Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Islam

Boualem Sansal : "La frontière entre islamisme et nazisme est mince"
01/09/2009

01/09/09

Texte paru sur le site du Nouvel Observateur, et repris ici du Groupe Vérité, sur le site Le Post

 

Un entretien passionnant avec Boualem Sansal, réalisé par Grégoire Leménager à l’occasion de la sortie de son livre "Le village allemand".

Extraits :

Alors qu’il publie «le Village de l’Allemand», le grand romancier algérien s’explique ici sur les liens entre hitlérisme et islamisme, la politique de Bouteflika et les choix diplomatiques de Sarkozy. Ce qu’il dit est terrible

En exergue, un mot du narrateur annonce la couleur du livre. Noire, très noire: «il y a des parallèles dangereux qui pourraient me valoir des ennuis». Ce n’est pas une coquetterie. Il n’y en a jamais chez Boualem Sansal. Dans son cinquième roman, deux frères d’origine algérienne tiennent leur journal. Ils vivent en France, banlieue parisienne, et apprennent avec horreur la destinée de leur père: Hans Schiller, héros du FLN, était officier SS; il vient de finir ses jours au bled, égorgé par le GIA.

Pour son fils aîné, l’histoire des camps d’extermination se découvre dans son insupportable singularité, et s’inscrit dans sa chair, jusqu’à la folie. Pour le cadet, directement confronté à la «talibanisation» de sa cité, l’équation entre nazisme et islamisme s’impose avec cette certitude: «l’imam de la tour 17, il faut lui couper le sifflet». Entre leurs deux voix alternées, Sansal fraie la sienne, subtile mais ferme, qui dans une intrigue serrée noue sans faiblir les questions les plus brûlantes: banlieues, Algérie, nazisme, fanatisme... Servi par tant de talent, son courage force l’admiration. «Le Village de l’Allemand» est un coup de poing dans le gras de nos plus rassurantes illusions: la fin de l’histoire n’a pas eu lieu (...)

Le Nouvel Observateur - Ce qui donne son titre au roman, c’est la destinée d’un criminel de guerre nazi, ancien SS qui a trouvé refuge en Algérie, où il est devenu un héros de la guerre d’indépendance en formant des combattants du FLN... S’agit-il d’une histoire vraie? Comment est né ce roman?

Boualem Sansal. - «Le village de l’Allemand» est né d’une histoire vraie et d’un déluge de questions. Un jour, au début des années 1980, alors que j’étais en déplacement professionnel à l’intérieur du pays (dans la région de Sétif), je me suis arrêté dans un village (Aïn Deb, dans le roman), attiré par son «look» exotique. Il ne faisait pas couleur locale, il avait un petit air d’ailleurs. J’y ai pris un café et en arrivant à destination, j’ai questionné les personnes qui m’attendaient. J’avais à peine fini de dire «En venant chez vous, je suis tombé sur un drôle de village qui m’a fait penser au village d’Astérix le Gaulois...» qu’on s’exclama fièrement: «Ah! le village de l’Allemand». On m’expliqua que ce village était «gouverné» par un Allemand, ancien officier SS, ancien moudjahid, naturalisé algérien et converti à l’islam. Dans la région, on le regardait comme un héros, un saint homme qui avait beaucoup fait pour le village et ses habitants. J’ai senti chez mes interlocuteurs une réelle admiration à l’évocation de son passé nazi, ce qui n’était pas pour me surprendre: la geste hitlérienne a toujours eu ses sympathisants en Algérie, comme d’ailleurs dans beaucoup de pays arabes et musulmans, et sans doute plus aujourd’hui en raison du conflit israélo-palestinien et de la guerre d’Irak. Avec quelque emphase pour bien m’éblouir, on m’expliqua que cet Allemand avait été envoyé par Nasser comme expert auprès de l’état-major de l’ALN et qu’après l’indépendance il avait enseigné dans la prestigieuse académie militaire de Cherchell. C’était en effet quelqu’un. J’avais voulu retourner au village et voir cet homme de près mais le temps m’avait manqué.

Depuis, j’ai souvent pensé à cette histoire. Je lui trouvais beaucoup d’aspects intéressants: le côté aventureux et romantique de cet Européen venu se battre pour l’indépendance de l’Algérie, sa retraite dans un village du bout du monde, sa conversion à l’islam, l’ascendant sympathique qu’il a pris sur ses habitants. Il y avait aussi le côté noir, celui de l’officier SS ayant servi dans les camps d’extermination.

N.O. - Comment cet aspect-là pouvait-il être occulté?

