Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Non attribué

Brèves de l’UPJF n° 186 du 28 mai 2009
28/05/2009

 

Union des Patrons et des Professionnels Juifs de France

 

LES BREVES DE L’UPJF

N° 186 du 28 MAI 2009

 

Les activités de l’UPJF

 

*      Diner-Débat autour de Christine BOUTIN le 2 juin 2009

 

 

L’UPJF recevra Mme Christine BOUTIN, Ministre du Logement, le mardi 2 juin prochain à 20h00.

 

Le lieu sera communiqué ultérieurement.

 

Merci de réserver d’ores et déjà auprès de Yasmin par téléphone au 01.47.63.07.10 ou par mail à l’adresse suivante yasmin@upjf.org, car les places sont limitées (PAF 50€). 

 

*      Votez en faveur d’Israël sur CNN

L’UPJF appelle à voter pour soutenir Israël sur le site de CNN www.israel-vs-palestine.com/gz/

 

 L’UPJF sur les Ondes

 

Dimanche 31 mai Claude BAROUCH interviendra en direct  sur Radio J (94.8 FM).

 

FRANCE

*      Jean Tibéri se dit «choqué» par sa condamnation

Samuel Laurent (lefigaro.fr) avec AFP 28/05/2009

Le député-maire du Ve arrondissement de Paris a été reconnu coupable mercredi dans l’affaire des faux électeurs et condamné à dix mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité. Il a aussitôt fait appel.

Fin de partie pour Jean Tibéri ? Le député-maire du Ve arrondissement de Paris a été reconnu coupable mercredi douze ans après les faits dans l’affaire des faux électeurs. Le tribunal correctionnel l’a condamné à dix mois de prison avec sursis, 10.000 euros d’amende et trois ans d’inéligibilité. Cinq ans avaient été requis par le procureur. Jean Tibéri, qui s’est dit «choqué» par cette condamnation, a décidé de faire appel. Un appel suspensif qui lui permet pour l’heure de conserver ses mandats.

Invité jeudi matin sur RTL, l’ancien maire de la capitale a de nouveau contesté les faits qui lui sont reprochés. «Ma condamnation est consécutive à une interprétation intellectuelle» de la part de la cour, a-t-il assuré, affirmant qu’il n’y avait «aucune preuve» contre lui dans ce dossier.

Du sursis et une amende pour son épouse

Pour les juges, pourtant, Jean Tibéri a bien porté «atteinte à la sincérité d’un vote par manoeuvres frauduleuses entre 1994 et 1997». Selon les magistrats, l’ex-maire de Paris était «non seulement le principal bénéficiaire» de la fraude électorale organisée lors des municipales de 1995 et des législatives de 1997, mais y avait «contribué». Le système de fraude, révélé par le Canard Enchaîné, consistait à inscrire sur les listes électorales de l’arrondissement des électeurs qui n’y habitaient pas ou plus.

L’épouse de Jean Tibéri, Xavière, décrite comme «omniprésente» à la mairie, écope quant à elle de neuf mois de prison avec sursis et 5.000 euros d’amende. Troisème personnalité sanctionnée, l’ancienne première adjointe à la mairie du Ve, Anne-Marie Affret, la condamnée à neuf mois de prison avec sursis, 1.500 euros d’amende et deux ans d’inéligibilité.

Tibéri restera maire jusqu’à épuisement des recours

A l’annonce du verdict, les avocats de Jean Tibéri ont minimisé la condamnation de leur client. «Il est difficile de se livrer à un commentaire d’une décision que nous ne connaissons pas dans son intégralité, mais le tribunal a été dans l’incapacité de définir des faits précis pouvant être reprochés à Jean Tiberi», expliquait ainsi Me Thierry Herzog. Jean-Yves Leborgne, également avocat du député-maire ajoutait: «Nous constatons qu’aucun fait concret ne relie M. Tiberi aux faits constatés».

«La justice est passée à hauteur de la gravité de la fraude pour le couple de fraudeurs et de façon plus douce pour les lampistes», se félicitait au contraire Me William Bourdon, l’avocat de la Ville de Paris, partie civile à l’audience à qui les condamnés devront verser un euro de dommage et intérêt.

Réélu de justesse l’an dernier à la mairie du Ve, Jean Tibéri ne devra toutefois pas démissionner. Son inéligibilité n’est en effet effective qu’une fois tous les recours épuisés. Il faudra donc attendre les verdicts de la Cour d’appel et de la Cour de cassation

 

*    Dieudonné dépose un nouveau recours devant le Conseil d’Etat

NOUVELOBS.COM | 28.05.2009

La "liste anti-sioniste" menée par l’humoriste proteste contre la mention sur cinq listes concurrentes en Ile-de-France de personnalités politiques qui n’y sont pas candidates.

