’avenir, c’est le Maroc dans l’Atlantique et l’Indonésie dans le Pacifique. C’est le prix."

En contrepartie du gel par Israël de la construction des colonies juives en Cisjordanie, une étape-clé dans tout processus de paix, les parties arabes pourraient offrir des mesures d’encouragement, comme le droit à la compagnie aérienne israélienne El Al de survoler l’espace aérien arabe et des visas aux touristes israéliens pour les États arabes.

Toutefois, M. Netanyahu a déclaré hier au gouvernement israélien qu’il n’avait pas l’intention d’abandonner le Plateau du Golan, qu’Israël a pris à la Syrie en 1967.

La Syrie, qui a été accusée la semaine dernière, par Washington d’être un Etat finançant le terrorisme, présente un énorme défi. Le roi, qui était aujourd’hui en visite à Damas, a insisté pour que les Syriens puissent rentrer en grâce.

 

© Times Online pour l’original anglais, et ISM pour l’adaptation française

 


Mis en ligne le 14 mai 2009, par
M. Macina, sur le site upjf.org