Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Politique
Politique française

Pourquoi il faut interdire la burqa en France, Ivan Rioufol
26/06/2009

26/06/09

Texte repris du Blogue de l’auteur sur le site du Figaro, 25 juin

 

La burqa s’est donc invitée au château. Ce voile intégral, porté par des musulmanes, y a été réprouvé, lundi à Versailles, par le chef de l’État. " (Elle) ne sera pas la bienvenue ", a-t-il dit, sous les applaudissements nourris du Congrès. Plus tôt, des parlementaires, menés par André Gerin (PC), avaient réclamé une commission d’enquête sur ce phénomène et sa possible interdiction. Mais cet accoutrement répulsif, qui enferme la femme, n’est qu’un symptôme. Il révèle, plus gravement, la poussée de l’islamisme en France.

C’est une mission d’information parlementaire qui a été chargée, en définitive, de cerner ce choix vestimentaire encore marginal. Il faut dire que le Conseil français du culte musulman avait fait savoir son opposition à une commission d’enquête, accusée de "stigmatiser l’islam et les musulmans de France": un argument spécieux, invitant à se taire. Or, la burqa comme le voile sont les signes d’une soumission et d’un rejet des règles de la République laïque (1). Doit-elle se résoudre à être défiée par ses hôtes ?

Quand Nicolas Sarkozy déplore: "Notre modèle d’intégration ne fonctionne plus", il se garde d’en fouiller les causes. Elles mériteraient, pourtant, la "remise à plat" promise quand le président parle de la crise économique, sociale, écologique. Car cette autre crise oubliée, multiculturelle, celle-là, est autrement plus déstabilisante. Aristote: "L’absence de communauté nationale est facteur de guerre civile, tant que les citoyens ne partagent pas les mêmes valeurs de civilisation" (2). La France laisse venir l’épreuve, en refusant de se confronter à ceux qui rejettent ses valeurs.

Les nombreux musulmans démocrates ne peuvent se sentir solidaires d’une idéologie qui cherche, à terme, à subvertir la nation. Sarkozy parle d’or quand il dit : " Dans la République, la religion musulmane doit être autant respectée que les autres religions". Pour autant, cela ne doit pas interdire d’enquêter, au-delà de la burqa, sur le fondamentalisme dans les cités. La nation peut se perdre à fermer les yeux sur des processus de néocolonisation, enclenchés dans des territoires déjà perdus. Cette évidence, le pouvoir devra bien l’aborder, autrement que par le petit bout de la lorgnette et en craignant de choquer.

Pourquoi faudrait-il craindre de contrarier les islamismes, qui se conduisent de plus en plus, en France, en territoire occupé et qui viennent de montrer leur vrai visage en Iran ? Les ménager encore serait faire reculer l’islam des Lumières, qui peine à consolider sa place. Notre "vieux pays", ainsi nommé par Sarkozy, aurait-il perdu le goût de se défendre ?


Ce que dit le peuple d’Iran

La France doit d’autant moins redouter d’interdire la burqa ou le niqab, et même de stigmatiser le voile comme fantasme sexuel imposé par des machistes, que l’islam radical, qui inspire ces marques d’asservissement, est en train de se faire désavouer par les Iraniens eux-mêmes. Ils ont forcé leur République islamiste, économiquement en ruines, à dévoiler son assise dictatoriale. Neda, belle étudiante tuée par balle, samedi, lors d’une manifestation à Téhéran, est devenue le symbole de cette oppression théocratique qui, au nom de ses interdits, truque les votes et tire sur les foules. Certes, on ne risque pas de voir défiler, à Paris, les islamo-gauchistes qui protestaient hier avec le Hamas contre le sort des Palestiniens. Ces indignés-là ne soutiennent que les tyrannies. Mais, en Iran, c’est un peuple aspirant à la démocratie qui ouvre la voie à une modernité sécularisée. Le régime des mollahs, qui commence à se fracturer de l’intérieur, a entamé sa chute.

L’histoire dira si ce tournant qui s’amorce en Iran aura été inspiré par la "contagion démocratique" qu’avait espérée George W. Bush au Moyen-Orient en libérant l’Irak de son dictateur, ou par la main tendue de Barack H. Obama à l’islam, lors de son récent discours du Caire. Les deux politiques ont sans doute concouru, par des chemins opposés, à ces effets qu’elles recherchaient. Il a été en tout cas rassurant d’entendre le président des États-Unis sortir de ses pesants silences, dénoncés ici la semaine dernière et qu’approuvait la moutonnière obamania. Mardi, Obama a "condamné fermement les actions violentes", en rendant hommage au "courage" des manifestants. Refuser de s’ingérer dans les affaires iraniennes, comme s’y astreint l’Occident, avec raison, ne peut interdire, par excès de prudence, les élémentaires signes de soutien en direction de ce peuple musulman qui dit vouloir être libre.


Court-termisme

Reste la question
 : Nicolas Sarkozy désire-t-il vraiment prendre à bras-le-corps les problèmes les plus graves, dont celui de la sauvegarde de la cohésion nationale ? La promotion de femmes de confession musulmane, républicaines et laïques, est restée timide dans le remaniement ministériel. La tentation existe de dissiper les Français par une "pipolisation" de la politique, illustrée par l’arrivée de Frédéric Mitterrand à la Culture. Quand le chef de l’État assure, lundi, parlant d’économie et de social : "Le modèle français a de nouveau ses chances", alors que le rapport de la Cour des comptes, publié le lendemain, met en alerte sur les déficits colossaux produits, notamment, par l’État-providence, se retrouve cette constante attirance pour le court-termisme, qui a toujours repoussé les décisions les plus drastiques. À quand l’électrochoc ?

 

Ivan Rioufol

 

© Le Figaro


------------------------------------ 


(1) Lire, à ce propos, Les dessous du voile, aux Editions Riposte laïque.

(2) J’emprunte cette citation à l’intéressante étude que David Mascré vient de consacrer au meurtre de Ilan Halimi, Des barbares dans la cité, Editions de l’Infini. Le texte d’Aristote, cité par l’auteur, dit plus longuement ceci : "L’absence de communauté nationale est facteur de guerre civile, tant que les citoyens ne partagent pas les mêmes valeurs de civilisation. Une cité ne se forme pas à partir de gens pris au hasard, et elle a besoin de temps pour se coaguler. C’est pourquoi, parmi ceux qui ont accepté des étrangers pour fonder une cité avec eux, et pour les intégrer à la cité, la plupart ont connu des guerres civiles. Par exemple, les tyrans de Syracuse, en ayant naturalisé les immigrés, ont dû subir des révoltes. Citoyens et étrangers en sont venus à se combattre".

------------------------------------ 


[Texte aimablement signalé par Giora Hod, Israël.]

 

Mis en ligne le 26 juin 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org