B. Sansal. - En y pensant, je me suis avisé de quelque chose que je savais mais sans lui avoir jamais accordé plus d’importance que cela: la Shoah était totalement passée sous silence en Algérie, sinon présentée comme une sordide invention des Juifs. Ce constat m’avait choqué. Le fait est que jamais, à ce jour, la télévision algérienne n’a passé de film ou de documentaire sur le sujet, jamais un responsable n’en a soufflé mot, jamais, à ma connaissance, un intellectuel n’a écrit sur le thème. C’est d’autant plus incompréhensible que nous avons fait de notre drame durant la guerre d’Algérie, l’alpha et l’oméga de la conscience nationale. Je pense qu’à ce titre nous aurions également dû nous intéresser aux drames qui ont frappé les autres peuples, partout dans le monde. Il me semble qu’on ne peut avoir pleine conscience de sa tragédie et s’en trouver plus fort que si on considère aussi celles des autres. Quelle autre façon avons-nous de situer son histoire dans l’histoire humaine une et indivisible? Ne pas le faire, c’est quelque part mépriser sa propre histoire, c’est privatiser quelque chose qui appartient à l’humanité, pour en faire, par glissement naturel ou par calcul, au mieux une épopée que chacun peut agrémenter selon ses besoins, au pire un manuel de lavage de cerveau. En Algérie, au demeurant, on a réussi à faire les deux: une merveilleuse épopée en mouvement perpétuel et un abominable manuel de décérébration massive. Je me demande comment nous pourrions un jour sortir de ce double sortilège.

N.O. - Pour reprendre le titred’un livre paru en 1990, votre roman propose en somme une nouvelle vision, extrêmement sombre, des rapports entre «le croissant et la croix gammée» (1). D’autant qu’à l’arrière-plan se profile le rôle des services secrets égyptiens de Nasser... Ce passé-là en tout cas, volontiers méconnu - sinon occulté, nous entraîne très loin des visions manichéennes de la décolonisation qui ont souvent cours. N’est-ce pas une nouvelle façon pour vous de déconstruire l’histoire de la libération nationale en Algérie (dont vous avez déjà dénoncé les mythes, notamment dans «Poste restante: Alger»)?

Boualem Sansal. - Quand j’ai décidé de faire de l’histoire de cet Allemand la trame d’un roman, je me suis retrouvé avec beaucoup de questions sans réponses. Je n’ai hélas pas pu me rendre dans ce village pour mener enquête. Tant de choses ont changé en Algérie depuis le début des années 1980 qu’il m’est vite apparu inutile de m’y rendre. Durant la «décennie noire», tout déplacement était suicidaire, le pays était sous contrôle des GIA. Et plus tard, alors que la sécurité sur les routes s’était améliorée, j’y ai renoncé, je me suis dit que le village était au mieux sous la coupe d’un notable issu de l’Alliance présidentielle, donc livré à la gabegie et à la corruption, au pire sous la férule d’un émir «résiduel» du GIA et que toute trace de cet Allemand avait dû être effacée. J’ai recueilli quelques dires ici et là, et puisé dans les livres pour reconstituer la possible trajectoire de cet homme, et d’une manière générale de ces criminels de guerre nazis qui se sont réfugiés dans les pays arabes.

En avançant dans mes recherches sur l’Allemagne nazie et la Shoah, j’avais de plus en plus le sentiment d’une similitude entre le nazisme et l’ordre qui prévaut en Algérie et dans beaucoup de pays musulmans et arabes. On retrouve les mêmes ingrédients et on sait combien ils sont puissants. En Allemagne ils ont réussi à faire d’un peuple cultivé une secte bornée au service de l’Extermination; en Algérie, ils ont conduit à une guerre civile qui a atteint les sommets de l’horreur, et encore nous ne savons pas tout. Les ingrédients sont les mêmes ici et là: parti unique, militarisation du pays, lavage de cerveau, falsification de l’histoire, exaltation de la race, vision manichéenne du monde, tendance à la victimisation, affirmation constante de l’existence d’un complot contre la nation (Israël, l’Amérique et la France sont tour à tour sollicités par le pouvoir algérien quand il est aux abois, et parfois, le voisin marocain), xénophobie, racisme et antisémitisme érigés en dogmes, culte du héros et du martyre, glorification du Guide suprême, omniprésence de la police et de ses indics, discours enflammés, organisations de masses disciplinées, grands rassemblements, matraquage religieux, propagande incessante, généralisation d’une langue de bois mortelle pour la pensée, projets pharaoniques qui exaltent le sentiment de puissance (ex: la 3ème plus grande mosquée du monde que Bouteflika va construire à Alger alors que le pays compte déjà plus de minarets que d’écoles), agression verbale contre les autres pays à propos de tout et de rien, vieux mythes remis à la mode du jour.... Fortes de cela, les dictatures des pays arabes et musulmans se tiennent bien et ne font que forcir. Plus que mille discours, cinq petits jours de Kadhafi à Paris ont suffi pour édifier les Français sur la nature de nos raïs. Ah, quelle morgue, ce Kadhafi! Maintenant, ils peuvent comprendre ce que nous subissons tous les jours qu’Allah nous donne à vivre sous leurs bottes (...)

