Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Islam

Niqabs et burqas - la menace voilée continue, Daniel Pipes
03/09/2009

03/09/09

Jerusalem Post, 2 septembre 2009

Sur le site de Daniel Pipes en français

Texte original anglaise: Niqabs and Burqas - The Veiled Threat Continues

Adaptation française: Anne-Marie Delcambre de Champvert

Quoi de neuf au chapitre du niqab et de la burqa ?

Pour rappel, les deux vêtements sont conçus pour [protéger] la pudeur des femmes musulmanes ; le niqab couvre tout excepté les yeux, mais la burqa couvre le visage en entier. Dans mon article intitulé « Il faut interdire la burqa - et le niqab », il y a deux ans, j’ai décrit en quoi ces deux éléments vestimentaires constituaient des dangers liés à la criminalité et au terrorisme.

Est-ce encore le cas ?

Criminalité : la Jordanie donne un aperçu de ce que niqabs et burqas pourraient représenter comme accessoires illégaux : un reportage montre que, au cours des deux dernières années, 50 personnes ont commis 170 crimes en utilisant des vêtements islamiques, approximativement un incident tous les quatre jours, une vague de criminalité qui a poussé quelques Jordaniens à appeler à restreindre, ou même à interdire ces vêtements islamiques.

Aucun autre pays n’a enregistré autant de crimes liés à un vêtement, mais Philadelphie, en Pensylvanie, fait état de multiples vols avec ce costume (3 banques et une agence de location de biens immobiliers), durant une période de seize mois, en 2007-2008, en ce inclus le meurtre d’un officier de police.

Règlements [sur les couvre-chefs] à la filiale de la Citizen’s Bank de Cambridge, Massachusetts.

Le Royaume-Uni a le second record du pire pour les pays occidentaux. Les joailleries – quelques-unes étant la propriété de musulmans- ont été prises pour cibles dans des régions comme le West Midlands, Glasgow et le Oxfordshire. Deux agences de voyage ont été attaquées dans les villes voisines de Dunstable et Luton, tandis qu’un conducteur de camion blindé a été agressé à Birmingham. Le vol n’est pas le seul motif. A Londres, des adolescents avaient le visage couvert d’un voile de style niqab pour poignarder un garçon plus jeune.

D’autres incidents criminels en Occident incluent des pickpockets d’Europe de l’Est arborant des couvre-chefs islamiques, à Rotterdam, et un vol à main armée en burqa de couleur bordeau dans la banque populaire de Hiddenite (6 000 habitants), en Caroline du nord. A Salt Lake City, l’homme qui a enlevé Elisabeth Smart, âgée de 14 ans, l’a forcée à porter un vêtement de type niqab, qui l’a cachée à la vue d’autrui pendant neuf mois.

En réponse à cela, banques, coopératives de crédit, joailleries et écoles, mettent des conditions pour laisser entrer les personnes qui ont la tête couverte. Par exemple la « Carolina Federal Credit Union » ( l’Union du Crédit Fédéral de Caroline), de Cherryville, en Caroline du Nord, non loin de Hiddenite, dirige quiconque porte chapeau, lunettes de soleil, ou capuchon vers un guichet spécialement équipée sur le plan de la sécurité.

Terrorisme : les talibans qui s’appuient sur le terrorisme en burqa, souvent avec la variante du suicide, ont fait de l’Afghanistan épicentre mondial actuel de cette tactique. A deux occasions, les autorités ont déjoué des attentats-suicide avant qu’ils soient perpétrés. Dans un cas, il s’agissait d’un Russe converti à l’islam, qui transportait 500 kilogrammes d’explosifs dans une automobile, ceci dans la province de Paktia. Dans l’autre, il s’agissait d’une femme afghane cachant sous ses vêtements une bombe, à Jalalabad.

Un soldat afghan montant la garde auprès d’une burqa utilisée dans un attentat-suicide taliban pour attaquer des édifices gouvernementaux dans la province de Paktia.

D’habitude, cependant, les intentions violentes sont cachées par la burqa, et ne deviennent apparentes qu’après le commencement de l’attaque :

  • Haji Yakub, un commandant taliban, porteur d’une burqa, a été tué alors il tentait de s’échapper d’une maison dans la province de Ghazni, pendant qu’il attaquait des Forces américaines.
  • Un opérateur taliban, Mullah Khalid, a attaqué une patrouille de police en plein marché, dans la province de Farah, tuant au moins 12 personnes (7 policiers, 5 civils).
  • Un attentat-suicide dans la Province d’Helmand a tué un soldat britannique parlant la langue pachtoune, avant que le perpétrateur soit abattu.
  • Dans quelque 15 attentats-suicide en burqas, les auteurs, armés de vestes pleines d’explosifs, de kalashnikov et de lance-grenades, ont attaqué des édifices gouvernementaux, dans la province de Paktia, et tué 12 personnes.

L’Irak a souffert de trois incidents semblables (un rebelle déguisé en femme enceinte, une tentative d’assassinat d’un gouverneur et deux attentats-suicide qui ont tué 22 pèlerins chiites), tandis que le Pakistan en subissait deux (dans l’un, le kamikaze opérait à partir d’un pousse-pousse et il a tué 15 personnes). L’attaque de Mumbai, qui a fait près de 200 morts, incluait une mystérieuse femme en burqa. Ailleurs, des incidents ont entraîné une attaque contre des touristes français qui pique-niquaient en Mauritanie et une attaque au cocktail Molotov au Bahrein.

A propos - et c’est le côté positif de la chose -, Hervé Jaubert, un Français faussement accusé d’avoir escroqué 3,8 millions de dollars américains, a réussi à s’échapper de Dubaï, vêtu d’un niqab.

Comme effet secondaire, de récentes études menées tant en Angleterre qu’en Irlande ont révélé que les femmes qui mettent le voile (et leurs enfants nourris au sein) risquent le rachitisme en raison d’insuffisance de vitamine D que la peau absorbe en recevant la lumière du soleil.

(Pour de plus amples détails sur toutes ces questions ; voir la page de mon blog sur le web : « Le niqab et la burqa comme menaces sécuritaires»)

J’ai déjà appelé à une interdiction, dans les espaces publics, de ces vêtements « hideux, malsains, créateurs de divisions sociales, facilitant le terrorisme et allant de pair avec le terrorisme ». Maintenant je m’allie aux Jordaniens qui en ont par-dessus la tête, je réitère ma requête. L’islam ne demande pas que les femmes portent niqab ou burqa, alors que le bien public exige l’interdiction [de ces vêtements] dans les lieux publics. Combien de cas de vols et de terrorisme faudra-t-il encore pour que cette restriction de bon sens soit appliquée depuis l’Afghanistan et la Jordanie jusqu’au Royaume-Uni et à Philadelphie ?

© Daniel Pipes

 

Mis en ligne le 3 septembre 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org