Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Civisme
Violences

Enregistré sur vidéo : la culture de la cruauté au Moyen-Orient, Daniel Pipes
01/06/2009

31/05/09

FrontPageMagazine.com, 15 mai 2009

Version originale anglaise: Caught on Tape: The Middle East’s Culture of Cruelty

Adaptation française: François de Champvert

Quelques analystes du Moyen-Orient, parmi les plus courageux et les plus éminents, soulignent la culture de cruauté de cette région. Kanan Makiya a intitulé son livre sur les Arabes de 1994 « Cruauté et silence ». Fouad Ajami écrit à propos de Beyrouth qu’elle est « perdue, dominée de nouveau par la cruauté » ; à propos de l’Irak il parle de « pillage, de cruauté et d’esprit de haine sectaire » et sur la région en général, de « cruauté, de gaspillage et de confusion ».


Issa bin Zayed Al Nahyan.


Bassam Nabulsi.


Issa tirant des coups de feu autour de Shah Poor.


Issa bourrant la bouche de Shah Poor avec du sable.


Issa dirigeant le caméraman.


Issa écrasant Shah Poor.

Cette cruauté, habituellement cachée aux étrangers, est devenue visible sous forme cinématographique, quand le 22 avril 2009, ABC News a diffusé une cassette d’un prince des Emirats arabes unis torturant de façon sadique un marchand afghan qu’il accusait de malhonnêteté. Non moins instructives sont les réactions passives de son gouvernement et des responsables américains. L’histoire révèle beaucoup de choses et mérite qu’on y réfléchisse.

A Abu Dhabi, l’émirat le plus grand et le plus puissant des Emirats arabes unis, la famille Nahyen a longtemps dirigé et dominé le pays.

Après la mort en 2004 du Cheikh Zayed ben Sultan Al-Nahyan qui avait gouverné l’émirat depuis son indépendance en 1971, les 22 fils et petits-fils, longtemps tenus en bride, ont laissé libre cours à leur nouvelle liberté d’action. L’un d’eux en particulier, Issa bin Zayed Al-Nayed, le plus jeune frère de l’actuel gouverneur d’Abu Dhabi et président de la fédération des 7 membres des Emirats arabes unis, Khalifa bin Zayed Al Nahyan (né en 1948), est devenu fou. « C’est comme si vous aviez tourné un interrupteur et l’homme a pris un mauvais virage dans sa vie et commencé à devenir violent » commente Bassam Nabulsi, 50 ans, de Houston, au Texas, originaire du Liban et ancien partenaire en affaires de Issa.

Issa a rencontré Nabulsi à Houston où ce dernier lui a fourni hôtel et services de limousine. Leurs relations sont devenues un partenariat d’affaires qui a duré plus de douze ans. Mais Nabulsi a poursuivi Issa en justice pour rupture de contrat, devant un tribunal fédéral de Houston ; et , à l’appui de ses accusations, Nabulsi a rendu publique une cassette de 45 minutes sur Issa en train de torturer un négociant en grains afghan nommé Mohammed Shah Poor, en 2004.

Issa a accusé le marchand d’avoir triché dans la livraison, à son ranch, de céréales, pour une valeur d’environ 5000 dollars américains et il l’a alors agressé la nuit dans un endoit éloigné.

ABC News a montré une première mouture télévisée de la cassette (qui peut être vue ici). En accompagnement de l’histoire de l’enregistrement « La cassette de la torture implique un membre de la famille royale de l’Emirat », résume les horribles détails.

Le cheikh commence par bourrer de sable la bouche de l’homme, tandis que que les agents de police maîtrisent la victime. Puis il tire des balles d’un fusil automatique tout autour de lui alors que l’homme hurle de façon incompréhensible.

A un autre endroit de la cassette, le cheikh peut être vu en train de dire au cameraman de se rapprocher : « Rapprochez-vous, rapprochez-vous, rapprochez-vous. Montrez bien sa souffrance », dit le cheikh.

Tout au long de la cassette, le cheikh Issa agit d’une manière de plus en plus sadique. Il utilise un fil électrique utilisé pour les bovins, contre les testicules de l’homme et l’insère dans son anus. A un autre moment, comme l’homme hurle de douleur, le cheikh verse de l’huile à briquet sur les testicules et les embrase. Puis la bande montre le cheikh regardant une par une quelques planches de bois « Je me souviens qu’il y en avait une qui avait un clou » dit-il sur la cassette.

Le cheikh baisse alors le pantalon de la victime et la frappe avec la planche et son clou qui dépasse.

A un moment il met le clou près des fesses de l’homme et lui lacère la chair. « Où est le sel » demande le cheikh et il verse le contenu d’un grand récipient de sel sur les plaies saignantes de l’homme. La victime implore en vain la clémence. La scène finale sur la cassette montre le cheikh en train d’étendre la victime sur le sable du désert et roulant sur lui en voiture à maintes reprises. Un bruit d’os brisés peut être entendu sur la cassette.

Shah Poor a survécu à cette agression. Nabulsi explique les efforts désespérés de Shah Poor pour survivre, à l’hôpital où il a passé des mois pour se remettre des blessures internes.

Nabulsi raconte que Issa a fait des cassettes de ceci et d’autres séances de torture pour pouvoir ensuite se délecter de son sadisme et il écrit qu’il « a conservé toutes les affaires importantes et les objets personnels de Cheikh Issa, « y compris la video de Shah Poor ». En avril 2005, Nabulsi explique, que pour avoir critiqué la torture de Issa, le partenariat d’affaires entre les deux hommes qui se sont disputés, a cessé. Nabulsi a caché la cassette pour qu’elle serve comme preuve de la dépravation de Issa et, à son tour, Issa a envoyé la police d’Abu Dhabi pour la récupérer. Quand Nabulsi a fait de l’obstruction pour gagner du temps, on l’a arrêté sur la base d’accusations, forgées de toutes pièces, de possession de marijuana, et on l’a détenu dans la prison de al-Wathba pendant trois mois.

