Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Non attribué

Brèves de l’UPJF n° 184 du 15 mai 2009
15/05/2009

15/05/09

Union des Patrons et des Professionnels Juifs de France

 

LES BREVES DE L’UPJF

 

N° 184 du 15 MAI 2009

 

Les activités de l’UPJF

 

Diner débat autour de M. Harlem DESIR

L’UPJF a reçu  M. Harlem DESIR, député P.S Européen, tête de liste PS en Ile de France pour les élections européennes.

M. Désir a exposé l’intérêt qu’il y avait à mobiliser l’électorat Français à l’occasion de ces élections.

Il a présenté le programme du parti socialiste, qui est aussi européen.

Il a relevé les différences qui existaient avec le programme de l’UMP en indiquant que le parti socialiste avait une orientation sociale pour tous les thèmes.

La mondialisation n’avait d’intérêt que s’il s’agit de l’amélioration de la condition sociale des masses populaires.

La discussion a également porté sur le conflit au Moyen Orient et son importation en France qui se solde par une recrudescence des actes antisémites.

Certains participants ont regretté la timidité des réactions du parti socialiste.

Nous partageons l’opinion qu’il est crucial que les hommes politiques de ce pays soient plus présents en affirmant avec force l’impérieuse nécessité de  respecter les valeurs républicaines.

L’Imam de Drancy, M. H. CHALGHOUMI a évoqué la situation dans les banlieues.

Il demande que les hommes politiques apportent leur soutien à tous ceux  qui prônent le dialogue dans le respect des cultures.

Il regrette que ceux-ci, par me connaissance ou par refus de la réalité, soutiennent encore les extrémistes de l’UOIF, représentants du Hamas  en France.

Cette posture présente de nombreux dangers pour la paix sociale et pour notre Démocratie.

De nombreuses interventions ont nourri ce dialogue riche.

M. Harlem Désir a souhaité, dans le cadre des élections européennes, que des débats soient organisés entre les différentes formations.

L’UPJF a rappelé son action, ses buts, et confirmé son incessant combat contre  l’antisémitisme. 

Diner-débat autour de M. Claude Bartolone  le 20 mai 2009

Un diner-débat autour de M. Claude Bartolone, Ancien Ministre et Président du Conseil général de la Seine-Saint-Denis, aura lieu le 20 mai à 20h00.

M. BARTOLONE est depuis décembre 2008 Secrétaire national du PS aux Relations extérieures.

Merci de réserver d’ores et déjà auprès de Yasmin par téléphone au 01.47.63.07.10 ou par mail à l’adresse suivante yasmin@upjf.org, car les places sont limitées (PAF 50€).

 

Diner-débat autour de M. J. LEONETTI, le 26 mai 2009

 

Un diner-débat autour de Jean LEONETTI aura lieu le 26 mai à 20h00.

M. LEONETTI est Maire d’Antibes Juan-les-Pins depuis 1995 et Député de la 7e Circonscription des Alpes-Maritimes depuis 1997.

A l’Assemblée nationale, Jean LEONETTI est premier vice-président du groupe UMP, il est membre de la commission des affaires culturelles, familiales et sociales, rapporteur de la mission d’évaluation de la loi n°2005-370 du 22 avril 2005 relative aux droits des malades et à la fin de vie.

Merci de réserver d’ores et déjà auprès de Yasmin par téléphone au 01.47.63.07.10 ou par mail à l’adresse suivante yasmin@upjf.org, car les places sont limitées (PAF 50€).

 

Votez en faveur d’Israël sur CNN

L’UPJF appelle à voter pour soutenir Israël sur le site de CNN www.israel-vs-palestine.com/gz/

 

 L’UPJF sur les Ondes

 

Dimanche 17 mai Claude BAROUCH interviendra en direct  sur Radio J (94.8 FM).

FRANCE

Les engagements de Fillon

lefigaro.fr 13/05/2009

Dans une interview au Figaro, le premier ministre assure notamment que la fiscalité n’augmentera pas. Ses relations avec le président, les universités, la réforme de l’hôpital… Tour d’horizon de ses propos les plus marquants.

- La conjoncture : « Quelques éléments positifs permettent de croire (…) à une reprise lente en Europe en 2010. En France, l’inflation est très basse, la consommation résiste bien et les banques demeurent solides. Ce sont des signaux encourageants, mais rien n’est encore gagné, et nous ne sommes pas à l’abri de nouveaux à-coups ».

- Le déficit : «Nous acceptons l’idée d’un creusement du déficit dans les conditions économiques que nous connaissons. Personne en Europe ne reviendra à l’équilibre en 2012. Mais je prépare un budget 2010 avec l’ambition et la volonté de réduire les dépenses de l’Etat».

- Les impôts : « Nous n’augmenterons pas les impôts : c’est contre-productif en période de récession, car cela pèse sur la consommation, et c’est dangereux si la situation s’améliore, car cela risque de freiner la reprise».

- La réforme de l’hôpital : « L’équilibre auquel nous sommes parvenus est le meilleur qui puisse être trouvé. Le gouvernement ne bougera plus de cette ligne».

- Les universités : « Nous n’accepterons jamais que les examens soient bradés (…) Là où la situation reste tendue, j’ai demandé à Valérie Pécresse d’étudier deux solutions : un report des examens en septembre et l’organisation des épreuves en dehors de l’enceinte des universités bloquées. »

- Les européennes : « Ce scrutin se déroule dans un contexte totalement inédit. (…) Pour la première fois, le débat européen est concentré sur la réponse que l’Europe doit apporter à la mondialisation, c’est-à-dire sur l’Europe efficace. Cette Europe politique, à laquelle personne ne croyait dans le passé, est devenue crédible grâce à la présidence française. Mais aussi, il faut le dire, à la présidence allemande ».

- La campagne du Parti socialiste : « La gauche reste très divisée même si le PS s’est mis d’accord sur un texte de façade ».

