Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Christianisme

La Croix relaie une plainte d’un propagandiste du Hamas, empêché d’entrer dans la bande de Gaza
10/07/2009

Une attaque vicieuse de plus pour discréditer et diaboliser Israël. Vous vous rendez compte ? Ces brutes empêchent des chirurgiens européens de tenir une session de formation de chirurgie à l’intention de médecins palestiniens. Ils ne respectent rien et surtout pas les droits de l’homme. L’internaute qui nous informe de ce texte l’accompagne de la remarque suivante : « Honte à "La Croix" qui donne la parole, par interview, au biographe du frère du co-fondateur du Hamas, Al-Rantissi… et qu’on ne s’étonne pas que les Israéliens arrêtent ce type au point de passage d’Erez. » (Menahem Macina).

09/07/09


Sur le site du Journal La Croix, 7 juillet


Christophe Oberlin (1) : « Nous attendons que les Israéliens nous laissent traverser ».


Une équipe de chirurgiens français est empêchée, depuis dimanche 5 juin, d’entrer dans la bande de Gaza. Joint au téléphone, Christophe Oberlin, l’un des responsables de cette mission, raconte :

Quand devait débuter votre mission dans la bande de Gaza ?

Christophe Oberlin : Nous sommes partis de France samedi 4 juillet. On devait passer dimanche le check-point israélien d’Erez, qui permet d’entrer dans la bande de Gaza. Mais cela fait trois jours que nous sommes bloqués et que nous attendons que les Israéliens nous laissent traverser. Nous sommes neuf chirurgiens, français, anglais et espagnol, mandatés par le ministère français des affaires étrangères, dans le cadre de la mission humanitaire de formation de chirurgie et d’enseignement que l’on mène depuis 2002, à raison de trois à quatre missions par an à Gaza.

Quelles raisons invoquent les Israéliens pour vous empêcher de passer ?

Aucune. Arrivés à Erez, on a montré nos papiers, notre ordre de mission et on nous a dit que nous ne passerions pas. Au cours des 25 missions que j’ai effectuées, on a souvent eu des ennuis avec les Israéliens. Tantôt, ils laissaient passer cinq personnes de l’équipe, et pas les autres. Certains ont été bloqués cinq jours, d’autres définitivement. Une fois, l’un d’entre nous a été remis dans l’avion de manière arbitraire. Jamais l’équipe entière n’a été bloquée pendant toute la durée de la mission.

Que dit le ministère des affaires étrangères français ?

Toutes les vexations que nous connaissons aujourd’hui sont le quotidien des diplomates du consulat de France à Jérusalem. Le premier adjoint du consulat s’est fait refouler à Erez, avant-hier. Un véhicule du consulat de France a été fouillé récemment alors que c’est illégal. C’est l’ambassade de France qui maintenant se charge du dossier et son premier secrétaire appelle régulièrement l’armée, en vain pour l’instant.

Quel est le but de votre mission ?

Cette semaine, nous devions donner trente heures de cours à des chirurgiens palestiniens qui suivent sur deux ans une formation en microchirurgie et chirurgie réparatrice. Nous devions voir aussi en consultation chirurgicale 70 patients qui souffrent de séquelles de blessures de guerre, paralysie, chirurgie nerveuse, reconstruction cutanée. Par la même occasion, nous soignons aussi les enfants atteints de tumeur ou victimes d’accidents d’autres origines. Depuis le début de cette mission, on a opéré entre 700 et 800 patients, dont 45 % sont des enfants.

Combien de chirurgiens formez-vous à Gaza ?

C’est une formation en deux ans. Sept Palestiniens ont été diplômés dans la première promotion sortie il y a deux ans. Cette année, dans la deuxième promotion, en fin de première année, ils sont huit. On devait faire passer les examens pour le passage de première en deuxième année. Si les Israéliens ne nous laissent pas passer, la formation de ces chirurgiens palestiniens est fichue pour cette année.

À chaque mission, nous voyons quatre fois plus de patients que nous ne pouvons opérer. C’est pourquoi nous sommes passés à la formation car il y a un besoin aigu. Le premier de nos élèves formés, Mohamed Al Rantissi, fait 100 interventions chirurgicales par an, ce que nous faisons en un an avec quatre déplacements. Une personne sur place est aussi efficace que la totalité des missions. Avec les diplômés et ceux à venir, d’ici à cinq ans, on devrait couvrir les besoins de la population de Gaza dans ce type de chirurgie spécialisée. Ces formations évitent des évacuations sanitaires et permettent de créer des centres chirurgicaux localement.


Recueilli par Agnès Rotivel

 

© La Croix


(1) Auteur, avec Jacques-Marie Bourget, de Survivre à Gaza, un portrait de Mohammed Al-Rantissi, Éd. Koutoubia, 198 pages.



Mis en ligne le 9 juillet 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org