Dieudonné a déposé mardi 26 mai un nouveau recours devant le Conseil d’Etat contre la mention sur cinq listes concurrentes en Ile-de-France de personnalités politiques qui n’y sont pas candidates.
"Nous avons déposé ce jour un nouveau référé dit de mesure utile, afin d’obtenir la cassation de la décision de la commission de propagande de la préfecture, et partant, la non diffusion des bulletins non conformes au droit électoral, et susceptibles d’induire en erreur les électeurs", affirme un communiqué de la "liste anti-sioniste" intitulé "Conseil d’Etat : sioniste?"
"Sauf à accélérer le discrédit des institutions", il sera difficile au Conseil d’Etat de "ne pas répondre sur le fond et de ne pas prendre toute mesure utile à la sincérité du scrutin et au respect de l’Etat de droit".


Saisir la cour européenne des droits de l’homme

La liste controversée menace, "en cas de nouveau déni", de saisir la cour européenne des droits de l’homme.

La liste "anti-sioniste" avait déposé dimanche soir un premier recours contre la "commission de propagande" électorale de la préfecture de Paris. Elle contestait que cette commission ait accepté de valider cinq autres listes en acceptant des intitulés incluant des noms de personnalités non candidates dans la circonscription. Il s’agissait de José Bové pour la liste Europe Ecologie (Verts), François Bayrou pour le MoDem, Arlette Laguiller pour Lutte Ouvrière (LO), Philippe de Villiers pour Libertas et Jean-Marie Le Pen pour le Front National.

Requête "infondée"

Le Conseil d’Etat avait répondu lundi que la mention de ces personnalités "n’était pas, par elle-même, de nature à caractériser une atteinte grave et manifestement illégale (...) à la libre expression du suffrage". La requête, "manifestement infondée", avait été rejetée.
La liste Dieudonné se présente seulement en Ile-de-France. Elle fait campagne contre le sionisme et "tous les communautarismes". Dieudonné a été condamné par le passé pour ses propos sur la Shoah.

 

ISRAEL

 

On en parle peu…, on n’en parle pas.

Il est toujours prisonnier

 

 

*      Netanyahou annule son voyage à Paris

Par JPOST.FR  28.05.09

Le Premier ministre Binyamin Netanyahou a annulé sa rencontre avec le président français Nicolas Sarkozy prévue la semaine prochaine à Paris. La raison serait la position de la France sur le statut final de Jérusalem.

D’après des sources du bureau du Premier ministre, Netanyahou aimerait laisser passer un peu de temps entre sa récente rencontre très médiatisée avec le président américain Barack Obama et ses prochains entretiens avec les dirigeants européens.

Une autre source a révélé que Netanyahou aurait retardé sa visite en Europe, estimant que les préparations nécessaires à son voyage n’étaient pas suffisantes.

Or, une déclaration du ministère français des Affaires étrangères a fourni une raison alternative à cette annulation.

"La déclaration du Premier ministre israélien laisse entrevoir le statut final" de la ville, a fait savoir le porte-parole du ministère Frédéric Desagneaux, se référant au discours de Netanyahou à Yom Yeroushalayim. Il avait alors clamé que Jérusalem ne "sera jamais plus divisée". "Jérusalem nous a toujours appartenu et nous appartiendra toujours. Elle ne sera plus jamais divisée", a-t-il affirmé à la commémoration de la réunification de la ville durant la guerre des Six Jours il y a 42 ans.

"Ce n’est que sous la souveraineté israélienne qu’une Jérusalem unifiée assurera la liberté de religion et l’accès des trois religions aux lieux saints", a ajouté Netanyahou.

"Aux yeux de la France, Jérusalem doit devenir une capitale pour deux Etats", a précisé Desagneaux, répétant les propos prononcés par Sarkozy l’an passé. "Les activités qui consistent à détruire les maisons palestiniennes et à expulser des citoyens encouragent la violence. Elles sont inacceptables et s’opposent à la loi internationale", a ajouté Desagneaux.

 

*      Hariri : Nasrallah accuse Israël d’être derrière l’article du "Spiegel"

LEMONDE.FR avec AFP | 25.05.09

le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a qualifié lundi 26 mai de "très, très, très dangereux"

l’article de l’hebdomadaire allemand Der Spiegel impliquant son mouvement dans l’assassinat de

l’ancien premier ministre Rafic Hariri, et y a vu la main d’Israël.