- Ses relations avec Nicolas Sarkozy : « Je suis dans une relation de confiance totale avec le président de la République». « Ce travail, pour lequel le président m’a choisi, je m’y consacre entièrement sans penser à mes lendemains. »

- Les ministres d’ouverture : François Fillon s’est déclaré favorable à une «amplification» de l’ouverture de son gouvernement. « C’est une vieille conviction chez moi : les vieux clivages politiques ont volé en éclats. L’intuition du président était la bonne. L’idée d’associer des hommes et des femmes qui n’ont pas les mêmes convictions permet à un gouvernement et à une majorité d’éviter l’enfermement et la tentation du sectarisme »

- François Bayrou : «Sa démarche, qui consiste à être dans un dénigrement systématique, j’estime qu’elle le décrédibilise. Il tombe dans les mêmes travers que le Parti socialiste. »

- Dominique de Villepin : « Il a eu des jugements parfois excessifs. Quand il juge le climat social en France prérévolutionnaire, il se laisse emporter par le goût des formules. »

- Christine Lagarde commissaire européen ? : « Christine Lagarde a comme caractéristique de pouvoir occuper beaucoup de fonctions. C’est la raison pour laquelle je souhaite qu’elle continue d’être ministre de l’Économie »

 


Al-Qaida recruterait des kamikazes contre la France

Bastien Hugues (lefigaro.fr)

Une enquête a été ouverte par le parquet antiterroriste de Paris sur une filière de la nébuleuse, implantée au Maghreb. L’organisation tenterait d’enrôler des kamikazes pour frapper en France.

Al-Qaida vise-t-elle la France ? A en croire RTL, qui développe lundi matin des révélations du magazine «Sept à huit» de TF1, l’organisation terroriste s’active à recruter des kamikazes dans le but de frapper l’Hexagone. Le parquet antiterroriste de Paris a ouvert une enquête après les divulgations d’un suspect.

Selon la radio, tout démarre à la fin de l’année dernière. Les services antiterroristes français démantèlent un réseau dit des «filières afghanes», qui vise à envoyer des candidats au combat en Afghanistan. Un suspect interpellé confie alors aux enquêteurs qu’un responsable d’al-Qaida au Maghreb islamique lui a demandé, via Internet, s’il était prêt à devenir kamikaze pour commettre un attentat suicide sur le sol français. Une enquête est alors ouverte sur ces déclarations et celle-ci, toujours selon RTL, révèle que d’autres personnes ont reçu cette proposition.

«L’affaire est prise très au sérieux par les services spécialisés. Mais à ce jour, rien ne permet de dire que des terroristes sont prêts à passer à l’action», précise la radio. Contacté lundi par lefigaro.fr, le ministère de l’Intérieur se refuse pour le moment à tout commentaire.

«Le risque d’une action terroriste en France est toujours présent, analyse Barah Mikaïl, spécialiste des questions de terrorisme à l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris). Néanmoins, ce cas de démarchage sur un site internet reste assez banal. Il prouve que la France fait le maximum dans la lutte antiterroriste et que nous devons rester prudent.»

 


Dieudonné se félicite du débat autour de sa liste pour les européennes

Lors d’une conférence de presse pour présenter ses colistiers pour le scrutin du 7 juin, Dieudonné a salué son "attaché de presse" en la personne de Claude Guéant.

Le secrétaire général de l’Elysée a été le premier, dimanche dernier, à évoquer cette interdiction, accusant Dieudonné de faire "profession de foi exclusive d’antisémitisme".

"Nous allons répondre évidemment à M. Guéant, notre attaché de presse. Nous avons été extrêmement vigilants sur le fait qu’il n’y a absolument aucun antisémite dans la liste (...) Il y a en revanche énormément d’antisionistes", a-t-il déclaré sur la scène de son théâtre, dans le XIe arrondissement de Paris.

Claude Guéant "effectivement nous a placés au coeur de ce débat des élections européennes", s’est félicité Dieudonné, déclenchant les rires et les applaudissements de ses partisans. "Nous sommes le seul mouvement antisioniste face à une multitude de partis qui sont quand même essentiellement gangrenés par le sionisme."

Après l’introduction de leur leader, une vingtaine de personnes d’horizons extrêmement divers se sont présentées comme les candidats "antisionistes" d’une liste qui devrait être présente en Ile-de-France seulement.

La liste fournie par les proches de Dieudonné ne comportait vendredi que 17 noms alors que la loi en réclame 26 pour être recevable dans la circonscription Ile-de-France. La clôture des listes est fixée au 22 mai.

PAS DE PROGRAMME, UNE "TRIBUNE"

Alain Soral, ancien militant communiste passé par le Front national, et Yahia Gouasmi, fondateur du Parti antisioniste, figurent parmi les colistiers de Dieudonné, où l’on trouve également une militante pro-Chavez, un militant "de la paix et de l’amour", un "nationaliste catholique" et un dirigeant du Front national de la jeunesse (FNJ).

La conférence de presse s’est déroulée dans une atmosphère tendue au Théâtre de la Main d’or.

Tout en se défendant d’antisémitisme, Dieudonné et Alain Soral s’en sont pris exclusivement à des personnalités juives comme Edouard de Rothschild, président du conseil de surveillance du journal Libération, ou le directeur général du Fonds monétaire international (FMI), Dominique Strauss-Kahn.

Une jeune femme voilée de blanc se présentant comme "Nadia, 31 ans, assistante administrative", a dit sa fierté d’être "sur cette liste antisémite" provoquant une réaction du service d’ordre qui a voulu lui redonner la parole afin qu’elle dissipe toute "ambiguïté".

Un journaliste a demandé à Dieudonné quel programme concret il entendait défendre pendant la campagne. "Nous réclamer des solutions à tout aujourd’hui me paraît un peu prématuré", a-t-il dit.

Pour Alain Soral, les élections européennes "ne servent pas à grand chose", le Parlement européen n’est qu’une "chambre d’enregistrement" et la campagne est simplement une "tribune" pour lutter contre le "puissant lobby sioniste".

