Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)
Israël (Société, économie, techniques)

Dossier : Magen David Adom [équivalent juif de la Croix-Rouge], Antoinette Bremond
28/05/2009

28/05/09

Source : Site Un écho d’Israël, 24 mai 2009

(Bouclier de David Rouge ou Etoile de David Rouge)

« Qui sauve une vie sauve le monde »

Il s’agit bien de cela. Non pas simplement un service médical, mais ce devoir premier pour tout homme, tout Juif en particulier, de sauver une vie, de lutter contre la mort.

Histoire

C’est en octobre 1918, lors d’une rencontre tenue à Philadelphie à laquelle participaient David Ben Gourion, Golda Meir et Henrietta Szold, que fut lancé Magen David Adom (MDA) : une aide médicale d’urgence dans les combats de la Légion juive pour libérer la Palestine de la puissance turque. Ce premier MDA fut dissous à la fin de la guerre. C’est lors des émeutes arabes de 1929 contre la population juive de la Palestine forte de 170 000 personnes, que le besoin d’un service d’urgence médicale devint impérieux. Le 7 juin 1930, sept docteurs juifs ouvrent dans une cabane délabrée au centre de Tel Aviv (carrefour Rothschild et Nahalat Benyamin) le premier centre médical d’urgence, Magen David Adom.

En 1931 est créé le centre MDA à Haïfa et en 1934, à Jérusalem. En 1935 l’Organisation nationale de service médical d’urgence pour la population civile et la Hagana (groupe militaire juif) voit le jour. A cette époque, MDA ne possédait qu’un camion converti en ambulance et quelques douzaines de volontaires. De nouvelles attaques arabes contre la population juive, dans les années 1936-39, obligèrent ce service d’urgence médicale à donner également des cours de premiers soins aux membres de la Hagana et de la police.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, MDA devint une branche de l’Organisation de défense civile et de la Légion juive des Forces britanniques. Les secouristes sont en uniforme, Magen David Adom étant une branche de la Hagana. Ses membres et ses volontaires seront, au moment de la création de l’Etat d’Israël, les piliers du corps médical de Tsahal. 5 ans plus tard, MDA couvre la totalité du pays.

Le 12 juillet 1950, la Knesset vote la « loi de Magen David Adom », lui donnant un statut officiel de service national d’urgence en Israël. Cette loi statue que MDA fonctionnera comme une société nationale de la Croix Rouge, se conformant aux Conventions de Genève :

1) Soins d’urgence en temps de guerre
2) Soins médicaux dans toutes les situations d’urgence : accidents, maladies, attentats
3) Assurer des abris lors de catastrophes naturelles
4) Disposer d’un service de stockage de sang, de plasma et de ses dérivés

Actuellement

Aujourd’hui MDA comprend 2000 employés et 12 500 volontaires : ambulanciers, médecins, infirmiers, paramédicaux, techniciens du sang etc. Les volontaires suivent un programme de formation de 60 heures et consacrent au minimum 8 heures de leur temps libre par mois ; certains beaucoup plus. Ils s’engagent pour deux ans. Des séminaires de formation sont organisés régulièrement pour parfaire leurs connaissances. La formation insiste, en dehors des connaissances et pratiques médicales, sur le côté humain du travail, la manière de se comporter envers les malades, les accidentés ou les victimes du terrorisme. Une forte proportion de ces volontaires ont entre 15 et 18 ans. Beaucoup se réengagent après leur service militaire. MDA peut compter sur l’aide de ses jeunes volontaires toujours prêts à venir sauver des vies.

En Israël il existe actuellement 110 postes MDA , 800 ambulances et des motos médicalisées. En temps de paix comme en temps de guerre ou d’attaques terroristes, MDA joue un rôle prééminent en Israël. Voici l’exemple d’une journée normale : Le 13 mai 09, MDA a reçu 1529 appels, dont 219 accidents de voiture, 1052 malades et 10 femmes en début d’accouchement.

Ayant parfois dû faire appel à leur service, j’ai pu apprécier cette gentillesse, cette douceur, mais aussi le professionnalisme de ces ambulanciers… souvent très jeunes.

Comme dans tous les hôpitaux et dispensaires en Israël, toute la population du pays, juive et arabe, mais aussi les étrangers, bénéficient sans distinction des services de MDA. Parmi son personnel soignant, on trouve également des non juifs.

Banque du sang

Dans la Loi du Magen David Adom votée à la Knesset, il est précisé que MDA Israël doit « disposer d’un service de stockage de sang, de plasma et de ses dérivés pour le bénéfice de ses habitants ». La banque centrale du sang est située dans l’enceinte de l’hôpital Tel Hashomer à Tel Aviv. Plus de 220 médecins, chercheurs et techniciens y travaillent à temps plein. 289 585 unités de sang ont été recueillies dans le pays en 2007, grâce aux 24 « blood-mobiles », ambulances spécialisées pour collecter le sang. Le sang recueilli est traité et réparti selon les besoins dans tous les hôpitaux et dans l’armée.