"L’article de Der Spiegel est très, très, très dangereux. Il ne s’agit pas d’une simple information de presse que nous n’allons pas commenter", a déclaré le chef du mouvement chiite libanais devant des milliers de partisans rassemblés dans la banlieue sud de Beyrouth à l’occasion du 9 anniversaire du retrait israélien du sud du Liban après vingt-deux ans d’occupation.

Selon Der Spiegel, la commission d’enquête internationale chargée de faire la lumière sur l’assassinat de l’ancien premier ministre libanais Rafic Hariri en 2005 s’orienterait désormais vers

une piste menant au Hezbollah. "Israël a d’ores et déjà accusé (le Hezbollah) et prévenu que si la communauté internationale n’agissait pas contre le Hezbollah, c’est lui qui se chargerait de punir le Hezbollah et son chef", a affirmé M. Nasrallah. Le chef de la diplomatie israélienne, Avigdor Lieberman, a appelé dimanche la communauté internationale à lancer un mandat d’arrêt

international contre le chef du Hezbollah après la publication de l’article.

Rafic Hariri, premier ministre sous la tutelle syrienne devenu opposant à l’hégémonie de Damas

au Liban, avait été tué avec 22 autres personnes

dans un attentat à Beyrouth le 14 février 2005.

 

*      Rapport accablant d’Amnesty International  Par JONNY PAUL, À LONDRES  28.05.09 jpost.fr

Dans son rapport annuel de 2009, Amnesty International estime que l’échec du cessez-le-feu avec le Hamas relève de la seule responsabilité d’Israël. L’organisation humanitaire basée à Londres accuse Israël d’avoir rompu la trêve de six mois, le 4 novembre 2008, en "tuant six militants palestiniens". Le rapport ignore, en contrepartie, toutes les violations effectuées par le Hamas.

"Tous les préparatifs à peine dissimulés du Hamas visant à reprendre les attaques pendant le cessez-le-feu de six mois ont été entièrement ignorés", indique un organisme de surveillance des ONG, NGO Monitor, à Jérusalem.

Amnesty ajoute, par ailleurs, que le gouvernement israélien maintient "un blocus serré" sur la bande de Gaza. Cela dans le cadre d’une punition collective en réponse "à la détention" de Guilad Shalit.

Bien que le rapport confirme l’incapacité même de la Croix Rouge d’accéder au jeune soldat, NGO Monitor estime que les informations communiquées par Amnesty International sur le sujet israélo-palestinien "manquent clairement d’objectivité et de crédibilité".

Intitulé "l’état des droits de l’Homme dans le monde", le rapport indique également que les tunnels de contrebande, creusés sous la bande de Gaza, sont uniquement destinés à l’importation de nourriture et de carburants. Aucune information n’est donnée sur le trafic d’armes.

"L’organisation humanitaire la plus éminente du monde continue d’abuser de sa position pour rejoindre la campagne idéologique visant à condamner Israël, promouvoir la position palestinienne et dissimuler le véritable contexte de terreur et d’agression perpétuelle par le Hamas", a déclaré le professeur Gérald Steinberg, directeur de NGO Monitor.

 

 Plus de 15000 personnes se sont converties en Israël au cours de la dernière décennie. (Guysen.International.News / 2009-05-28 11:58:00 ISRAEL)

Plus de 15000 personnes se sont converties en Israël au cours de la dernière décennie. A l’approche des fêtes de Chavouot où Ruth la Moabite est à l’honneur, le ministère de l’Intégration a publié les chiffres du Bureau des conversions.

La grande majorité de ces personnes sont des immigrants d’Europe de l’Est.

 

*      Clinton: Obama veut un gel de la colonisation israélienne sans "exceptions"    Leparisien.fr 27.05.2009

Le président américain Barack Obama réclame un gel de la colonisation israélienne dans les territoires occupés sans "exceptions", a déclaré mercredi sa secrétaire d’Etat Hillary Clinton, qui devait rencontrer dans la soirée le dirigeant palestinien Mahmoud Abbas.

"Il veut la fin de la colonisation: pas de colonies, pas de postes avancés, pas d’exceptions liées à la croissance naturelle", a déclaré Mme Clinton à la presse, précisant que M. OBAMA avait tenu ces propos au Premier ministre israélien de droite, Benjamin Netanyahu, en visite il y a dix jours à Washington.