Laure Bretton, édité par Jean-Stéphane Brosse

 


Procès Fofana : l’accusé de plus en plus isolé

Delphine Chayet le Figaro

 

Jugé avec ses présumés complices par la cour d’assises des mineurs de Paris, le chef de «gang des barbares» refuse de répondre aux questions qui lui sont posées.

Regard braqué vers le sol, affichant tantôt un petit sourire ironique tantôt un air absent, Youssouf Fofana se tait. Depuis une semaine, la cour d’assises des mineurs de Paris étudie, à huis clos, le curriculum vitae de chacun des membres du «gang des barbares». Dans le box des accusés, l’ancien chef de bande poursuivi pour l’enlèvement, le rapt et l’assassinat d’Ilan Halimi, n’a plus rien du «meneur charismatique et éloquent» dépeint au cours de l’enquête.

«Il apparaît au contraire comme un type sans envergure, intellectuellement limité et ignorant, témoigne un avocat. Plus que jamais, on se demande comment il est parvenu à persuader tous ces jeunes de le suivre.» Silencieux lorsqu’on interroge ses coaccusés, Fofana prend la parole son tour venu. Il intervient peu. On l’entend à peine, malgré le micro que lui a spécialement fait porter la présidente en début de semaine.

«Quand on le questionne, il répond toujours par une petite déclaration absurde, et le plus souvent odieuse», relate l’avocat d’un autre accusé. Avec sa voix monocorde et son débit rapide, le caïd d’origine ivoirienne, âgé de 28 ans, esquive. «Il y a beaucoup de gens qui meurent dans le monde », répond-il un jour à Philippe Bilger, l’avocat général, qui lui demande pourquoi il refuse de coopérer. «Pour faire la guerre, il faut de l’argent», explique-t-il un peu plus tard à un conseil de la défense qui l’interroge sur la rançon demandée aux parents d’Ilan Halimi.

Vêtu d’un tee-shirt, sur lequel il a lui même écrit «The petrodollar man», il demande encore à ce que le nom de son avocat soit écrit «sur le blog d’al-Jezira»…

«Combattant de l’islam»

Pour toute réponse, Fofana livre un discours politico-religieux décousu, nourri de poncifs antisémites et d’anticolonialisme. Selon Me Didier Seban, qui représente un «geôlier» présumé d’Ilan Halimi, l’accusé «cherche à donner à ses actes crapuleux une fausse coloration idéologique».

Enfermé dans ses élucubrations, le pseudo «combattant de l’islam» est pourtant de plus en plus isolé dans le box des accusés. Depuis lundi, la cour découvre l’itinéraire des 26 autres garçons et filles, poursuivis pour avoir été mêlés de près ou de loin à l’enlèvement, la séquestration et les multiples violences infligées à la jeune victime.

Tous - ou presque - ont reconnu les faits. Beaucoup ont exprimé des regrets. «Contrairement à Fofana, ils savent qu’ils jouent gros, souligne un avocat. Visiblement, ils ne se reconnaissent pas dans son combat idéologique». Une galerie de jeunes en échec scolaire ou professionnel, sans papiers, sans pères ou livrés à eux-mêmes, défile ainsi à la barre. «À l’époque, ils n’avaient pas réussi à penser au-delà de l’instant présent, observe M e Xavier Filet, avocat de la fiancée d’Ilan. On a le sentiment qu’ils n’ont toujours pas remis leurs actes en perspective.»

Pourquoi se sont-ils raccrochés à cette entreprise criminelle ? Pourquoi n’ont-ils pas pensé à dénoncer, par exemple par un appel anonyme ? Dans une ambiance apaisée, selon un avocat, la cour d’assises a commencé à se pencher sur cette énigme. «Ce n’est pas un procès comme les autres : on ressent une gravité particulière», souligne Me Martine Scemama, avocate d’un membre de la bande. En comparaison, la salle d’audience, interdite au public, paraît terriblement vide.

«Mais ce calme risque de voler en éclats quand on rentrera dans l’examen des faits », prévientMe Francis Szpiner, avocat des parties civiles. Jeudi dernier, la famille d’Ilan Halimi a quitté la salle d’audience en raison de menaces proférées par Fofana. Depuis, les débats ont repris dans la sérénité. Mais la violence de l’accusé, comme son besoin de choquer, sont toujours à fleur de peau, prêts à ressurgir : «Si certaines personnes veulent m’humilier, je pourrai me montrer très méchant verbalement pendant deux mois et demi», a-t-il lancé - en substance - quelques jours plus tard, en pointant du doigt la partie civile.

 

Premiers pas de l’«imam» des gendarmes

Christophe Cornevin le Figaro

PORTRAIT - Avec le grade de capitaine, l’aumônier musulman Mohamed-Ali Bouharb veut organiser un pèlerinage militaire à La Mecque.

Deux grands drapeaux, français et européen, ornent son local retranché au deuxième étage du fort militaire de Charenton, à Maisons-Alfort. Un portrait officiel du président Sarkozy et l’Appel du 18 juin complètent le décor somme toute assez classique s’il n’y avait, sous un tableau blanc, ces deux divans orientaux tendus d’un tissu moiré émeraude et or. Ainsi qu’un exemplaire du Coran posé à côté de l’ordinateur. Le bureau de Mohamed-Ali Bouharb, récemment nommé premier aumônier musulman de la gendarmerie, ne laisse guère indifférent.

À 32 ans, ce capitaine reçoit en uniforme noir et par une vigoureuse poignée de main. Tenant son képi où a été brodé le croissant de lune, symbole de l’islam, entre deux rameaux d’olivier, il toise son hôte d’un regard bleu azur rappelant le ciel tunisien de ses aïeux. Père de deux jeunes enfants, il est marié à une agent de la brigade des douanes. «Elle possède un pistolet, mais son arme, instrument de coercition, est moins puissante que la mienne qui offre le soutien de la religion», sourit-il. Celui qui a fait sa «déclaration d’amour profond à Allah vers 17 ans» a fréquenté les mosquées de Rouen et du Havre pour suivre des séminaires de formation.

