Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)
Israël (délégitimation d')

Le monde en route vers un bordel noir ? Cent jours d’Obama : tout ça pour ça… Luc Rosenzweig
05/06/2009

Dans un texte à l’humour ravageur, Luc Rosenzweig, plus talentueux que jamais, s’en prend à la nouvelle idolâtrie mondiale et à l’objet de son culte : j’ai nommé l’obamania et Obama soi-même. Je ne saurais trop vous recommander la lecture de l’intégralité de cet éditorial qui figure sur le site Causeur, dont la réputation n’est plus à faire. Un morceau de lucidité politique dramatique, mais malicieusement mitonné aux herbes douces-amères d’un excitant zygomatique, par le maître queux de céans. A consommer jusqu’à la dernière miette. Vous m’en direz des nouvelles ! (Menahem Macina).

04/06/09

 

Sur le site Causeur, 3 juin

 

Extrait (les passages en gras sont de notre Rédaction)


« 
… Obama serait-il un peu mou du genou ? Du genre à prendre des baffes et à dire merci ? Ce serait faire bon marché de la fermeté et de l’intransigeance dont il vient de faire preuve vis-à-vis de Bibi Netanyahou : plus un seul cabanon, même pas une chiotte au fond du jardin, ne doit être construit dans les implantations juives de Cisjordanie, y compris dans celles que son prédécesseur Georges W. Bush avait implicitement désignées comme devant être rattachées à Israël lors d’un éventuel règlement final. Cela n’a pas échappé à Ahmed Qoreï, qui dirige, pour l’Autorité palestinienne, les négociations avec Israël. Alors que, jusque-là, les Palestiniens n’évoquaient jamais les noms des villes pouvant être incluses dans un échange de territoires, ils demandent maintenant que les localités de Maale Adoumim et Givat Zeev, proches de Jérusalem, reviennent au futur Etat palestinien, en proposant généreusement que leurs habitants puissent jouir de la double nationalité, israélienne et palestinienne. Une hypothèse qu’aucun gouvernement israélien, même composé de la gauche et de l’extrême gauche sioniste, ne pourrait accepter.

Il semble que Barack Obama se soit laissé persuader que le conflit israélo-palestinien était “la mère de tous les conflits” de la région et que sa solution rapide conditionnait l’acceptation, par le monde arabo-musulman d’une cohabitation harmonieuse avec l’Occident, Israël compris. Cette illusion, qui fait l’impasse sur l’instrumentalisation de ce conflit par des régimes dictatoriaux ou autoritaires pour détourner leurs peuples de la révolte contre ses dirigeants, est tout aussi, sinon plus, porteuse de dangers, que l’approche musclée de son prédécesseur. L’acceptation du fait israélien par les Etats arabes n’implique nullement la reconnaissance de sa légitimité, voilà ce que répètent en boucle les responsables arabes, même réputés modérés, un discours que les partisans occidentaux de l’alliance des civilisations font mine de ne pas entendre.

N’appartenant pas au premier cercle des conseillers qui entrent sans frapper dans le Bureau ovale de la Maison Blanche, je ne peux vous révéler ici en primeur le texte du déjà fameux discours du Caire. Mais j’ai comme l’impression qu’il va contribuer, comme celui de Prague, à l’accroissement du bordel ambiant. »

(A suivre ici


Luc Rosenzweig

 

© Causeur

 

[Texte aimablement signalé par A. Dzialowski.]

Mis en ligne le 4 juin 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org