Les médecins du service d’hématologie du MDA participent à l’enseignement de cette spécialité dans les facultés israéliennes. Le budget de ce service se monte à 20 millions d’euros chaque année. Cette année, la banque centrale du sang a deux projets majeurs :
augmenter le nombre des donneurs de sang et construire une nouvelle banque de sang adaptée aux besoins grandissants de ses services.

En 2009, MDA-France s’est fixé comme objectif de participer financièrement au don du sang en Israël, « véritable don de la vie » comme l’écrit le Dr Lazare Kaplan, son président.

Financement

Même si celui qui fait appel à une ambulance verse 100 euros (partiellement remboursé par la caisse maladie), MDA doit trouver d’autres sources pour son énorme budget (environ 100 millions d’euros). Ne recevant que très peu d’aide de l’Etat, il va dépendre donc en grande partie des dons des particuliers, legs et testaments, mais surtout des communautés juives de l’étranger. Les « Amis de MDA » existent dans une vingtaine de pays, en Europe, en Australie, en USA, en Amérique du Sud.

MDA-France est très active : elle a entre autres fait don d’une ambulance à la ville de Sderot en janvier 09 et prévoit pour octobre 09, l’inauguration d’un nouveau poste de secours à Ofakim, dans le Neguev.

Relations avec le Mouvement international de la Croix Rouge et du Croissant Rouge

MDA a été longtemps refusé comme membre du Mouvement international de la Croix Rouge parce qu’il n’acceptait pas de remplacer l’Etoile de David par l’un des emblèmes autorisés dans les Conventions de Genève. Malgré ce manque de reconnaissance officielle, la coopération s’est accrue depuis les années 90. Un accord de 2 ans a été signé en 2004 garantissant notamment un soutien accru aux activités de sa banque du sang.

Le 8 décembre 2005, la Conférence internationale des signataires des Conventions de Genève ayant adopté le Cristal Rouge comme nouvel emblème pour la Croix Rouge, la voie était ouverte à l’adhésion de MDA. Le 22 juin 2006 le Magen David Adom et le Croissant Rouge palestinien sont officiellement admis par la Fédération internationale de la Croix Rouge en tant que membres de plein droit.

Le nouvel emblème de MDA est l’Etoile de David inscrite dans le Cristal Rouge. Il est utilisé dans les opérations de secours à l’étranger. Cependant, en Israël, l’emblème demeure l’Etoile de David.

Projet Yochaï Porat

Depuis 8 ans, MDA embauche des volontaires de l’étranger : 700 par année. Ce projet porte le nom de Yochaï Porat, tué en mars 2002 à Ofrat avec 9 autres soldats et civils lors d’une attaque terroriste. Yochaï s’était engagé comme volontaire dès l’âge de 15 ans. Après l’armée, il continua à servir dans les ambulances. En 2001 il commença à organiser un volontariat pour les Juifs de l’étranger.

Les volontaires du projet Porat suivent 10 jours de formation de secourisme en anglais et en hébreu simple. Ils travaillent dans des postes de MDA à travers le pays et dans les ambulances, encadrés par le staff et les volontaires israéliens. Ils s’engagent pour deux mois. Ce projet est réalisé en collaboration avec l’Agence Juive qui leur ouvre ses centres d’intégration pour leur logement. Mais les volontaires doivent se prendre en charge pour la nourriture.

Ces jeunes, entre 18 et 25 ans, ont payé leur voyage et environ 800 dollars pour l’ensemble du projet. Ils doivent être en bonne santé et si possible avoir quelques notions d’hébreu. Pour ces jeunes Juifs de la diaspora, c’est le meilleur lieu pour se familiariser avec la réalité de la société israélienne.

Former les jeunes

MDA a le souci de former les jeunes, non seulement en leur donnant des cours de premiers soins, de secourisme, mais en leur transmettant ce « feu » : tout faire pour sauver des vies. Avoir en soi ce profond désir d’être prêt à pouvoir dans toutes circonstances et à tout moment se mobiliser pour sauver des vies.

Pour la deuxième année, MDA organise avec la collaboration de MDA-France un plan systématique de formation de jeunes Juifs français. En juillet 2009 une équipe de responsables israéliens va partir d’Israël en bateau avec une ambulance hors service, arriver à Marseille et de là organiser un parcours à travers la France pour visiter une vingtaine de colonies de vacances de la communauté juive. De Marseille à Bordeaux en passant pas Nice, Lyon, Strasbourg et Paris, ils vont préparer ces jeunes à pouvoir, grâce à une formation de secourisme, sauver des vies. Leur but : transmettre à ces jeunes Français cette mentalité israélienne et leur permettre de venir un jour s’embaucher en Israël comme volontaires.

**************************************************************

Site MDA-Israël : www.mdais.com
Pour contacter MDA-France : 40 rue de Liège. 75 008 Paris. Tel : 01 43874902
Site MDA-France : www.mda-france.org

**************************************************************

© Un écho d’Israël

 

Mis en ligne le 28 mai 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org