(...) N.O. - Ce qui frappe de plein fouet à la lecture, ce qui est très violent dans votre roman, c’est évidemment le jeu de miroir entre le nazisme d’hier et l’islamisme d’aujourd’hui. Le journal de Rachel insiste sur la spécificité de l’Extermination. Mais son frère Malrich, qui perçoit l’imam de sa cité comme un SS, va jusqu’à écrire: «quand je vois ce que les islamistes font chez nous et ailleurs, je me dis qu’ils dépasseront les nazis si un jour ils ont le pouvoir». Dans quelle mesure partagez-vous ce point de vue?

Boualem Sansal. - Nous vivons sous un régime national-islamiste et dans un environnement marqué par le terrorisme, nous voyons bien que la frontière entre islamisme et nazisme est mince. L’Algérie est perçue par ses enfants eux-mêmes comme une «prison à ciel ouvert», disent les uns, et comme «un camp de concentration», disent les autres qui meurent à petit feu dans les cités. On ne se sent pas seulement prisonniers de murs et de frontières étanches, mais d’un ordre ténébreux et violent qui ne laisse pas même place au rêve. Nos jeunes ne pensent qu’à se jeter à la mer pour rejoindre des terres clémentes. Ils ont un slogan qu’ils répètent à longueur de journée en regardant la mer: «Mourir ailleurs plutôt que vivre ici». Les Harragas (les brûleurs de routes) avant d’être des émigrés clandestins sont des prisonniers évadés. Ils devraient être accueillis en tant que tels et non comme des hors-la-loi que l’on punit de la manière la plus cruelle: en les renvoyant au pays.

N.O. - En ce qui concerne la menace islamiste, plusieurs événements récents donnent hélas raison à l’inquiétude et à la noirceur qui imprègnent votre roman: les attentats qui viennent de se produire à Alger, par exemple. Des voix s’élèvent pour mettre en cause la responsabilité de la politique de «Réconciliation nationale» menée par le président Bouteflika. Est-ce aussi votre avis? Entre l’épisode sanglant des villageois égorgés par le GIA en 1994 - que l’on trouve dans votre livre - et ces attentats-suicides orchestrés par Al-Qaïda, quelle évolution voyez-vous se dessiner?

Boualem Sansal. - La «Charte pour la Réconciliation nationale» de M. Bouteflika n’est pas un moyen de rétablir la paix et ce qui va avec, la justice, la vérité, la démocratie, la culture, la prospérité. Elle est un anneau de plus à la chaîne totalitaire que le régime du FLN a déroulée sur le pays depuis l’indépendance. Elle ne dit rien d’autre que cela: «Réconciliez-vous autour de moi, Bouteflika, que les islamistes cultivent leur champ et que les démocrates et les laïcs cultivent le leur, l’Algérie est riche pour tous». Nous avions une Algérie qui se battait pour la liberté, nous voilà avec deux Algérie séparées par un fossé plein de sang et d’amertume. En vérité, la Réconciliation avait un autre objectif: couvrir les chefs de l’Armée et des Services secrets coupables de crimes massifs durant la «décennie noire», redorer le blason du régime, apporter une pièce maîtresse au dossier de M. Bouteflika qui rêve d’être couronné Nobel de la Paix (...)

(...) N.O. - Comment lutter contre cette menace terroriste? Votre livre pose à de nombreuses reprises la question, mais n’apporte guère de réponse... Quel rôle peuvent jouer les démocraties occidentales? La façon dont Sarkozy vient de recevoir Kadhafi est-elle, comme il le dit, une voie possible pour encourager la démocratie face à l’islamisme?

Boualem Sansal. - Avec des régimes comme ceux de Bouteflika et Kadhafi, les démocraties occidentales ne peuvent pas grand-chose. Tout ce qu’elles diront et feront sera retourné contres elles et contre nous. Nos leaders sont de redoutables tennismen. Ils connaissent tous les coups pour détruire les balles en vol. Comme d’habitude, ils se dresseront sur leurs ergots et crieront : ingérence, colonialisme, néocolonialisme, impérialisme, atteinte à nos valeurs islamiques, lobby juif, etc!