Fort en thème ayant commencé des études scientifiques, Mohamed-Ali Bouharb invoque une sempiternelle «quête de sens» pour expliquer son changement de cursus et son «coup de foudre» pour la sociologie puis les sciences du langage. À l’évidence, le jeune homme maîtrise les techniques d’interaction verbales, avec un art consommé de la rhétorique.

Sans détour, l’aumônier affirme : «Apprendre à communiquer est devenu indispensable pour évoquer l’islam, tant la confusion des genres est grande quand on assimile cette religion à l’intégrisme, voire au terrorisme…»

Pionnier à plus d’un titre, celui qui se surnomme le «petit jeune aumônier» fut aussi l’année dernière le major de la première promotion du cursus «religion, laïcité et interculturalité» de l’Institut catholique de Paris, qui a déjà formé une vingtaine d’«imams à la française». À l’occasion d’une réception à Issy-les-Moulineaux en février dernier, le maire, André Santini, un rien taquin, lui a lancé «un musulman formé par les cathos pour apprendre les valeurs républicaines, j’adore !»

Soutien spirituel dans les moments difficiles

Au sein de la gendarmerie, où l’on célèbre encore Sainte-Geneviève avec une relative ferveur, Mohamed-Ali Bouharb entend «intégrer l’islam au sein d’une grande institution régalienne, sans jamais céder au prosélytisme. Ma fonction me l’interdit…». «Des gendarmes musulmans de tous les grades me téléphonent ou m’envoient des mails, sourit l’aumônier qui se dit incapable d’en estimer le nombre. Plusieurs fois par semaine, je leur apporte un soutien spirituel quand ils ont perdu un proche ou lorsqu’ils passent un concours. Je ne suis pas là pour faire de la figuration.»

Prosaïque, l’imam en uniforme n’hésite pas à fournir l’adresse d’un bon médecin pour les circoncisions ou celles des agences de voyages organisant des pèlerinages sans escroquer les fidèles. D’ailleurs, il ne cache pas son envie d’organiser d’ici à 2011 un voyage de militaires musulmans à La Mecque.

Enfin, il veille à ce que la viande hallal soit servie aux pratiquants, qu’ils soient en caserne ou en opérations extérieures. «Nous avons composé quatorze types de repas et près de 50 000 barquettes repas ont été commandées il y a un an», se félicite le jeune officier.

Sollicité par la hiérarchie, il a été récemment consulté sur la conduite à tenir lors d’obsèques musulmanes ou lorsqu’une de ses ouailles fut affectée par erreur comme serveur dans un mess où l’on sert de l’alcool. «À chaque fois, j’ai été écouté», se félicite Mohamed-Ali Bouharb, qui se déclare «plus que satisfait de constater à quel point la gendarmerie cultive le respect de l’autre.»

Une attention qui commence dès l’école, comme peuvent en témoigner deux élèves officiers pour qui le ramadan tombait durant leur «stage d’aguerrissement». Pour qu’ils tiennent le coup, l’aumônier leur a permis de rompre le jeûne à condition qu’ils le rattrapent l’année prochaine. Comme le répète Mohamed-Ali Bouharb : «Musulman oui, mais gendarme avant tout !»

 

ISRAEL

 

On en parle peu…, on n’en parle pas.

Il est toujours prisonnier

 

 

Remue-ménage au Trésor

Par SHARON WROBEL 14.05.09 jpost.fr

Le directeur du budget au ministère des Finances Ram Belinkov a présenté sa démission mercredi pour protester contre l’accord qui venait d’être conclu entre le gouvernement et la

"Ma responsabilité envers le budget de l’Etat et l’économie m’oblige à soumettre ma démission, à la lumière des événements de ces dernières semaines", a-t-il affirmé.

Belinkov, qui occupe son poste depuis deux ans, a averti mercredi matin le ministre des Finances Youval Steinitz de sa décision, mais à promis de rester jusqu’au passage final du budget 2009-2010.

Dans la lettre de démission, Belinkov condamne la manière dont le gouvernement a approuvé le budget. Il reproche notamment à Ori Roguev, conseiller économique du Premier ministre Binyamin Netanyahou, d’avoir contourné le Trésor pour parvenir à un accord avec la Histadrout.

Les remarques de Belinkov avaient d’ailleurs été saisies à son insu par un micro de la 10e chaîne, devant le bureau du cabinet ministériel où le futur budget était l’objet de discussions intenses dans la nuit de mardi et mercredi matin.

Il expliquait en l’occurrence au procureur général, Menahem Mazouz, que le processus de vote du budget "ne pouvait tout simplement pas se dérouler de cette façon. Puis-je fermer les yeux devant un accord avec la Histadrout qui exige une séparation des revenus fictifs - au moment où nous tentons de lutter contre la corruption - parce qu’ils veulent acheter [le chef de la Histadrout] Ofer Eini ? […] Des Premiers ministres ont été renvoyés à la maison pour moins que ça."

Dans la proposition budgétaire votée mercredi, le Premier ministre accepte d’annuler la plupart des coupes prévues par le Trésor. Une augmentation de 3 % des dépenses publiques est également prévue, au détriment de la décision prise seulement la semaine dernière par le ministère des Finances d’en limiter le plafond à 1,7 %.


Benyamin Nétanyhaou à Amman

Le Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou est en Jordanie voisine pour s’entretenir de questions régionales avec le souverain hachémite Abdallah II, a annoncé un haut responsable israélien sous couvert de l’anonymat.

Cette visite éclair à Amman survient alors que le pape est en Terre sainte et juste avant la première visite de Nétanyahou aux Etats-Unis depuis sa prise de fonction en mars dernier. Un peu plus tôt cette semaine, le Premier ministre israélien s’était rendu au Caire où il s’était entretenu avec le président égyptien Hosni Moubarak.

Nétanyahou tente de bâtir une coopération avec les pays arabes modérés contre la menace que pose la région l’Iran et ses alliés du Hezbollah au Liban et du Hamas dans la Bande de Gaza.

