Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Etats du monde
Etats-Unis

Obama dit aux Juifs où ils peuvent vivre, Joseph Farah
29/06/2009

Merci au Dr Eli E. Hertz, qui me signale cet article pugnace et convaincant [*]. (Menahem Macina).

[*] Voir son site Myths and Facts.com

 

28/06/09

 

WorldNetDaily, 29 mai 2009

Texte original anglais : "Obama tells Jews where they can live"


Traduction française : Menahem Macina pour upjf.org


Barack Obama est en train d’adopter ce que lui et son administration appellent « une approche plus équilibrée de la situation au Moyen-Orient »

Laissez-moi vous expliquer ce que cela signifie littéralement en termes concrets.

Cela veut dire que le gouvernement américain utilise maintenant son influence sur Israël pour signifier avec insistance aux Juifs - pas aux Israéliens, notez-le bien, mais aux Juifs - qu’il ne leur est plus permis d’habiter dans les territoires de Judée et Samarie, souvent désignés comme Cisjordanie.

Je vous laisse imaginer l’indignation, l’horreur, le cri, la clameur, les grincements de dents qui s’ensuivraient si l’on disait aux Arabes ou aux musulmans qu’ils ne peuvent plus vivre dans certaines parties d’Israël, sans parler de leur propre pays.

Bien entendu, cela ne se produira jamais avec cette « approche plus équilibrée de la situation au Moyen-Orient ».

Nous sommes revenus aux années 30. Cette fois, ce sont les voix des libéraux cultivés, Hillary Clinton et Barack Obama qui disent aux Juifs où ils peuvent vivre, comment ils peuvent vivre et jusqu’où ils doivent se courber s’ils veulent vivre, tout simplement.

Je sais que vous n’avez pas entendu dire cela de cette manière auparavant. Je ne comprends vraiment pas pourquoi. Il n’y a tout simplement pas d’autre manière exacte d’expliquer les intrigues sous-jacentes aux dernières exigences formulées à l’égard d’Israël par l’Occident et le reste du monde.

Israël est ramené aux "frontières d’Auschwitz" [*]. On a déjà dit aux Juifs qu’ils ne pouvaient continuer à vivre dans la bande de Gaza. Maintenant, on leur dit qu’ils ne peuvent plus choisir de vivre dans quelque zone que ce soit parmi celles qui ont été mises de côté par les élites internationales pour un futur Etat palestinien.

Je demande à nouveau : Pourquoi des internationalistes cherchent-ils à créer ce qui est, par définition, un Etat raciste, antijuif, qui ne tolère même pas la simple présence de Juifs ?

Quelqu’un peut-il répondre pour moi à cette question ?

Obama et Clinton [Hillary] – et donc, par définition, vous et moi, les contribuables des Etats-Unis – avons décidé que nous céderons aux exigences racistes, fanatiques et antisémites de l’Autorité palestinienne, stipulant qu’aucun Juif ne sera autorisé à vivre dans leur nouvel Etat.

J’aime à penser que dans toute autre partie du monde, ce type d’entreprise visant au nettoyage ethnique d’une région serait sévèrement condamné par tous les peuples civilisés. Pourtant, en raison du fait que la plupart des gens ne comprennent tout simplement pas le plan [pourtant] clair, officiel des dirigeants arabes, visant à chasser tous les Juifs du nouvel Etat palestinien, ces mesures de capitulation bénéficient d’un certain degré de sympathie et même de l’appui politique de beaucoup dans le monde.

Réfléchissez à ce que je vous dis : C’est la politique officielle de l’Autorité Palestinienne que tous les Juifs doivent ficher le camp du pays ! Pourquoi les Etats-Unis soutiennent-ils la création d’un nouvel Etat antisémite de haine ? Pourquoi le monde civilisé considère-t-il cela comme une recette de paix pour la région ? Pourquoi considère-t-on cela comme une idée acceptable ?

Y a-t-il un autre endroit au monde où ce type de politique officielle de racisme et de nettoyage ethnique soit tolérée, voire cautionnée ?