 

MONDE

 

*      Le monde arabe partagé sur Obama  Par BRENDA GAZZAR  25.05.09

Un peu plus de la moitié des Arabes de six pays se disent "plutôt optimistes" ou "très optimistes" concernant la politique moyen-orientale de l’administration du président américain Barack Obama, d’après un nouveau sondage.

28 % ne sont ni optimistes, ni découragés ; 14 % sont plutôt découragés ou très découragés.

Le sondage annuel 2009 de l’opinion publique arabe révèle aussi que 77 % des personnes interrogées ont une attitude "très défavorable" ou "plutôt défavorable" envers les Etats-Unis, contre 83 % l’an passé.

L’étude montre également que la plupart des interrogés considèrent Israël et les Etats-Unis comme la plus grande menace à laquelle ils doivent faire face.

Les résultats de cette enquête, conduite par l’Université du Maryland avec Zogby Internationale, ont été publiés en amont du discours qu’Obama adressera au monde arabe au Caire le 4 juin prochain.

4 090 personnes d’Egypte, du Liban, du Maroc, d’Arabie Saoudite et des Emirats arabes unis ont participé à ce sondage entre avril et mai 2009.

Si certaines constantes demeurent par rapport aux années précédentes comme Israël et les Etats-Unis considérés comme les ennemis principaux, un espoir émerge avec l’élection d’Obama, explique Abdel Monem Said Aly, directeur du centre al-Ahram pour les études politiques et stratégiques (basé au Caire).

Obama est très attendu sur la question du conflit israélo-arabe, l’arrêt des implantations israéliennes, le démantèlement des avant-postes illégaux et la question irakienne.

Le sondage, dont la marge d’erreur est évaluée à 1,6 %, montre également que 45 % des personnes interrogées ont une opinion très positive ou assez positive d’Obama lui-même, contre 24 % qui en ont une opinion plutôt négative ou très négative.

Cette étude, prévient Aly, ne reflète pas l’opinion du monde arabe dans son intégralité

 

*      6 personnes suspectées d’espionnage pour Israël arrêtées au Liban

(Guysen.International.News / 2009-05-28 12:30:00 ISRAEL

Liban : Les forces de sécurité ont arrêté 6 autres personnes, suspectées d’espionnage pour Israël. Deux d’entre eux dont accusés de travailler directement avec le Mossad et deux autres sont les enfants d’un espion présumé qui a pris la fuite.

 

*      "Entrée interdite aux juifs mais pas aux chiens"

http://www.desinfos.com/spip.php?page=article&id_article=14075

 

Un tribunal turc a condamné à cinq mois de prison ferme un citoyen qui avait accroché à la porte de son bureau un panneau indiquant : "L’entrée est interdite aux juifs et aux arméniens. Pour les chiens, l’entrée est libre", lors de l’opération "plomb durci" qui avait provoqué une importante vague d’antisémitisme en Turquie.

 

*      La Chine a du mal à contrôler son allié nord-coréen LE MONDE | 28.05.09

 

La Chine avait déjà sévèrement critiqué la Corée du Nord lors du premier test nucléaire auquel celle-ci avait procédé, en octobre 2006, reprochant à son allié de ne pas respecter ses engagements sur la dénucléarisation de la péninsule coréenne. Aujourd’hui, alors que Pyongyang menace la Corée du Sud d’une attaque militaire, deux jours après un nouvel essai nucléaire, Pékin réitère son opposition. Mais les termes utilisés, qui sont encore plus vifs, témoignent du désarroi de la Chine, qui apparaît incapable de contrôler un voisin dépendant pourtant d’elle sur les plans énergétiques et alimentaires. A Pékin, la dernière provocation du régime de Kim Jong-il est perçue comme un camouflet.

La déclaration chinoise. "Ignorant les objections partagées en commun par la communauté internationale, la République démocratique populaire de Corée a de nouveau testé un engin nucléaire", a regreté, lundi 25 mai, le ministère chinois des affaires étrangères dans un communiqué, exprimant l’"opposition résolue" du gouvernement : "La Chine demande fermement à la Corée du Nord de tenir ses promesses de dénucléarisation et de cesser toutes actions qui pourraient encore un peu plus envenimer la situation."

La hantise d’un écroulement du régime nord-coréen. Solide allié du "Royaume ermite" du temps de la guerre de Corée (1950-1953), Pékin se retrouve aujourd’hui face à un dilemme : la Chine doit apparaître, en tant qu’acteur diplomatique de premier plan, comme une puissance capable d’empêcher les dérives nord-coréennes. Mais la diplomatie chinoise est hantée par le scénario catastrophe d’un écroulement du régime de Pyongyang qui provoquerait un afflux de centaines de milliers de Nord-coréens en Chine. On sait déjà qu’environ 250 000 Coréens du nord, réfugiés en Chine, font des allers et retours entre les deux pays.

