Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Etats du monde
Europe

Les valeurs perdues de l’Europe, Victor Perez
04/09/2009

04/09/09


Sur le Blogue de l’auteur


Après la Suède et l’Espagne, voici venu le tour de la Norvège de participer au supplice intellectuel d’Israël et, à travers ce pays, du peuple juif. Contrairement aux deux pays précédemment cités, c’est directement une décision gouvernementale qui fait, en quelque sorte, scandale. La ministre norvégienne des Finances, Kristin Halvorsen, a annoncé que le fonds norvégien de pensions ne soutiendra plus financièrement la société Elbit, et ce pour des « raisons morales », car le matériel de cette entreprise est utilisé pour surveiller la clôture de sécurité construite en Judée-Samarie.

« Nous refusons de financer des entreprises qui contribuent ouvertement à l’infraction du droit humanitaire international »,

a-t-elle déclaré, ajoutant que les actions ont été revendues avant l’annonce officielle.

"Raisons morales" peut-être, mais pas suffisantes pour refuser d’engranger les bénéfices d’une société en bonne santé. La moralité n’eût elle pas consisté à faire d’abord l’annonce, puis attendre la réaction des autres actionnaires sur le plan boursier ?

Toutefois l’important n’est pas là, mais dans le fait que le "droit humanitaire international" soit invoqué comme raison principale par la ministre. Un droit qui, selon l’interprétation norvégienne, néglige le droit israélien fondamental de se protéger de tous les dangers venant de la Judée et Samarie, et qui oublie sciemment les centaines de victimes du terrorisme, assassinées ou infirmes à vie. Les fonds de pensions scandinaves ont-ils seulement pensé à participer, volontairement, un tant soi peu, à quelques indemnisation à l’égard de celles-ci et de leurs familles ?

Autre propos de la ministre, à propos du désengagement financier :

« le mur de séparation entrave de manière éhontée les déplacements des Palestiniens de Judée-Samarie. Par conséquent, investir dans une entreprise qui participe à un tel projet revient à contribuer à la violation de normes éthiques fondamentales. »

Autre contresens opposé à la raison. La clôture de sécurité étant plus ou moins parallèle à la ligne de démarcation de 1949 et ne morcelant pas la Judée et Samarie, on est en droit de s’interroger sur le sens des déplacements de "Palestiniens" évoqué par la ministre. Devraient-ils, pour ne pas contrevenir aux « normes éthiques fondamentales » si chères à la Norvège, pouvoir pénétrer librement en territoire israélien, et ainsi permettre la poursuite de la "résistance palestinienne" ?


Ce qui ressort des procédés utilisés par ces trois pays européens - mais pas seulement eux -, c’est le cheminement moral de leur microcosme intellectuel depuis des années. Il s’agit d’un petit milieu qui place en permanence Israël sur le banc des accusés pour pouvoir maintenir son niveau de confort et de plaisir. Un  petit monde qui sacrifie la raison, la logique, le bon sens, au profit de "valeurs" qui dégoûtent un nombre croissant d’Européens.

Les Israéliens doivent s’attendre à être de plus en plus sacrifiés sur l’autel du pétrole, des pétrodollars et des banlieues perdues de l’Europe.

Mais cela, ils le savent depuis fort longtemps.

 

© Victor Perez

 

Mis en ligne le 4 septembre 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org