Benyamin Nétanyahou doit retourner dans la journée dans le nord d’Israël pour s’entretenir avec le pape Benoît XVI. AP

 


En Israël, Benoît XVI dénonce l’antisémitisme « répugnant »

M. Sz. (lefigaro.fr) avec agences


Dans le cadre de sa première visite en Israël, le pape Benoît XVI a appelé à une réconciliation entre Israéliens et Palestiniens à son arrivée lundi en Terre Sainte. Il s’est engagé par ailleurs à honorer la mémoire des six millions de juifs victimes de l’Holocauste.

C’est ce qui s’appelle entrer dans le vif du sujet. Dès son arrivée en Israël, le pape Benoît XVI a vivement encouragé à une solution de paix entre Israéliens et les Palestiniens, alors que les négociations entre les deux parties sont au point mort. «Je plaide, avec tous les responsables, pour un examen de chaque voie possible vers une résolution juste des difficultés considérables afin que les deux peuples puissent vivre en paix dans leur pays respectif, dans des frontières sûres et reconnues internationalement», a déclaré le souverain pontife lors d’une cérémonie d’accueil à l’aéroport Ben Gourion, près de Tel-Aviv.

«Je viens, comme tant d’autres avant moi, pour prier sur ces lieux saints, pour prier spécialement pour la paix, ici en Terre sainte, et la paix dans le monde», a-t-il poursuivi.

Le souverain pontife est arrivé en provenance de Jordanie où il a passé trois jours. Le président israélien Shimon Pérès et le Premier ministre Benyamin Netanyahou étaient ensemble pour le recevoir à sa descente d’avion. M. Peres l’a accueilli avec des mots de bienvenue en latin. «Ave Benedicte, princeps fidelium qui hodie terram sanctam visitas» (Salut au croyant parmi les croyants qui entame aujourd’hui une visite en Terre sainte).

«Je considère votre visite ici, en Terre sainte, comme une mission spirituelle de la plus haute importance: une mission de paix. Une mission qui consiste à semer les graines de la tolérance et à éradiquer celles du fanatisme», a déclaré le chef de l’Etat hébreu.

L’antisémitisme «répugnant»

Utilisant le terme hébraïque de «Shoah», le pape Benoît XVI a aussi condamné à son arrivée l’antisémitisme qui «continue de relever son visage répugnant dans plusieurs parties du monde». «C’est totalement inacceptable», a-t-il dit. Le pape Benoît XVI s’est d’ailleurs engagé lundi à honorer la mémoire des six millions de juifs victimes de l’Holocauste et à prier «pour que l’humanité ne soit plus jamais témoin d’un crime d’une telle ampleur».

La visite, sous haute surveillance policière, se déroule aussi sur fond de polémique et de tensions entre le pape et Israël avec la levée de l’excommunication de l’évêque négationniste Richard Williamson fin janvier. Israël s’oppose aussi à la béatification, souhaitée par Benoît XVI, de Pie XII accusé de passivité par les Juifs durant le génocide nazi.

Une rencontre prévue avec les parents du soldat Shalit

Benoît XVI, dont c’est la première visite dans la région, va passer cinq jours en Israël et en Cisjordanie. Le pape se rendra à Jérusalem au mur des Lamentations, au mémorial de la Shoah Yad Vashem et sur l’esplanade des Mosquées. Il passera aussi une journée dans les territoires palestiniens, à Bethléem, où il se recueillera dans la basilique de la Nativité et visitera le camp de réfugiés voisin d’Aïda. Modification de dernière minute dans son emploi du temps: le pape rencontrera à Jérusalem les parents du soldat Gilad Shalit capturé en 2006 par un commando armé palestinien et détenu à Gaza sous contrôle du Hamas.

Ce douzième voyage à l’étranger du pape allemand âgé de 82 ans intervient par ailleurs après l’offensive israélienne contre la bande de Gaza en décembre-janvier qui a fait plus de 1 400 morts palestiniens.

 

MONDE


3e attaque au gaz contre une école pour filles en Afghanistan

Quelque 94 personnes, des écolières pour la plupart, ont été hospitalisées après avoir été victimes d’une intoxication au gaz, mardi matin, dans l’école primaire de Qazzaq, dans la province de Kapisa, a déclaré le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Zemaray Bashary.

Trois professeurs et deux gardiens comptent parmi les personnes hospitalisées, qui sont toutes hors de danger.

Selon le porte-parole du gouverneur de la province, les victimes ont été prises de vomissements et de vertiges, présentant les mêmes symptômes que les jeunes filles hospitalisées après des attaques au gaz survenues lundi et le 26 avril dans des écoles pour filles de Charikar.

Le ministère de l’Intérieur a ouvert une enquête sur cette série d’intoxications dans une partie du pays où les écoles pour filles sont restées ouvertes lorsque les taliban étaient au pouvoir à Kaboul.

La nature du gaz utilisée n’est pas connue mais des échantillons sont en cours d’analyse sur la base militaire américaine de Bagram.

Les attaques visant des écoles pour filles se sont multipliées depuis l’année dernière, particulièrement dans le sud et l’est du pays, une zone où l’influence talibane est grandissante.

L’an dernier à Kandahar, des hommes ont aspergé d’acide le visage de jeunes filles en déclarant qu’elles n’avaient pas à fréquenter l’école.

Sayed Salahuddin et Hamid Shalizi, version française Mathilde Gardin

 


Egypte: 8 Frères musulmans arrêtés

AFP

Au moins huit membres des Frères musulmans, le principal mouvement d’opposition en Egypte, ont été arrêtés aujourd’hui à l’aube, a indiqué à l’AFP un responsable de la police.
La confrérie islamiste a pour sa part affirmé que 12 de ses membres avaient été interpellés.

Les huit hommes, arrêtés à leur domicile au Caire, à Guizeh et à Alexandrie (nord) notamment, sont accusés "d’avoir projeté de relancer les activités" de la confrérie, officiellement interdite depuis 1954 mais relativement tolérée, selon le responsable de la police.

