Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Islam
Islam modéré ou progressiste

Ma prière pour le peuple juif, par le Sheikh Abdul Hadi Palazzi
08/08/2009

Le Sheikh Abdul Hadi Palazzi est directeur de l’Institut Culturel Italien de la Communauté musulmane, co-fondateur musulman et co-président de l’Amitié Israël-Islam, Root & Branches Ass. Ltd. Cet article impressionnant paru en 2007 a été repris récemment par le site Le Post [*], avec l’introduction suivante : « Prière écrite en Décembre 2007 avant les élections ayant porté Obama à la présidence des Etats Unis. Texte toujours très actuel, que je reproduis dans son intégralité ». La mis en couleurs de certains passages est le fait du traducteur. (Menahem Macina).

[*] Voir Le Post, du 1er juin 2009.

09/08/09

Israel National News (Arutz7)

Texte original anglais : "
My Prayer for the Jewish People", 19 décembre 2007


Traduit en français par Albert Soued, écrivain, sur son site Nuit d’Orient


En tant que Sheikh musulman, sioniste et ami du peuple juif,
je ne peux pas me taire. J’éprouve un besoin moral de déclarer que les nations du monde sont encore une fois en train de préparer de mauvais jours au peuple juif.

L’Administration Américaine qui se dit en faveur d’une prétendue guerre contre la terreur est prête à accepter une terreur islamique financée par l’Arabie Saoudite, ainsi qu’un diktat saoudien obligeant les juifs à se retirer de la Terre d’Israël. Sur ordre émanant de "ses amis américains", le peuple juif risque d’être ramené aux "frontières d’Auschwitz", selon l’expression d’Abba Eban (1).

Les peuples sont rarement satisfaits de leurs hommes politiques et, aujourd’hui, les Israéliens sont dans cette situation. La plupart d’entre eux se sentent trahis aussi bien par les politiciens de gauche - qui tentent de faire passer la capitulation devant Abou Mazen comme "un pas vers la paix" -, que par les politiciens nationalistes connus- qui déclarent s’opposer à la déportation des juifs hors de Judée-Samarie, mais qui ne lèvent pas le petit doigt pour l’empêcher.

Plus le temps passe, plus on constate que la direction morale du peuple juif est limitée à une minorité impuissante. Le cauchemar d’Oslo est récurrent et il est devenu plus sombre à Annapolis. C’est la raison pour laquelle on a créé récemment, à Jérusalem, un Nouveau Congrès Sioniste, une fédération d’organisations diverses, authentiquement sionistes, bénies par le nouveau Sanhédrin (2) et par les rabbins israéliens qui font le plus autorité. Ce Congrès a, de plus, le soutien de 30% du public laïc concerné. J’ai regretté de n’avoir pas pu assister à cette réunion d’installation, qui s’est déroulée le 27 novembre 2007, à Jérusalem. Mais je suis reconnaissant à Allah, le Sublime, de m’avoir donné l’opportunité de remercier le professeur Hillel Weiss pour l’honneur qu’il m’a fait en m’invitant et en transmettant mes vœux aux participants.

J’étais heureux d’avoir eu l’opportunité de répéter que les territoires de Judée-Samarie sont le foyer qu’Allah a donné au peuple juif, et que toute tentative de voler les propriétaires légitimes est une déclaration de guerre contre le décret divin. A mon humble avis, chacune de mes sœurs juives et chacun de mes frères juifs est moralement obligé de lutter pour maintenir l’intégrité de la Terre d’Israël, afin de faciliter la mission du peuple juif d’être "la lumière des nations" et d’ouvrir la Voie de la Rédemption.

 

Les "lobbies" du pétrole imposent leur volonté de poursuivre Oslo et ils obligent tout le monde civilisé à s’incliner devant un maître de la kleptocratie, tel que Abou Mazen, et à financer la terreur anti-juive. En ces jours tragiques, mon cœur est avec les Juifs en Israël, avec ces familles juives qui risquent d’être déportées de Judée-Samarie pour apaiser les princes du pétrole et leurs homologues occidentaux.

Je prie pour que cette épreuve soit surmontée et défaite par de nouveaux dirigeants Juifs, qui montreront que le rêve sioniste est encore vivant. Dans le passé, le rêve du peuple juif de vivre en paix et en sécurité dans la Terre d’Israël n’a pas été effacé par des gouvernements puissants, et, aujourd’hui ce rêve ne sera pas non plus effacé, malgré les tentatives des dictateurs arabes, des politiciens américains qui cèdent à leurs exigences, et des politiciens israéliens corrompus qui se sont soumis à Annapolis. On peut facilement prévoir que le cauchemar qui a commencé à Oslo va maintenant atteindre un niveau terrifiant, avec une montée probable des gangsters du Hamas dans les régions évacuées par Israël, y compris Jérusalem même.

Le président Bush prétend lire la Bible tous les jours, mais il semble oublier qu’il y est écrit que la Terre d’Israël est un cadeau de D. aux enfants d’Israël, les descendants d’Abraham, Isaac et Jacob. Ce territoire n’a pas été donné à quelqu’un d’autre, en particulier les descendants d’Ismaël, du fait que ceux-ci ont hérité d’immenses territoires ailleurs. Ainsi, celui qui cherche à voler l’héritage divin du peuple juif déclare la guerre non seulement à une nation particulière, mais à D. et à sa volonté. Aussi longtemps que les Etats-Unis ont défendu le droit d’Israël sur sa terre, Allah les a gratifiés d’une manne d’abondance et de bénédictions, alors que l’empire soviétique – qui a nié les droits nationaux du peuple juif (3) – a été effacé de la carte du monde.

Aujourd’hui, il y a un risque que l’Administration Américaine imite l’Union Soviétique. Je prie pour que vienne une nouvelle Administration américaine plus respectueuse des droits du peuple juif sur sa terre.


Sheikh
Abdul Hadi Palazzi


© 
Israel National News (Arutz7)

 

----------------------------


Notes du traducteur


(1) Un des premiers ministres des Affaires Etrangères d’Israël, d’origine sud-africaine.

(2) Un Sanhédrin vient d’être élu le 17 décembre 2007, à Jérusalem, avec le rabbin Adin Steinsaltz comme "Nassi" (président). Le Sanhédrin est constitué de 71 personnalités religieuses, et il a pour but d’amender la "halakha", ou loi juive.

(3) L’union Soviétique a été l’un des premiers pays à reconnaître l’Etat d’Israël. Par la suite, du fait qu’il ne s’alignait pas sur la politique russe, Israël a été mis à l’index au profit d’une politique agressivement pro-arabe.

 

[Article aimablement signalé par Matsada-Infos.]

 

Mis en ligne le 7 août 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org