La crainte d’une réunification. Autre raison qui ne permet pas à Pékin de disposer d’une marge de manœuvre plus confortable à l’égard de la Corée du Nord : la perspective d’une réunification coréenne qui rapprocherait la Chine d’une Corée du Sud où sont stationnés 28 500 soldats américains. Si la situation se dégradait chez le voisin et que Pékin décide d’intervenir militairement, comment gérer cette intervention avec les militaires américains et sud-coréens ?

Reconsidérer les relations avec le "voisin à problèmes" ? Ces préoccupations n’empêchent cependant pas les analystes chinois - et donc les responsables gouvernementaux - de s’inquiéter de manière croissante du caractère imprévisible et belliqueux du régime nord-coréen.

Le quotidien Global Times, qui se consacre aux relations internationales et publie désormais une édition en anglais, vient de remarquer qu’il "est plus que temps pour la Chine de reconsidérer sa politique vis-à-vis de la Corée du Nord". Dans un article où abondent les citations de spécialistes chinois de politique étrangère, Sun Zhe, le directeur du département des relations sino-américaines de l’université de Tsinghua, à Pékin, traite la Corée du Nord de "voisin à problèmes". Pour lui, Pékin ne joue d’ailleurs en la matière rien d’autre qu’un "rôle de pacificateur", car "l’essentiel du problème concerne avant tout la relation entre les Etats-Unis et la Corée du nord ". Autrement dit, parce que les provocations nord-coréennes sont largement dirigées vers Washington à des fins de marchandage diplomatique, c’est aux Américains de régler la question.

Bruno Philip

 

 

L’upjf a lu : David Mascré Des barbares dans la cité

 

Le 13 février 2006, le corps d’un jeune homme est retrouvé sans vie, en gare de Sainte- Geneviève-des-Bois. Brûlé à 80%, couvert d’hématomes, portant une trace de plaie à la joue et deux plaies à l’arme blanche sous la gorge, ce corps est celui d’Ilan Halimi. Enlevé trois semaines plus tôt, le jeune homme a été séquestré, battu et torturé par une bande de jeunes au nom prémonitoire : le gang des Barbares. Dans un contexte politique troublé, marqué par la montée en puissance de fortes tensions communautaires, l’annonce du décès d’Ilan soulève très vite une vague d’indignation générale. Le 26 février 2008, près de 200 000 personnes défilent dans la rue, en mémoire d’Ilan.

 

 

 

Signe des temps, le meurtre d’Ilan est aussi le symbole d’une France qui vacille, perd ses repères et se délite peu à peu ; d’une France qui, à force de renoncements, de lâchetés et de consentements à des idéologies mensongères et mortifères, laisse se développer en son sein des comportements de plus en plus violents, de plus en plus cruels et de plus en plus inhumains. Au terme d’une enquête fouillée et d’une analyse minutieuse, l’auteur sonde ici les causes proches et lointaines qui ont conduit hier et conduiront demain à la production réitérée d’une telle barbarie. Avec cette conclusion sans appel : autrefois, les barbares étaient à l’extérieur des sociétés civilisées. Désormais, c’est de l’intérieur même de ces sociétés qu’ils opèrent, prospèrent et se déploient. Ils le feront demain d’autant plus que nos sociétés décadentes ont elles-même mis en place les outils technologiques, les instruments médiatiques, les règles politiques et les choix économiques qui rendent inévitable la production de cette barbarie. Sans doute est-il encore possible de réagir ! Mais pour combien de temps ? En attendant d’autres drames et d’autres Ilan : bienvenue en Barbarie !

 

  David Mascré est Docteur en mathématiques et Docteur en philosophie et en histoire des sciences. Chargé de cours en mathématiques à l’université Paris V et professeur de géopolitique à l’école des Hautes études internationales (HEI) et à l’école des Hautes études commerciales (HEC), il collabore à de nombreuses revues et participe aux travaux de plusieurs fondations. Spécialiste de géostratégie et d’analyse prospective, titulaire d’un troisième cycle en analyse des menaces criminelles contemporaines, il s’intéresse de près aux nouvelles menaces et aux nouvelles formes de violence et de criminalité qui traversent et structurent le monde contemporain.

 

Bulletin d’adhésion à l’UPJF

 

© upjf.org

 

Mis en ligne le 28 mai 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org