Des documents concernant la confrérie et cherchant à propager son idéologie ont été trouvés en leur possession, a-t-il ajouté.

Les Frères musulmans ont dénoncé ces arrestations, accusant le gouvernement de chercher "à les empêcher d’avoir un rôle dans la vie politique égyptienne".

"Au lieu d’essayer de résoudre les problèmes et les crises affectant le citoyen égyptien et de poursuivre ceux qui oeuvrent à corrompre et à détruire (...) la société, voilà que le régime use son énergie et ses efforts à combattre les Frères musulmans", a affirmé le numéro deux de la confrérie, Mohammed Habib, dans un communiqué.

"Le régime échouera à atteindre ses objectifs et ces campagnes ne feront que renforcer les Frères (...)", a-t-il ajouté.

Depuis leur percée historique lors des législatives de 2005, les Frères musulmans détiennent un cinquième des sièges au Parlement. Leurs députés avaient été élus sous l’étiquette d’"indépendants".

 


Le Parlement italien criminalise l’immigration clandestine

AFP

Le gouvernement de droite de Silvio Berlusconi a remporté mercredi un vote de confiance du Parlement sur un projet de loi controversé instaurant un tour de vis dans la lutte contre l’immigration clandestine, qui devient désormais un délit passible d’une importante amende.

316 députés ont voté pour et 258 contre ce texte, alors que l’Italie est critiquée en Europe pour avoir refoulé à deux reprises ces derniers jours des embarcations chargées de clandestins vers la Libye, sans même offrir la possibilité aux candidats à l’entrée sur son territoire de déposer une demande d’asile politique.

Le projet de loi prévoit ainsi que l’entrée ou le séjour illégaux sur le territoire italien deviennent un délit et soient passibles d’une amende de 5 000 à 10 000 euros.

Le séjour des immigrés clandestins dans les centres d’identification et d’expulsion passe de deux à six mois tandis que les personnes louant un logement aux clandestins ou les hébergeant risquent jusqu’à trois ans de prison.

Les mesures de lutte contre l’immigration font partie d’un projet de loi plus vaste, sur la sécurité en général, prévoyant deux autres votes de confiance, sur la microcriminalité dans les villes et la lutte contre la mafia. Le document devra ensuite passer au Sénat qui doit le voter dans les mêmes termes pour qu’il entre en vigueur.

Les autres mesures de cette loi controversée et à laquelle même certains élus de droite étaient opposés, raison pour laquelle le gouvernement a dû demander un vote de confiance, prévoient, entre autres, un «registre des sans-abri» qui seront fichés par le ministère de l’Intérieur.

 

Les Chinois en pointe dans la «cyberguerre» 

Arnaud de La Grange, correspondant à Pékin


Malgré leur sophistication, les systèmes de protection des ordinateurs chinois n’auraient pas empêché ceux du premier ministre d’être piratés.

Dans la cyberguerre si à la mode aujourd’hui, la Chine réputée talentueuse en attaque serait aussi douée en défense. Elle aurait installé sur tous ses ordinateurs gouvernementaux et militaires un système très efficace pour déjouer les intrusions de cyber-espions américains. L’existence de ce «bouclier» a été révélée lors d’auditions devant le Congrès des États-Unis, selon le Washington Post.

La grande originalité de ce dispositif baptisé «kylin» serait de reposer sur un système d’exploitation inédit, soit une plate-forme de logiciels différente de Windows, Mac Os ou Linux. Selon Kevin Coleman, un consultant en sécurité informatique qui est intervenu devant les parlementaires, ce dispositif rend «les capacités d’attaques cybernétiques» américaines contre les ordinateurs chinois «inefficaces», les armes offensives de Washington ayant été conçues pour les systèmes classiques. Selon le même expert, la cuirasse chinoise serait renforcée par un microprocesseur sécurisé, là encore de conception inédite, qui serait capable de bloquer les tentatives d’intrusion menées par des pirates ou des logiciels «malveillants». Le spécialiste conclut que les Chinois font jeu égal avec les Américains en matière de cyberdéfense.

Les 103 cibles de GhostNet

Il y aurait pourtant quelques failles, puisque la presse chinoise a relaté en mars la fureur du premier ministre, Wen Jiabao, après que des intrus avaient infiltré les ordinateurs de ses services et piraté le discours qu’il devait prononcer devant le Parlement.

De quoi inciter le Pentagone à réagir, alors que Barack Obama entend faire de la cyberdéfense une priorité. Fin mars, des chercheurs canadiens avaient annoncé avoir découvert un vaste réseau de cyber-espionnage international basé en Chine. Ce réseau, GhostNet, serait l’un des plus étendus jamais mis en lumière, puisqu’il se serait introduit dans les ordinateurs de gouvernements et d’organisations privées de 103 pays, dont ceux du dalaï-lama. Et il y a un mois, des sources de renseignement américaines citées par le Wall Street Journal avaient affirmé que des cyber-espions chinois et russes avaient infiltré le réseau électrique américain, installant des programmes pouvant être utilisés pour perturber le système et provoquer le chaos aux États-Unis.


Deux Français membres présumés d’Al Qaïda arrêtés en Italie

        

Deux Français accusés de diriger une cellule d’Al Qaïda en Europe et de préparer des attentats en France et en Grande-Bretagne ont été arrêtés dans le sud de l’Italie, rapporte la police de Bari.

Le parquet italien a émis à leur encontre des mandats pour association de malfaiteurs à visée terroriste, précise l’agence Ansa. L’aéroport Roissy-Charles de Gaulle figurait parmi les cibles envisagées, ajoute-t-elle.

Une opération menée par la police locale en collaboration avec le service central de l’antiterrorisme a permis de repérer deux correspondants importants du réseau terroriste Al Qaïda en Europe, a déclaré la police de Bari dans un communiqué.

"Les deux Français, qui résidaient depuis quelque temps en Belgique, Bassam Ayachi et Raphaël Gendron, avaient été arrêtés en novembre 2008 durant un contrôle aux frontières, alors qu’ils cherchaient à faire entrer cinq clandestins en Italie", a expliqué au téléphone un responsable de l’antiterrorisme.

