Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)
Israël (diabolisation d')

Israël, paria des nations : une preuve supplémentaire s’il en était besoin
10/06/2009

09/06/09

Un internaute vigilant me communique ce bref extrait de l’interview récente [1] d’une "personnalité scientifique et politique espagnole", aussi « indiscutable » que Federico Mayor Zaragoza [2]. Pensez donc : ancien directeur général de l’Unesco et président de la Fondation pour la culture de la paix !  Inutile de préciser que cet homme a une aversion viscérale pour l’Etat d’Israël. Toujours pour le même sacro-saint motif (ou prétexte) de la défense des victimes. Et chacun sait qu’au Moyen-Orient, victimes = Palestiniens ! (Menahem Macina).
 
L’interview figure sur le site de Saphir News (8 juin), un site à vocation indéniablement islamophile [3].

Question de Saphir News
 
À l’Unesco, les mentalités ne semblent toutefois pas encore prêtes à évoluer, à en croire l’actuelle polémique autour de la candidature du ministre égyptien de la Culture, Farouk Hosni, au poste de directeur général de l’Unesco [4]...
 
Federico Mayor Zaragoza :
 
« Je ne suis pas d’accord avec ces critiques, qui proviennent d’ailleurs de représentants israéliens. J’aimerais savoir quels droits ils s’arrogent pour émettre de tels propos [5]. Vous ne pouvez pas critiquer après avoir tué des centaines d’enfants. Vous ne pouvez pas critiquer après Gaza. »…
…………………………
 
© Saphir News
 
--------------------------
 

Notes de Menahem Macina

[1] Interview : "Federico Mayor : « Ce qui compte, c’est de partager les valeurs universelles de liberté et de droit »".
[2] Notice biographique (reprise du site Saphir News : Federico Mayor Zaragoza (né en 1934, à Barcelone) est une personnalité scientifique et politique espagnole.
• 1974 : il co-fonde le Haut Conseil pour la recherche scientifique, à Madrid.
• Décembre 1981 - décembre 1982 : ministre de l’Éducation, en Espagne.
• 1987-1999 : directeur général de l’Unesco. Sous son égide, l’Unesco a créé le programme « Culture de paix », qui vise à promouvoir l’éducation à la paix, la démocratie et les droits de l’homme, la lutte contre la pauvreté, le dialogue interculturel et la prévention des conflits dans le monde.
• 10 novembre 1998 : il soutient la proclamation, par l’Assemblée générale des Nations unies, des années 2001-2010 « Décennie internationale pour la promotion d’une culture de la non-violence et de la paix au profit des enfants du monde ».
• Mars 2000 : Federico Mayor poursuit ses engagements pris durant ses deux mandats à l’Unesco, en créant la Fondation pour la culture de la paix.
Poète, écrivain, Federico Mayor est aussi l’auteur de nombreux essais tels que Science and Power (1995) et Unesco : un idéal en action (1996).
[3] L’Islam et les musulmans appartiennent désormais à la réalité de l’Europe…  Pourtant, mis à part les stéréotypes, les amalgames, et quelques fantasmes qui construisent la représentation de cette religion ainsi que le discours en occident, que savons-nous d’eux ? Quelles sont leurs aspirations, leurs façons de voir le monde ? Quelles réponses apportent-ils aux grandes questions de notre temps ? Le constat est sévère. On ne connaît pas grand-chose. Pour répondre à ce besoin de compréhension, SaphirNews.com propose une information thématique centrée sur les musulmans et leurs préoccupations. Les journalistes vont à la rencontre des individus, des associations, des mosquées pour comprendre les réalités et les enjeux de la communauté musulmane…. (Page «Qui sommes nous», de Saphir News).
[4] Voir : "Unesco : la honte d’un naufrage annoncé. Appel de B-H Lévy, Cl. Lanzmann, Elie Wiesel" ; Bernard-Henri Lévy, "Laissera-t-on l’Unesco à un homme qui, lorsqu’il entend le mot culture...?".
[5] En bon français, cela se dirait : « J’aimerais savoir sur quelle base ils s’arrogent le droit d’émettre de tels propos ».

 
 [L’interview m’a été aimablement signalée par Vivisrael.]
 
Mis en ligne le 9 juin 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org