Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Mouvements d'idées, Groupes d'influence, etc.

L’ONG Human Rights Watch se rend en Arabie Saoudite, David Bernstein
15/07/2009

Enfin, vous direz-vous sans doute, ces chercheurs de poux imaginaires sur la tête d’Israël vont enfin s’occuper des vrais violateurs des droits de l’homme !... Erreur ! Lisez la suite. (Menahem Macina).

15/07/09

Sur le site du Wall Street Journal

 

Texte anglais original : "Human Rights Watch Goes to Saudi Arabia".


Traduction française : Menahem
Macina, pour upjf.org

Note aux responsables de sites et blogs: Cet article peut être librement reproduit, sous réserve de la mention - explicite et obligatoire - de son lien : http://www.upjf.org/ideologies/article-16799-110-1-long-human-rights-watch-rend-en-arabie-saoudite-david-bernstein.html


Une délégation de Human Rights Watch [HRW] s’est rendue récemment en Arabie Saoudite. A quelle fin ?  

  • Pour enquêter sur les mauvais traitements dont sont victimes les femmes du fait de la loi saoudienne ?
  • Pour faire campagne en faveur du droit des homosexuels, passibles de la peine de mort en Arabie Saoudite ?
  • Pour protester contre le manque de liberté religieuse dans le Royaume saoudien ?

Non, non, non, pas du tout. La délégation est venue demander des fonds à de riches Saoudiens, en mettant l’accent sur la diabolisation d’Israël pratiquée par HRW. Sarah Leah Whitson, porte-parole de HRW, a mis en exergue la lutte de l’ONG contre « les groupes de pression pro-Israël aux Etats-Unis, en Union Européenne et aux Nations Unies ».

(A-t-on exigé de Mme Whitson le port de la Burka, ou y a-t-il des exceptions en faveur des "militantes des ’droits de l’homme’" en visite dans le pays ? Conduire un véhicule étant, sans aucun doute, hors de question.)

Apparemment, Mme Whitson n’a pas eu le temps de critiquer le terrible palmarès de l’Arabie Saoudite en matière de droits de l’homme. Mais, n’ayez crainte, HRW « a récemment appelé le Royaume-Uni a faire davantage pour protéger les droits des domestiques ».

Il n’y a rien de répréhensible à ce qu’une organisation de défense des droits de l’homme s’inquiète des mauvais traitements subis par des domestiques. Mais ce l’est quand une telle organisation se rend dans l’un des pires pays du monde en matière de droits de l’homme, pour collecter des fonds afin de mener une guerre juridique contre Israël, alors que, durant ce voyage, elle ne souffle mot de la situation des droits de l’homme dans ce pays. En fait, il est virtuellement certain que tous les auditeurs de Mme Whitson ont des domestiques, ce qui lui fournissait une occasion de se prévaloir de l’action de HRW pour l’amélioration de leur statut [en Arabie Saoudite]. En fait, Whitson ne demandait pas des fonds pour les droits de l’homme, mais pour la propagande de HRW au détriment d’Israël.

Une personne qui affirme avoir travaillé pour HRW m’a écrit :

« Je peux vous dire que les gens qui, dans l’organisation, s’occupent de politique et d’enquêtes, ont peu, voire pas de contacts avec les gens pour collecter des fonds. »

Si c’est vrai, voilà apparemment une exception de plus faite par HRW concernant Israël : Mme Whitson, qui a fait la présentation à des donateurs saoudiens potentiels, est directrice de la Division Moyen-Orient et Afrique du Nord de HRW.

Et encore, comme le dit un commentaire de Nathan Wagner sur Opinio Juris :

« Il y a sûrement une différence morale entre collecter des fonds dans des nations libres, en faisant appel aux idéaux des droits de l’homme, et faire de même dans des nations qui pratiquent la répression, en faisant appel à la mise en exergue des pressions exercées contre leurs ennemis. [En outre], le premier genre de collecte de fonds ne met pas en péril la mission de l’organisation, mais la manière dont Bernstein met en exergue la collecte, le fait, elle, puisque tout appui sur de tels financements fera nécessairement taire la critique des gouvernements répressifs [auxquels appartiennent les donateurs]. »

Finalement, certains défendront HRW en soulignant que l’ONG a critiqué plutôt sévèrement,  dans le passé, les pratiques de l’Arabie Saoudite en matière de droits de l’homme. Ce que je veux établir par ce billet, ce n’est pas que HRW est pro-Arabie Saoudite, mais qu’elle est maladivement anti-Israël. La plus récente manifestation [de cette affection] est que des cadres ne voient rien d’inconvenant à ce qu’une collecte de fonds soit effectuée auprès de l’élite de l’une des nations les plus totalitaires de la terre, et qu’elle soit assortie d’un appel du pied sur le fait que l’argent est nécessaire pour combattre les « forces pro-israéliennes ». Et tout cela sans que soit perçu le besoin d’examiner quelques-unes des nombreuses violations des droits de l’homme commises par les Saoudiens, et sans la moindre inquiétude apparente concernant le fait que devenir dépendant de fonds émanant d’une dictature brutale, implique la vulnérabilité à une suppression ultérieure de ces fonds, si vous ne vous "conduisez pas bien".


David Bernstein *

 

© The Wall Street Journal

 

* M. Berstein est professeur de droit à l’Université George Mason. Il est l’auteur de "You Can’t Say That! The Growing Threat to Civil Liberties from Anti-Discrimination Laws"  [Vous ne pouvez pas dire ça ! La menace croissante que font courir aux libertés civiles les lois anti-discriminations]. Cet article est paru antérieurement sur le site Web Volokh Conspiracy.

 

Mis en ligne le 15 juillet 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org