C’est en contrôlant le matériel trouvé dans leur véhicule et après vérification avec les autres polices européennes "qu’il est apparu qu’il s’agissait d’extrémistes déjà signalés par différentes polices européennes", a ajouté Claudio Galzerano.

"Ce sont deux personnes assignées à la transmission et à la propagande d’Al Qaïda en Europe", a précise le fonctionnaire.

Les deux Français possédaient notamment un ensemble important de documents sur des supports informatiques.

Antonella Cinelli, Silvia Aloisi, version française Jean-Stéphane Brosse

 

L’image qui résume le pèlerinage de Benoît XVI en Terre Sainte

Par Jean-Marie Guénois le  figaro

 

Nazareth

15 secondes qui changent tout. La réunion interreligieuse, ce jeudi après-midi à Nazareth, sombrait presque dans l’ennui. Une suite de discours, conventionnels, des applaudissements aimables. Devant le pape, l’ensemble des représentants religieux d’Israël affirmaient à l’unisson un même refrain : « peace », « salam », « shalom », « pace ».

http://www.dailymotion.com/video/x9aaai_le-pape-chante-pour-la-paix_news

 

Citation de la semaine

« La montée du sentiment antisioniste m’inquiète. Cette volonté, plus de 60 ans après la création d’Israël, de continuer à nier la légitimité de l’aspiration du peuple juif est consternante. Le sionisme, ce n’est pas un gros mot, c’est le mouvement national du peuple juif. »

Bernard Kouchner, Ministre des Affaires étrangères et européennes (Tribune Juive, Mai 2009)

 

L’upjf a lu : IVAN RIOUFOL, CHRONIQUE D’UNE ANNÉE DE CRISES

IVAN RIOUFOL

CHRONIQUE D’UNE ANNÉE DE CRISES

Ce recueil de chroniques aurait pu s’intituler : 2008, l’année des bulles. Le champagne en moins.

Des bulles qui ont commencé à éclater : effondrement de la gigantesque bulle du capitalisme financier, déliquescence du parti socialiste, montée de l’islamisme et ghettoïsation des cités, appels au secours d’élèves ou d’enseignants confrontés à la déculturation,…

C’est pour n’avoir pas voulu comprendre les inquiétudes des Français autrement qu’en les réduisant à des questions matérielles et consuméristes que le monde politique s’est révélé, en 2008, dépassé par une vague de fond que personne ne semble avoir vu venir.

Ivan Rioufol scrute à la loupe, analyse au révélateur et commente à vif cette crise existentielle qui mine la société.

A la lecture de ce bloc-notes, la compréhension des mécanismes qui génèrent les crises devient limpide.

Avec, en plus, le plaisir littéraire des phrases ciselées de mots justes.

Désormais, un « rioufol », c’est aussi un classique…

Aux Editions de Passy

Le sacre de l’obscur

©Par François Celier, Ecrivain et Pasteur

Durban II à Genève des 20 à 24 mai 2009

Ces quatre jours vont marquer le monde, par la honte ou l’esprit de résistance.

Il s’agit d’une bataille idéologique mais aussi d’un conflit métaphysique, dans lesquels les pays libres occidentaux qui s’y impliquent y perdront à leur âme (comme ce fut le cas à Evian, en avril 1938), mais aussi l’essentiel des Droits Universels donnant sens et valeurs au droit humain de nos démocraties : la laïcité ; la liberté (y compris de critiquer l’islam, cette problématique majeure de notre temps) ; le droit des femmes (traites, mutilations sexuelles, lapidations, mariages forcés, défaut d’éducation, etc.) ; des minorités chrétiennes en terres d’islam (condamnées à disparaître) ; d’empêcher l’esclavage des populations noires (toujours vendues dans les pays du Moyen-Orient). Etc.

Cette défaite (programmée) devrait procurer aux pays musulmans un formidable outil de chantage juridique sur l’Occident démocratique judéo-chrétien, de même que dans tous les territoires du monde répertoriés infidèles à l’islam

Ce Durban-bis genevois ne peut qu’engendrer plus d’inversion des  responsabilités pénales au bénéfice du Droit de la Charia musulmane ; le détournement des outils législatifs contre le racisme, la xénophobie et l’intolérance, ainsi que toutes sortes de discriminations.

Ce Durban-bis genevois constituera l’imposture du 21ème siècle des gouvernements occidentaux qui, par égarement et peur latente, vont s’abaisser à s’associer à cette tromperie en la cautionnant par leur présence, favorisant ainsi la montée en puissance des régimes terroristes dissimulés sous les calicots du grand Jihad qui méthodiquement se met en place.

Toute la démonstration stratégique de Genève-Durban II a pour objectif sous-jacent la diabolisation d’Israël et l’exaltation de la prééminence de l’Islam sur toutes les religions et démocraties du monde libre.

Dans les coulisses de l’ONU, les pays totalitaires se sont opportunément regroupés autour de l’Organisation de la Conférence Islamique (OCI) dans le but d’imposer de nouvelles normes onusiennes ; bâillonner les libertés d’expressions ; déclarer l’illicéité de la laïcité et promouvoir les Non-Droits de l’Homme, selon la Charia d’un avenir islamiste de type moyen-âgeux.

Durant ces quatre jours, plusieurs prétendants au Califat mondial vont entrer en lice : Kadhafi, un dictateur-terroriste (virginisé et adoubé par Nicolas Sarkozy) élu membre du Conseil de Sécurité de l’ONU, présidant le Continent noir en devenant Roi des rois africains ; Mahmoud Hitlerinejad, en quête d’une consécration de prophète messianique du 12ème Imam chîîte ; le Roi d’Arabie Saoudite, régnant sur la gravitation islamique de la Mecque ; ainsi que deux ou trois autres chefs d’Etats musulmans se tenant en affût opportuniste .