Nabulsi dit qu’il a été soumis à de nombreuses agressions au cours de son incarcération. Selon son avocat de Houston, Tony Buzbee, les agents de police ont introduit un doigt dans son anus, en disant : « Ceci est de la part de cheikh Issa. Allez-vous nous donner les cassettes ? » Buzbee soutient que les gardiens « l’empêchaient de dormir, le privaient de ses médicaments, lui disaient qu’ils allaient violer sa femme, tuer son enfant. Ils l’ont fait poser tout nu tandis qu’ils prenaient des photos.

A ce qu’on dit, Issa lui-même participait aux séances de torture. Un tribunal a finalement acquitté Nabulsi et il a réussi à s’enfuir d’Abu Dhabi.

Presque aussi révélatrice que la bande elle-même a été la réponse faite à cela, venant des gouvernements d’Abu Dhabi et des Etats-Unis. Dans une déclaration officielle le premier a considéré comme réglée la question entre Issa et Shah Poor, du fait que les deux avaient convenu de ne pas porter des accusations officielles l’un contre l’autre, c’est-à-dire le vol, d’une part, et l’agression, d’autre part.

Provoqué par ABC News, le ministère de l’intérieur d’Abu Dhabi a reconnu le rôle de Issa sur la bande, mais a affirmé que « les incidents décrits dans la cassette vidéo ne se présentaient pas comme un modèle de comportement ». Après examen, « toutes les règles, les méthodes de procédure avaient été correctement suivies par le Département de la police ».

Pour le cas de Nabulsi, le ministère de l’intérieur « a également confirmé que Mr Nabulsi n’avait été en aucune manière maltraité pendant son incarcération pour possession de drogue. »

Peut-être est-il utile de mentionner que le Ministre de l’intérieur d’Abu Dhabi est l’un des frères de Issa ?

Quant aux fonctionnaires de l’ambassade américaine de Abu Dhabi, Nabulsi donne des informations qui diffèrent. Certains connaissaient les bandes de torture mais ils n’ont pas protesté contre les actions de Issa. En particulier, Bill Wallrap du département de Sécurité intérieure a vu une partie de la bande avant l’arrestation de Nabulsi. Nabulsi cite sa réponse qui lui conseille ceci : « rassemblez votre famille et sortez du pays le plus tôt possible pour votre propre sécurité ». D’autres employés de l’ambassade des Etats-Unis l’ont aidé et Nabulsi dit que leurs visites ont eu un rôle déterminant dans le fait qu’il soit resté en vie et ait pu fuir le pays. Hillary Clinton, du Département d’Etat, est restée ostensiblement silencieuse sur la question. Révélateur, après avoir visionné 10 minutes du film, un diplomate américain Blood Lesly a commenté: « c’était intéressant ».

Toutefois, le double choc de ABC News diffusant la cassette sur la torture, et du représentant James MC Govern (Démocrate du Massachusetts), président de la Commission des Droits de l’Homme de la Chambre, a eu des conséquences. Cinq ans après que l’incident a eu lieu, les autorités d’Abu Dhabi ont finalement arrêté Issa, avec d’autres participants à la séance de torture, et une enquête criminelle sur la torture a été annoncée.

Ce qui est le plus malencontreux pour les Emirats Arabes Unis, c’est que la cassette est apparue juste au moment où le gouvernement des Etats-Unis envisageait un accord de coopération nucléaire avec eux, et cela compromet le passage de la loi. Le représentant Ed Markey (Démocrate du Massachusetts) a exprimé l’avis de beaucoup en disant : « Un pays où les lois peuvent être bafouées par les riches et les puissants n’est pas un pays qui peut protéger les technologies nucléaires sensibles des Etats-Unis ». Malgré lui le Département d’Etat a dû tenir compte de la cassette de torture ; le nucléaire a été retardé et il doit faire face à des perspectives congressistes incertaines.

Commentaires

(1) La rage effrénée de Issa portant sur 5000 dollars de prestation symbolise parfaitement la culture de la cruauté du Moyen-Orient. Ceux qui ont le pouvoir en font étalage et le brandissent.

(2) Qu’est-ce qui arriverait à quelqu’un accusé de vol pour une somme de 10.000 dollars ? Qu’est-ce qui pourrait arriver à Bernard Madoff à Abu Dhabi ?

(3) Issa et ses acolytes ont l’air d’être des habitués de la pratique de la torture et cela laisse à penser qu’ils l’ont pratiquée auparavant. En effet Nabulsi a dit qu’il avait plusieurs vidéos de ce genre en sa possession.

(4) Abu Dhabi a un gouvernement relativement doux. On frémit à l’idée de penser à quel divertissement [sadique] les grands personnages des Etats les plus durs du Moyen-Orient pourraient se livrer .

(5) Alors que le monde devient plus petit, comment l’Occident maintiendra-t-il une distance avec cet horrible aspect de la vie au Moyen-Orient?

Mise à jour du 22 mai 2009 : en dépit de la vidéo de torture, la nouvelle que les Etats-Unis et les Emirats auraient signé un pacte très important faisait la Une du New York Times aujourd’hui. Les 40 milliards de l’accord seront soumis au congrès où les opposants de l’accord ont, dit-on, peu de chances de trouver une majorité des deux tiers pour le rejeter, ne serait-ce que parce qu’il devrait créer plus de 10.000 emplois.

 

© FrontPageMagazine.com

 

Mis en ligne le 31 mai 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org