Pourquoi les règles sont-elles différentes au Moyen-Orient ? Pourquoi les règles sont-elles différentes pour les Arabes ? Pourquoi les règles sont-elles différentes pour les musulmans ?

Pourquoi les impôts américains servent-ils à soutenir l’entité raciste, antisémite, connue sous le nom d’Autorité Palestinienne ?

C’est ce que nous faisons quand nous interdisons la "construction dans les implantations", les réparations, la croissance naturelle, les additions à des communautés existantes.

Est-ce là un "équilibre" ?

  • Y a-t-il des mesures imposées aux Arabes et aux musulmans, suggérant qu’ils ne peuvent plus venir s’installer en Israël ? Non.
  • Y a-t-il des mesures imposées aux Arabes et aux musulmans, suggérant qu’ils ne peuvent acheter des maisons en Israël ? Non.
  • Y a-t-il des mesures imposées aux Arabes et aux musulmans, suggérant qu’ils ne peuvent réparer leurs maisons qui se trouvent en Israël ? Non.
  • Y a-t-il des mesures imposées aux Arabes et aux musulmans, suggérant qu’ils ne peuvent bâtir des implantations où ils veulent ? Non.

Maintenant, rappelez-vous, Il y a déjà un grand nombre d’Etats arabes et musulmans au Moyen-Orient. Beaucoup d’entre eux interdisent déjà aux Juifs d’y vivre. Certains l’interdisent également aux chrétiens. Mais aujourd’hui, le seul Etat juif au monde, qui peut se prévaloir de droits sur une terre, remontant à l’époque d’Abraham, d’Isaac et de Jacob s’entend dire que les Juifs doivent se tenir à l’écart de terres qui sont actuellement sous leur contrôle, mais qui sont destinées au transfert de gens qui les haïssent, les méprisent, veulent les voir morts et n’accepteront jamais de vivre en paix avec eux comme voisins.

Dans le même temps, Israël continue à tendre sa main naïvement amicale aux Arabes et aux musulmans – les accueillant dans sa minuscule nation entourée de voisins haineux. Des Arabes et des musulmans se voient offrir le droit à une entière citoyenneté – et occupent même des fonctions d’élus. Ils éditent des journaux et diffusent librement des programmes de radio et de télévision.

Mais, à l’inverse, des Juifs sont à deux doigts de l’expulsion de leur domicile, qu’ils occupent parfois depuis des générations. Ce qui s’est passé pour Gaza est sur le point de se rejouer.

J’espère que mes amis juifs s’en souviennent bien. Beaucoup d’entre eux ont voté pour Barack Obama. Beaucoup d’entre eux ont voté pour Hillary Clinton. Ils ne sont pas vos amis. C’est la même sorte de gens que ceux qui ont refusé l’accostage à des bateaux de réfugiés juifs d’Allemagne dans les années 1940. C’est la même sorte de gens qui se sont montrés conciliants avec Hitler à Munich. C’est la même sorte de gens qui ont rendu si difficile la recréation de l’Etat d’Israël.

Je déclare : Plus de nettoyage ethnique. Plus d’acceptation d’un antisémitisme officiel. Plus de dénigrement des Juifs. Et qu’on ne dise plus aux Juifs où ils peuvent vivre, comment ils peuvent et s’ils peuvent vivre.

 

Joseph Farah

 

© WorldNetDaily

 

-------------------------


Note du traducteur

 

[*] L’expression est d’Abba Eban, qui réagissait, en 1969, aux manœuvres des pays arabes au sein de l’ONU, visant à obtenir une décision contraignante du Conseil de Sécurité pour contraindre Israël à se retirer des territoires conquis (conformément aux lois de la guerre), lors du conflit-éclair de 1967. Le brillant diplomate israélien affirmait qu’un tel retrait serait un retour aux « frontières d’Auschwitz ». Voir également le cri poussé, en son temps, par Menahem Begin, devant Carter, pour la même raison : "Qui tient la Judée et la Samarie tient la veine jugulaire d’Israël".

 

-------------------------


Mis en ligne le 28 juin 2009, par
M. Macina, sur le site upjf.org