Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Etats du monde
Etats-Unis

Le Plan directeur d’Obama pour le Moyen-Orient, Tzvi Ben Gedalyahu
06/05/2009

Les nations occuperont-elles préemptivement la capitale juive ancestrale, par étendards interposés? J’ai peut-être tort, mais cela me fait un peu froid dans le dos. (Menahem Macina).

06/05/09

 

(Israel National News, Arutz7)

 
Texte original anglais: "Report: Obama’s Master Plan for the Middle East".


Traduction française : Menahem Macina pour upjf.org


Photo montage : Israel News

Selon le journal en langue arabe, Al-Quds Al-Arabi, de Londres, le président américain Barack Obama aurait demandé au roi Abdallah, il y a deux semaines, de consulter les principaux pays arabes musulmans et de les persuader d’entériner des changements dans l’Initiative Saoudienne de 2002.

Ce rapport reflète l’action rapide du président au Moyen-Orient depuis qu’il a été élu, en novembre dernier.

La modification majeure proposée par le président Obama dans le plan de paix saoudien pour les pays arabes est d’accorder la citoyenneté aux quelque cinq millions d’Arabes descendants d’anciens [Arabes] israéliens, tout en leur laissant le droit de rejoindre le nouveau pays de l’Autorité Palestinienne.

Le plan [originel] saoudien demande qu’ils soient autorisés à émigrer en Israël, une mesure que rejette catégoriquement tout dirigeant israélien. Selon le compte-rendu, le président Obama aurait dit au roi qu’il voulait que le drapeau des Nations unies flotte sur les lieux saints de Jérusalem-est, qui seront sous la souveraineté totale de l’Autorité Palestinienne, conformément au plan saoudien.

Al Quds ne mentionne pas d’autres "concessions" au bénéfice d’Israël, mais dit que les pays arabes doivent envisager « d’autres changements », dont aucun n’est précisé.

Le plan directeur du président appelle les pays arabes à établir un calendrier pour arborer le drapeau israélien dans leurs capitales. Simultanément, le drapeau de l’Autorité Palestinienne serait déployé dans les faubourgs de Jérusalem, une initiative qui conférerait virtuellement au gouvernement dirigé par le Fatah une autorité de fait sur une partie importante de la capitale juive.

Plusieurs Juifs de premier plan, qui font partie de l’administration Obama, ont passionnément soutenu les actions du président, et la plupart d’entre eux ont une expérience de conseillers de l’ancien président Bill Clinton, durant les pourparlers de l’Accord d’Oslo, qui ont mené à la Seconde Intifada, connue également sous le nom de Guerre d’Oslo, en 2000.

L’équipe d’Obama a progressé à grande vitesse sur toutes les pistes, y compris celle de propositions de négociations directes avec la Syrie et d’initiatives diplomatiques envers l’Iran, et elle a mis la balle dans le camp d’Israël et des Arabes pour qu’ils acceptent ses propositions et démontrent qu’ils veulent parvenir à un accord.

Le Secrétaire général de la Maison Blanche, Rahm Emanuel, dont le père fut combattant clandestin de l’Etat d’Israël alors en devenir, durant le Mandat britannique, a dit qu’il était impatient d’organiser une cérémonie de paix arabo-israélienne, comme il l’avait fait sous l’administration Clinton. C’est Rahm Emmanuel qui avait mis en œuvre la poignée de mains entre l’ancien Premier ministre israélien, Itzhaq Rabin, et Yasser Arafat, alors chef de l’Organisation de Libération de la Palestine, qu’il avait créée en tant que groupe terroriste.

 

Tzvi Ben Gedalyahu


©
Israel National News


Mis en ligne le 6 mai 2009, par
M. Macina, sur le site upjf.org