Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Iran

Mais ou donc sont-ils tous passés? Elie Kling
29/06/2009

« Arrêtez-moi si je dis des bêtises… » C’est par ces mots que l’auteur termine sa philippique mordante et bien envoyée. Ce n’est pas moi qui l’arrêterai en si bon chemin ! A lire et faire lire sans modération. (Menahem Macina).

29/06/09

 

Il aura donc fallu attendre que la répression islamo-fasciste vienne à bout des derniers manifestants pour que Barak Obama, ci-devant chef du monde libre et donc représentant de ses valeurs, se fende d’un encouragement, aussi discret que tardif, en direction de l’opposition iranienne: « Les manifestants doivent savoir qu’ils ne sont pas seuls », a-t-il osé dire, élevant ainsi le cynisme politique vers des sommets rarement atteints.

Il est vrai que le champion des beaux discours, le roi de la formule qui fait mouche, a fait preuve, dans cette affaire, d’un surprenant mutisme. Mais il faut le comprendre. Voilà des mois que la nouvelle administration américaine s’évertue a prôner le dialogue avec les fous d’Allah comme unique moyen de régler les questions en suspens, y compris le danger nucléaire ; et voilà que ces naïfs d’Iraniens se mettent à parcourir les rues de Téhéran en hurlant leur soif de liberté et de justice, et en réclamant le respect des Droits de l’Homme. Et le dialogue, dans tout ça, vous en faites quoi, du dialogue ?! Non seulement les manifestants iraniens ont été perçus, à Washington, comme des empêcheurs de dialoguer en rond, mais, de plus, en s’obstinant à réclamer l’abolition de la loi islamiste dans leur pays, ils ont fait passer Ahmadinedjad pour un dictateur fanatique.

Pourquoi ne pas inclure l’Iran islamiste dans l’Axe du Mal, pendant qu’on y est ? C’était bien la peine de renvoyer les néo-conservateurs dans leur Texas natal et de caresser, au Caire, les islamistes dans le sens du voile, pour en arriver là! Mais, heureusement, tout est en train de rentrer dans l’ordre. « Les manifestants iraniens avaient besoin, pour réussir, de sentir un vigoureux soutien international. Au lieu de cela, ils n’ont entendu que des bégaiements honteux de la part des responsables occidentaux ! », a dit, il y a quelques jours, un haut fonctionnaire, spécialiste des questions iraniennes. Et dire qu’il aurait suffi qu’Obama montrât, dans cette affaire, le quart de la résolution dont il fait preuve pour stigmatiser l’ajout d’une caravane juive dans [l’implantation israélienne de] Avney Heffets, pour que les choses prennent un autre tour !

L’Union Européenne ne s’est pas montrée plus courageuse. A l’exception notoire d’une Angela Merkel qui sauva l’honneur du Vieux Continent par ses déclarations de soutien sans ambiguïté a la jeunesse iranienne (modérons, malgré tout, notre enthousiasme : ces déclarations ne furent pas suivies de sanctions économiques. L’Allemagne reste le pays d’Europe le plus engagé dans le développement des infrastructures en Iran).

Mais, à l’heure des comptes et du bilan, le plus surprenant, ce ne seront pas le silence gêné, ni les précautions oratoires des protestations occidentales émises du bout des lèvres, en faveur des courageux combattants de la liberté en Iran. Apres tout, que peut-on raisonnablement attendre de chefs d’Etats, coincés entre les intérêts de leur realpolitik et les impératifs des valeurs auxquelles ils sont censés croire ? Le plus étonnant restera le silence assourdissant de tous les spécialistes de la lutte pour les grandes causes, de tous ceux qui se réveillent dès qu’un soldat israélien se lance à Hébron ou à Gaza dans la lutte antiterroriste.

Où sont-ils donc tous passés, ces manifestants qui, de Bruxelles à Madrid et de Paris à Stockholm, défilèrent tous les jours pour réclamer le boycott d’Israël, pour accuser le sionisme de tous les maux de la terre, pour crier leur solidarité avec la soif de liberté du peuple palestinien martyrisé, pendant que Tsahal tentait de redonner aux habitants de Sderot et d’Ashkelon le droit de ne pas vivre terrés dans des abris ? Les éminents professeurs de fac britanniques qui exigèrent de boycotter les facs israéliennes, ne sont-ils pas connectés à Internet ? Ne regardent-ils pas les images diffusées par Youtube ? Ne savent-ils pas que des policiers iraniens en moto, armés de couteaux, égorgent les manifestants ?

Neda Soltani a été tuée dans les bras de son père. Tout le monde a vu son visage ensanglanté. Nul besoin, ici, d’une mise en scène à la Enderlin, comme dans l’affaire de Netsarim. Où sont-ils donc passés tous ceux qui avaient, à l’époque, relayé l’image pour la passer en boucle dans toutes les télévisions du monde ? Par quel miracle le portrait de Neda n’est-il porté dans les rues des capitales européennes que par des Iraniens en exil, alors que celui du petit Mohammed [al-Dura] était devenu le symbole de l’horreur absolue, celle d’un enfant innocent assassiné par des soldats pour leur plaisir sadique ?

Ce que les événements d’Iran ont démontré, c’est d’abord qu’il existe des musulmans épris de liberté, et qu’ils sont des millions. Que ces musulmans-là refusent de laisser les Haminayi, Ahmadinedjad, ou Nasrallah parler en leur nom. Qu’ils veulent un autre islam, un islam à visage plus humain. Mais que nombreux sont, aujourd’hui, les Occidentaux qui leur préfèrent les Ayatollahs ! Sont bien gentils, ces Iraniens, semblent-ils dire, mais peut-on vraiment leur faire confiance ? S’ils arrivaient au pouvoir, les drapeaux américains et israéliens continueraient-ils à brûler dans les rues de Téhéran ? Pire, s’ils prenaient le pouvoir, est-on sûr qu’ils maintiendraient l’état de guerre avec l’entité sioniste?

Bref, il vaut mieux, en attendant, ne pas regarder YouTube et ne pas trop se connecter à Interrnet. De toutes façons, on peut faire confiance aux méthodes musclées des Ayatollahs : la révolte sera bientôt matée.

Gageons qu’à la prochaine opération israélienne, les ordinateurs [des professeurs] seront réparés et qu’ils retrouveront alors l’usage de la parole, de la condamnation ferme et de l’appel aux sanctions politiques et économiques.

Les droits de l’homme, finalement, c’est une affaire de géographie…

Arrêtez-moi si je dis des bêtises…


© Elie King

 

Mis en ligne le 29 juin 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org

-------------------------

Je ne puis résister au plaisir de renchérir sur l’article de Kling, en ajoutant ceci que j’ai mis en ligne récemment:

La Corée du Nord menace d’une guerre nucléaire ! - zzzzz...
Génocide soudanais au Darfour ! - zzzzz...
Crise au Pakistan ! La terreur islamiste s’étend ! - zzzzz...
Fous iraniens ! Parrains mexicains de la drogue ! Pirates somaliens ! - zzzzz...
 Massacre de Tamouls au Sri Lanka ! Répression chinoise ! Conflit Pérou-Bolivie ! - zzzzz...

Des Juifs construisent des maisons en Cisjordanie... - Pop !

QUOI ?!

© DryBonesBlog.com