La menace terroriste ne les gêne pas plus que ça. En tout cas, ils veulent la gérer selon leurs vues et besoins tactiques, loin du regard étranger. «Le terrorisme reste à définir», disait Kadhafi en Espagne. Bouteflika avait dit une chose similaire. La menace terroriste est pour eux pain béni, elle leur permet de maintenir la société sous étroite surveillance et ridiculiser ses prétentions démocratiques, toujours présentées comme susurrées par l’Occident dans le but d’affaiblir nos valeurs nationales.

La méthode Sarkozy est peut-être une voie. En recevant les dictateurs, en travaillant avec eux, on les légitime, certes, mais peu à peu on les déshabille, on les montre sous leur vrai jour, on les implique dans des projets communs. Ne se sentant plus menacés par les discours de l’Occident sur les droits de l’homme, ils pourraient avancer sur la voie de la normalité (je le dis sans trop y croire). La méthode implique que dans nos pays, la société civile et les partis politiques se mobilisent pour accentuer la pression interne. Quoi qu’il en soit, il est trop tôt pour juger de l’efficacité de la méthode Sarko. J’aurais quand même préféré qu’il reçoive Kadhafi dans la discrétion, ce richissime bandit ne méritait pas tant d’égards.

N. O. - Qui peut agir alors?

Boualem Sansal. - La lutte contre l’islamisme, matrice du terrorisme, réclame un engagement des musulmans et de leurs théologiens. Il leur revient de sauver leur religion et de la réconcilier avec la modernité, faute de quoi l’islam finira par n’être plus que l’islamisme. Mais le danger dans les pays arabes et musulmans est tel qu’aucun théologien n’ose entreprendre ce nécessaire travail d’ijtihad. Et les intellectuels qui s’y emploient avec talent dans les démocraties occidentales (Soheib Bencheikh, Malek Chebel, Mohamed Arkoun, Abdelwahab Meddeb...) ne sont guère entendus dans nos pays. Mon humble avis est que l’islam a déjà trop pâti de l’islamisme et du nationalisme arabo-musulman, je ne vois pas comment il pourrait reprendre le chemin des Lumières qui jadis fut le sien.

N. O. - L’islamisation de certaines cités de banlieue, en France, est également au cœur du livre: non seulement on y «fabrique» des talibans, mais c’est un véritable état (totalitaire) dans l’état (républicain) qui se dessine. Un état avec ses lois et son impôt: «la cité sera bientôt une république islamique parfaitement constituée», prophétise Malrich. Pire, il la compare à un «camp de concentration», dont les habitants, en proie au désœuvrement, seraient sous l’autorité tyrannique de l’imam leurs propres «kapos». Là-encore, ce diagnostic extrêmement radical (du personnage) vous semble-t-il justifié? N’est-il pas quelque peu caricatural? Et si non, sur quels éléments vous fondez-vous?

Boualem Sansal. - Le diagnostic de Malrich n’est pas exagéré. C’est la triste réalité. Dans nos pays, les cités populaires abandonnées par l’Etat à la misère, au banditisme et à l’islamisme sont déjà des camps de concentration. Certaines banlieues françaises sont de la même manière sous la coupe des gangs mafieux et islamistes, en connexion avec les gangs d’Algérie et les réseaux salafistes d’El-Qaïda dans le monde. Le journaliste Mohamed Sifaoui, à travers ses enquêtes sur le terrain et ses documentaires, en a apporté la preuve. Moi-même, au cours de mes déplacements en France, j’ai eu l’occasion de le constater et de l’entendre de la bouche même des habitants de ces cités.

N.O. - Le seul remède indiqué par votre roman, ici encore dans la filiation de Primo Levi, c’est l’usage de la parole, le souci de dire la vérité contre l’oubli, le mensonge, le silence. Pensez-vous que l’écriture peut être une arme politique? Au moment du 11 septembre 2001, vous aviez été l’un des rares et tout premiers intellectuels de culture musulmane à dénoncer le fanatisme. Vous sentez-vous moins seul aujourd’hui?

Boualem Sansal. - Le Verbe est tout. Il peut tuer et ressusciter. Je ne me situe évidemment pas à ce niveau. J’écris pour parler, parler à des gens, des frères, des amis, des passants tranquilles, et même, s’ils le veulent bien, à ceux qui rêvent de détruire l’humanité et la planète. Ce sont les lecteurs qui font des livres une arme politique. Plus ils sont nombreux et plus ils sont forts, ils peuvent s’associer, crier, brandir le poing et chasser ceux qui nous font du mal avec leur fanatisme, leurs mensonges, leurs rapines, leurs crimes..."

L’intégralité de l’article ici :

http://bibliobs.nouvelobs.com/20080109/2505/la-frontiere-entre-islamisme-et-nazisme-est-mince


© Le Nouvel Observateur

 


Mis en ligne le 1er septembre 2009, par
M. Macina, sur le site upjf.org