Par crainte de trop grandes « dérives », quelques pays ont eut le bon sens de boycotter cette conférence ubuesque en la privant de puissants appuis :

Israël, les Etats-Unis, l’Australie, le Canada, l’Allemagne, la Hollande et l’Italie.

Quant à la présence de la France et de l’Angleterre, cela n’honorera guère les organisateurs onusiens (qui se sentiront néanmoins humiliés), de même que le pays hôte helvétique.

Pour mémoire, la conférence d’Evian d’avril 1938 ayant échouée, des historiens la surnommèrent « feu vert pour Hitler » et sa folie génocidaire...

Convoquée par le président américain Roosevelt dans le but de solutionner le problème des réfugier juifs (des centaines de milliers de juifs voulaient fuir l’Allemagne Nazi et l’Autriche), les 33 nations invitées à en débattre décidèrent « qu’ils ne pouvaient rien y faire », autrement dit qu’ils s’en lavèrent les mains. La voie du plus grand criminel de l’Histoire était ouverte puisque “les nations du monde ne se souciaient pas des juifs et que personne ne l’empêcherait d’exécuter son plan d’exterminateur diabolique.

De même, de nos jours, Mahmoud Hitlerimejad attend lui aussi son « feu vert » nazislamiste, dans le but revendiqué d’atomiser Israël et l’éradiquer du monde.

Oubliant les ratages de 1938, les organisateurs de Durban II genevois ont à cœur de s’en distinguer par de futures atrocités. Selon « l’axe du mal » qui les anime, ils espèrent amplifier leur félonie dans la perspective d’une ultime solution finale du peuple juif et de leur pays doté d’une démocratie exemplaire.

Cette Conférence genevoise des Nations (dés) Unies sur le racisme, avant même ses attendus péremptoires, va libérer un flot de haine contre les juifs et leurs petit bout de terre israélien.

L’Histoire se répétant soixante dix ans après Evian-les-bains, du mardi 21 avril 1938, Genève 2009 devrait s’engager plus profondément dans la contestation de Dieu et de ses témoins judéo-chrétiens.

Cette Conférence genevoise s’apprête à promouvoir, par un antisionisme irrationnel, la forme de racisme la plus féroce : celle de l’antisémitisme.

C’est alors qu’il convient de rappeler aux ignorants que le Dieu d’Israël est le Premier des Sionistes.

Que le monde y prenne garde !

Selon le principe d’une licitation à plus grande échelle, la Conférence genevoise s’appliquera, ouvertement ou subtilement, à amplifier les dérives de Durban I d’avril 2001. Il faut se souvenir que tout s’y déroula sous le regard de Dieu... Etrangement, quelques jours plus tard eut lieu un certain 11 septembre 2001. Horrifié, le monde entier assista en direct, à New York et à Washington, à la violence destructrice de tous ceux qui aspiraient à la destruction d’Israël en blessant mortellement son allié américain.

Ce fut ce jour là que se révéla au monde un masque hideux : celui de l’islamisme radical, c’est-à-dire, littéralement coranique et mahométan.

L’esprit de 1938, qui fut celui de la trahison des valeurs occidentales des Droits de l’Homme de 1948 fondés sur le judéo-christianisme, gagne les esprits des dirigeants du monde libre actuel, et pas seulement sur les bords du Lac de Genève.

La Suisse accepta d’accueillir la conférence de 1938 pour ne pas froisser Hitler. Cette conférence d’Evian convoquée par le président Roosevelt devrait inciter le nouveau Président américain Hussein Obama à se démarquer des pays arabes qui préconisent la destruction des juifs et d’Israël.

Mais Hussein Obama se trouve en « délicatesse » à leur endroit… Ne serait-il pas un apostat de l’islam de sa jeunesse pour nombre de mollahs sourcilleux ou radicaux ? Risquerait-il de ce fait la peine de mort par une fatwah ? Par ailleurs, pourquoi s’est-il incliné devant le roi d’Arabie Saoudite, montrant par ce geste comme une forme d’allégeance inattendue ?

Au temps de Roosevelt, les américains vinrent libérer l’Europe de la tyrannie des Nazis... L’enchanteur charismatique Hussein Obama inclinera-t-il pour les démocraties occidentales agressées par l’islam radical ? Se lavera-t-il les mains si demain Mahmoud Hitlerinejad lançait sa bombe atomique sur Israël ? Beaucoup de voix s’élèvent à Washington pour que la nouvelle administration ne soit pas celle de la trahison et qu’elle soutienne Israël et le peuple juif.

Ce dernier représente l’éclaireur ontologique de l’humanité.

Les 20 à 24 avril 2009 sont quatre jours de honte pour les pays libres qui participent à cette mascarade onusienne (injustifiables en regard de l’Histoire). Prions qu’ils ne signent pas la rémission de la liberté de penser, et de dire s’il le faut : NON à l´hypocrisie internationale, aux médias serviles, au terrorisme, au racisme, aux pendaisons iraniennes, aux massacres en divers pays, aux lapidations et autres violations des droits de l´homme que cette Conférence genevoise devrait dénoncer, alors qu’elle va pourtant les encenser.

 

Bulletin d’adhésion à l’UPJF

Email : contact@upjf.org

Fax : 01.47.63.08.40

Je soussigné (e)

□ Mademoiselle □ Madame □ Monsieur

Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Prénom : . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


Société : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


Adresse : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


Code Postal : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Ville : . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


Tél : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Portable : . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Fax :. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

 e-mail  sur lequel je recevrais toutes les informations UPJF 

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

 

Je suis parrainé par :………………………………………

 

  • Professions Libérales – Salariés – Retraité      …………………………….180€
  • Commerçant – Gérant de : SARL * EURL* SNC – Président de SAS…….480€
  • Membre de soutien ………………………………………………………..1196€

- Ci-joint ma cotisation annuelle de ……. Euros TTC (une facture sera établie après paiement).

- L’adhésion prend effet dès réception du paiement de la cotisation, déductible des frais généraux.

 

 

 

© upjf.org

 

Mis en ligne le 15 mai 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org